International

[Vidéo] L'Europe peut développer la 5G sans Huawei, assure Thierry Breton

, , , ,

Publié le , mis à jour le 20/01/2020 À 12H46

Vidéo Pour le français Thierry Breton, nouveau commissaire européen au Marché intérieur, à l'industrie et au numérique, le recours à des entreprises européennes ne retardera pas le développement de la 5G en Europe, contrairement aux craintes formulées, en Allemagne notamment, sur les conséquences d'une mise à l'écart de l'équipementier chinois Huawei.

[Vidéo] L'Europe peut développer la 5G sans Huawei, assure Thierry Breton
Thierry Breton, commissaire européen au Marché intérieur, estime que le recours à des entreprises européennes ne retardera pas le développement de la 5G en Europe.
© Francois Lenoir

L'Europe a-t-elle besoin du chinois Huawei dans la 5G? Interrogé sur France Inter lundi 20 janvier, Thierry Breton, désormais commissaire européen au Marché intérieur, de l’industrie, du numérique a fait comprendre que non.

"56 % des brevets pour la 5G, ce sont des entreprises européennes qui les possèdent", contre 30% pour les Chinois et 16% pour les Américains, a-t-il assuré, "donc nous sommes en avance sur les recherches sur la 5G." Il répond ainsi aux craintes formulées, en Allemagne notamment, sur les conséquences d'une mise à l'écart de l'équipementier chinois Huawei, et assure avoir embarqué les Allemands dans cette discussion.

"Nous ne sommes pas en retard, nous avons des très grands entreprises européennes qui peuvent le faire, et pour les autres, encore une fois on est fermé à personne, assure Thierry Breton. La boite à outils que nous définissons ensemble, elle sera très précise, et si on veut implanter des technologies en Europe il faudra la respecter sinon on pourra pas le faire."

"L'Europe, y compris l'Allemagne bien sûr, est sur les rails"

Dans un discours qu'il prononçait dimanche 19 janvier à Munich, dans le cadre de la conférence DLD (Digital Life Design), l'ancien ministre français des Finances soulignait que la mise en place de réseaux de téléphonie mobile de cinquième génération exigera des normes de sécurité plus sévères que pour les précédentes générations.

"La mise en place de conditions de sécurité plus strictes n'engendrera pas de retards dans le développement de la 5G en Europe", a dit Thierry Breton. "L'Europe, y compris l'Allemagne bien sûr, est sur les rails. Nous ne sommes pas en retard en Europe dans le déploiement de la 5G", fera-t-il valoir.

Ces propos de Thierry Breton interviennent en plein débat sur le rôle que doit jouer l'équipementier chinois Huawei dans le développement de la 5G et contredisent ceux du ministre allemand de l'Intérieur Horst Seehofer, qui a estimé la semaine dernière que la mise à l'écart de Huawei retarderait de cinq à dix ans l'installation de la 5G en Allemagne.

"Je ne vois pas comment nous pourrons mettre en place la 5G en Allemagne sans la participation de Huawei", a déclaré Seehofer dans les colonnes du Frankfurter Allgemeine Zeitung.

"Souveraineté technologique"

Thierry Breton, qui est à la tête d'un vaste portefeuille à la Commission (marché intérieur, politique industrielle, numérique, défense, espace), invite au contraire l'Europe à préserver sa "souveraineté technologique" en développant des solutions alternatives à la Chine ou aux Etats-Unis dans les domaines stratégiques.

A Munich, le commissaire au Marché intérieur n'appellera pas à l'exclusion de Huawei: "Toute entreprise, européenne ou non, sera la bienvenue tant qu'elle respecte les règles européennes. Nous ne construirons pas une forteresse européenne."

Mais sa défense des intérêts européens devrait sonner agréablement à l'oreille des concurrents européens de Huawei tels que Nokia ou Ericsson.

Les conservateurs allemands se divisent actuellement sur une proposition des sociaux-démocrates, leurs partenaires de coalition, qui reviendrait à bannir Huawei du développement de la 5G en Allemagne.

Le gouvernement américain fait également pression sur tous ses alliés pour qu'ils interdisent l'équipementier télécoms chinois en raison de soupçons d'espionnage. Huawei rejette les accusations de l'administration Trump.

Les opérateurs allemands sont tous clients de Huawei, premier équipementier télécoms mondial avec 28% de part de marché, et estiment que sans Huawei, le lancement de la 5G en Allemagne sera retardé de plusieurs années et coûtera des milliards d'euros supplémentaires.

L'ambassadeur de Chine à Berlin, Ken Wu, a en outre laissé entendre le mois dernier que Pékin pourrait se livrer à des représailles en cas d'exclusion de Huawei, en visant notamment les millions d'automobiles vendus en Chine par les constructeurs allemands.

 

avec Reuters (Michel Rose, version française Jean-Stéphane Brosse)

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte