RECHERCHEDES SUPERCALCULATEURS À LA PORTÉE DE TOUSDévelopper des supercalculateurs de haut de gamme ne dépassant pas le million de francs est le défi du projet européen Aida, lancé le 16mai à Mulhouse. Principal partenaire industriel, la société alsacienne Telmat fait le pari du "massivement para...

Partager

RECHERCHE

DES SUPERCALCULATEURS À LA PORTÉE DE TOUS

Développer des supercalculateurs de haut de gamme ne dépassant pas le million de francs est le défi du projet européen Aida, lancé le 16mai à Mulhouse. Principal partenaire industriel, la société alsacienne Telmat fait le pari du "massivement parallèle".



"Difficile de se faire une idée réaliste de la puissance de calcul nécessaire pour reconstituer une image du cerveau à partir de données de RMN!", confie Michel Tousaint, chercheur au Forenap. Ce pôle de recherche en neurosciences, situé à Rouffach, (Haut-Rhin), grand consommateur de puissance de calcul pour ses applications 3D, sera l'un des premiers utilisateurs d'une machine de calcul en cours de développement dans le cadre du projet européen Aida (pour Application Driven Architecture). "Le but est de réaliser deux prototypes de haut de gamme de calculateurs massivement parallèles à partir de composants du commerce et de microprocesseurs Pentium ", explique Gilbert Dudkiewicz, président de la société Telmat, implantée à Soultz (Haut-Rhin). Le pari de fabriquer un supercalculateur pourrait sembler anachronique au moment où plusieurs spécialistes mondiaux du domaine, pris de vitesse par les gigantesques progrès des microprocesseurs, sont dans de graves difficultés ou mettent la clé sous la porte. A l'image des sociétés américaines BBN, TMC ou Cray Computer et de la firme française Acri, fondée par Jacques Stern et reprise par la CSEE. Cependant, pour David Kuck, président de la société américaine KAI, Aida se justifie pleinement: "La miniaturisation a une limite physique bientôt atteinte ", affirme-t-il. D'énormes progrès en rapidité des circuits ont été réalisés ces dix dernières années, ils devraient marquer le pas aux environs de l'an 2000.Plusieurs projets, dont ceux d'IBM, de Cray ou d'Unisys, montrent qu'une véritable course est engagée. Les partenaires du projet Aida se sont fixé des objectifs simples. "Nous pensons qu'il n'y a plus de place pour des espèces de dinosaures chers à développer et dédiés à des applications spécifiques ", explique Jean Cholley, directeur de Telmat. Prévue et conçue pour un usage général, Aida vise un prix de l'ordre du million de francs, à comparer avec les dizaines de millions que valaient les précédents supercalculateurs. A Soultz, le passage de la production est déjà prévu pour 1997. Pour concevoir Aida, trois grands spécialistes du calcul à hautes performances se sont associés: William Jalby, de l'Université de Versailles, Harry Wijshoff, de l'Université de Leyde, aux Pays-Bas, et Alexandre Veidenbaum, de l'Université d'Illinois. Ces chercheurs ont fondé l'International Supercomputing Technology Institute (Isti), à Mulhouse. L'effort de l'Isti porte surtout sur les problèmes d'intercommunication des 32, 64, 128 ou 256Pentium contenus dans la machine.

Des applications militaires

Telmat, quant à elle, est impliquée dans la mise au point du hardware comme dans celle du système d'exploitation. "L'un des éléments principaux de ce type de machines réside dans son réseau de communication entre les processeurs, qui doit posséder une bande passante très élevée et un temps de latence très faible", relève Jean Cholley. Une fois ces difficultés levées, le principal obstacle sera de convain-cre les utilisateurs. Un calculateur massivement parallèle ne se programme pas comme les traditionnelles machines séquentielles sur lesquelles ont été développées les grandes applications. Outre le Forenap, plusieurs utilisateurs sont donc associés au projet pour adapter et tester leurs programmes sur la nouvelle machine. En particulier l'Onéra et le néerlandais NLR, pour les applications aérospatiales, et l'anglais Parsys, pour le portage d'Oracle. Parmi les nombreuses recherches appliquées prévues à l'Université de Mulhouse figurent le guidage de robots à l'aide d'un logiciel de reconnaissance de formes ou la simulation de crash pour l'industrie de l'automobile. Le directeur du département informatique de l'Institut franco-allemand de recherche de Saint-Louis (ISL) a aussi présenté une application militaire: une sorte d'obus-espion "tiré par l'artillerie pour survoler et observer pendant cinq minutes un lieu précis". Grâce à un calculateur embarqué, les signaux réfléchis pourraient être traités et l'information renvoyée vers un poste d'observation. Il s'agirait là, souligne Volker Fleck, directeur du département informatique de l'ISL, " des premiers supercalculateurs massivement parallèles jetables"! François SAVATIER



LES PARTENAIRES

Scientifiques

Isti (International Supercomputing Technology Institute, créé pour ce projet).

Forenap (Formation et recherche en neurosciences appliquées à la psychiatrie).

ISL (Institut franco-allemand de recherche de Saint-Louis).

Onéra (Office national d'études et de recherches aérospatiales).

NLR (institut néerlandais pour la recherche aérospatiale).

ACE (société néerlandaise de recherche et développement).

Industriels

Telmat (France).

Meiko (Grande-Bretagne).

Parsys (Grande-Bretagne).



Un projet européen modèle

"Aida est le type même de projet vertical que nous aimons soutenir dans le cadre du programme Esprit, affirme Thierry Van der Pyl, responsable de l'unité "calculs de haute performance" de la Communauté européenne. Il réunit chercheurs et PME, et son financement est partagé entre institutions locales, départementales, régionales et européennes." Il est doté d'un budget total de 48,3millions de francs. La Communauté européenne apporte 23millionsde francs: 11,5millions aux PMI et 11,5millions aux chercheurs de l'Isti. Ces derniers bénéficient de 6,25millions versés par le conseil général du Haut-Rhin, de 5,5millions de la région Alsace et de 1million de la ville de Mulhouse. Quant aux industriels impliqués dans le projet, ils ont apporté 12,5millions de francs.

USINE NOUVELLE N°2506

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS