Recul des défaillances d'entreprises, mais les emplois de plus en plus menacés

Les procédures de sauvegarde, comme celles du volailler Doux ou de la société de gardiennage Neo Security au deuxième trismestre 2012, ont reculé depuis la même période en 2011.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Recul des défaillances d'entreprises, mais les emplois de plus en plus menacés

Les défaillances d'entreprises sont repassées au deuxième trimestre sous le seuil de 14 000 franchi durant l'année noire 2009, a indiqué mardi la société Altares, qui estime que le gros de la crise pourrait être passé même si la situation reste difficile pour les PME.

Une défaillance sur quatre est due à des retards de paiement : "les dettes fournisseurs pèsent encore plus de 500 milliards d'euros", analyse Altares.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Au deuxième trimestre, marqué notamment par les défaillances du groupe volailler Doux ou de la société de gardiennage Neo Security, les tribunaux ont prononcé au total 13 722 procédures de sauvegarde, redressement judiciaire ou liquidation judiciaire, selon les données d'Altares. C'est un recul de 4,7 % comparé à la même période de 2011.

"Cette tendance pourrait confirmer que le plus gros des difficultés est derrière nous", estime Altares dans son communiqué.

Le nombre d'emplois concernés reste toutefois très élevé : 72 500 salariés sont concernés au deuxième trimestre par la défaillance de leur entreprise. C'est une hausse de 25,6 % sur un an et le niveau le plus élevé enregistré en cinq ans, souligne Altares.

D'après la société, le recul des défaillances d'entreprises est porté par les micro-entreprises sans salarié "qui semblent s'être habituées aux effets de la crise et se sont remises en ordre de marche", avec un nombre de défaillances en recul de 19 %.

En revanche, "les PME souffrent comme au plus fort de la crise" : 150 entreprises de plus de 50 salariés ont fait l'objet d'une défaillance au deuxième trimestre, soit 49,5 % de plus qu'au printemps 2011 et presque autant qu'au deuxième trimestre 2009.

Certains secteurs restent aussi plus durement frappés: la promotion immobilière (avec des défaillances en hausse de 55,8 %), les agences immobilières (+20,9 %) ou encore le conseil en systèmes et logiciels informatiques (+20,9 %).

"Les affaires se remettent en ordre de marche. Mais réamorcer la pompe s'avère plus long et plus difficile qu'espéré. Les carnets de commande se regarnissent lentement et les besoins de trésorerie sont compliqués à couvrir", explique Thierry Millon, responsable des études Altares, à l'AFP.

"Les donneurs d'ordre sont pointés du doigt et invités à davantage de solidarité avec les PME", mais "la gestion du besoin en fonds de roulement est capitale", prévient encore Thierry Millon.


Altares_DefaSauv_T2-2012

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS