Reckitt va payer 1,4 milliard de dollars pour régler un litige sur les opiacés

(Reuters) - Reckitt Benckiser va débourser jusqu'à 1,4 milliard de dollars (1,2 milliard d'euros) pour mettre fin à des enquêtes fédérales aux Etats-Unis sur la commercialisation d'un traitement contre la dépendance aux opiacés de son ancienne filiale Indivior.
Partager
Reckitt va payer 1,4 milliard de dollars pour régler un litige sur les opiacés
Le groupe britannique de produits de grande consommation Reckitt Benckiser va débourser jusqu'à 1,4 milliard de dollars (1,2 milliard d'euros) pour mettre fin à des enquêtes fédérales aux Etats-Unis sur la commercialisation d'un traitement contre la dépendance aux opiacés de son ancienne filiale Indivior. /Photo d'archives/REUTERS/Stephen Hird

Le groupe britannique de produits de grande consommation, fabricant notamment du Strepsils, a conclu un accord avec le département américain de la Justice (DoJ) et la Federal Trade Commission (FTC). Il avait provisionné 400 millions de dollars pour couvrir les enquêtes lancées contre son ancienne filiale, qu'il a scindée en 2014. Il a annoncé qu'il porterait ce montant à 1,5 milliard de dollars.

En avril, Le DoJ a accusé Indivior d'avoir engrangé des milliards de dollars en faisant croire aux médecins et aux programmes de santé que le Suboxone Film, son principal médicament destiné à traiter la dépendance aux opiacés, était plus efficace et moins dangereux que des médicaments similaires.

"Même si Reckitt Benckiser a agi constamment dans le respect de la loi et rejette expressément toutes les allégations de comportement illicite, le conseil d'administration du groupe a estimé, après mûre réflexion, qu'un accord était dans l'intérêt de la société et de ses actionnaires", déclare le groupe britannique dans un communiqué.

Pour Reckitt Benckiser, un accord permet de réduire les coûts et de supprimer les incertitudes liées à la poursuite des enquêtes alors que la société s'est lancée dans une vaste restructuration et a changé le mois dernier de directeur général.

"Ce montant de 1,4 milliard de dollars est sensiblement plus important que les 400 millions de dollars initialement provisionnés et représente environ 2% de la capitalisation boursière de Reckitt Benckiser. Mais d'un autre côté, cet accord met fin à certaines incertitudes", commente Alan Erskine, analyste chez Credit Suisse.

L'action Reckitt Benckiser prenait 2,7% à la Bourse de Londres vers 8h15 GMT, deuxième meilleure performance de l'indice FTSE, qui avançait de 0,26% à ce stade.

(Noor Zainab Hussain et Pushkala Aripaka; Claude Chendjou pour le service français, édité par Catherine Mallebay-Vacqueur)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS