Reckitt Benckiser abaisse ses prévisions après la cyberattaque

LONDRES (Reuters) - Reckitt Benckiser a revu en baisse jeudi sa prévision de croissance après l'attaque informatique d'ampleur mondiale survenue le mois dernier, devenant ainsi l'une des premières entreprises à évaluer le coût de cet incident qui a affecté la production et la distribution du groupe britannique de produits de grande consommation.
Partager
Reckitt Benckiser abaisse ses prévisions après la cyberattaque
Reckitt Benckiser a revu en baisse jeudi sa prévision de croissance après l'attaque informatique d'ampleur mondiale survenue le mois dernier, devenant ainsi l'une des premières entreprises à évaluer le coût de cet incident qui a affecté la production et la distribution du groupe britannique de produits de grande consommation. /Photo d'archives/REUTERS/Stephen Hird

De grandes entreprises et des services publics, notamment en Russie, en Ukraine, mais aussi au Danemark, en France, en Grande-Bretagne, en Norvège et aux Pays-Bas, ont été victimes le 27 juin d'une attaque via un logiciel malveillant qui crypte et efface les fichiers des utilisateurs de Windows, le système d'exploitation de Microsoft.

Reckitt, fabricant des préservatifs Durex, de l'antalgique Nurofen et du nettoyant Harpic, a déclaré s'attendre à une baisse de 2% de ses revenus à périmètre comparable au deuxième trimestre à la suite de cette cyberattaque.

Le titre recule de 1,39% vers 09h00 GMT, parmi les plus nets replis de la Bourse de Londres qui cède 0,11% à ce stade.

Le groupe a ajouté qu'il serait également affecté, dans une moindre mesure, par des modifications fiscales en Inde.

Il a abaissé sa prévision de croissance du chiffre d'affaires net à périmètre comparable sur l'ensemble de l'année à 2% contre 3% auparavant.

"L'attaque a effectivement perturbé la capacité de l'entreprise à produire et à distribuer des produits à des clients sur de multiples marchés au sein de Reckitt Benckiser", a déclaré la société.

"Par conséquent, nous n'avons pas pu expédier et facturer des commandes aux clients avant la fin du trimestre", a-t-elle ajouté.

Reckitt a noté que certaines de ses usines n'étaient toujours pas pleinement opérationnelles même si des projets sont en cours pour un retour à la normale.

(Paul Sandle, Claude Chendjou pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS