L'Usine Auto

[Récap] Quelles usines françaises ont fermé à cause du Covid-19 ?

Simon Chodorge , , , ,

Publié le , mis à jour le 06/04/2020 À 19H45

[Actualisé] L’épidémie de coronavirus Covid-19 et la mise en place de mesures de confinement bouleversent l’activité des entreprises. Les annonces de fermetures d’usines se multiplient depuis le 16 mars. L’Usine Nouvelle recense les informations disponibles sur les sites à l’arrêt en France, secteur par secteur. Retrouvez sur chaque lien les articles que nous avons consacré aux sociétés concernées.

[Récap] Quelles usines françaises ont fermé à cause du Covid-19 ?
L'usine Michelin de Bourges (Cher) maintient une activité minimale à cause de l'épidémie de coronavirus Covid-19.
© Michelin

Aéronautique

Airbus : Après plusieurs jours d'arrêt de production et d’assemblage à Dugny (Seine-Saint-Denis), Marignane (Bouches-du-Rhône), Nantes (Loire-Atlantique), Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), Toulouse (Haute-Garonne), la production a repris partiellement dans les usines Airbus le 23 mars.

Arianespace : les campagnes de lancement sont suspendues au Centre spatial guyanais (CSG) de Kourou (Guyane).

Daher : toutes les usines françaises sont temporairement à l'arrêt depuis le mercredi 18 mars.

Dassault Aviation : toutes les usines françaises sont temporairement à l'arrêt depuis le mercredi 18 mars. La reprise de la production est prévue le vendredi 3 avril.

Safran : toutes les usines françaises sont temporairement à l'arrêt depuis le mercredi 18 mars. Parmi eux, le site du Creusot (Saône-et-Loire) a été totalement désinfecté. L'activité est fortement ralentie avec seulement 10% de salariés sur sites et 60% de l'effectif au chômage partiel.

Stelia Aerospace : L'usine de Méaulte (Somme) spécialisée dans les pièces d'avions a arrêté la production le 17 mars. Elle a pu reprendre partiellement, avec environ 400 salariés sur le site.

Agroalimentaire

Lindt & Sprüngli France : l'usine d'Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques) doit réduire progressivement ses activités, selon La République des Pyrénées.

Moët & Chandon (du groupe LVMH) : Les lignes d'embouteillage de champagne sont arrêtées, comme pour une majorité des acteurs de la filière.

Nestlé Waters : le site de production de Vergèze (Gard) qui embouteille des boissons Perrier a mise à été l'arrêt le 18 mars. L'activité a pu reprendre partiellement le 24 mars.

Automobile

Actia : l'usine de Colomiers (Haute-Garonne) a suspendu le 18 mars son activité pour une durée de 15 jours renouvelable.

Amis : A Guéret et Montuçon dans l’Allier, les salariés de ce sous-traitant ont fait valoir leur droit de retrait pour raisons sanitaires. Les deux usines (580 salariés au total) ont fermé le 20 mars.

Bosch : L'usine de Rodez (Aveyron) qui fabrique des injecteurs diesel a arrêté la production le 17 mars. Les syndicats contestent une possible reprise de l'activité.Le site ne redémarrera pas avant le 6 avril.

Claas : Toutes les usines françaises du groupe de machines agricole sont à l'arrêt.

Continental : L'usine de Sarreguemines (Moselle) est à l'arrêt depuis le 18 mars.

Garrett : L'usine qui fabrique des turbos pour voitures, basée à Thaon-les-Vosges, est à l'arrêt depuis le 18 mars, selon Vosges Matin

Heuliez Bus : l'usine de bus de Rorthais (Deux-Sèvres) a été partiellement arrêtée le 17 mars, et au moins jusqu'au 5 avril.

Iveco Bus : l'usine d'autobus d'Annonay (Ardèche) est fermée. Une reprise partielle de l'activité est à l'étude.

Mahle-Behr France : L'équipementier allemand a fermé son usine basée à Rouffach (Haut-Rhin) dès 5 heures, jeudi 19 mars, jusqu’au 1er avril. 

MBK : La filiale du groupe japonais Yamaha a fermé le 16 mars le site de production de deux-roues MBK à Rouvroy (Pas-de-Calais).

Massey-Feghuson : L'usine de tracteurs Agco de Beauvais (Oise) est arrêtée depuis le 30 mars, avec 500 personnes au chômage partiel.

Mecachrome : Le mécanicien de précision a fermé et désinfecté ses huit usines françaises. Elles ont toutes rouvert depuis.

Michelin : Les usines sont fermées à Avallon (Yonne), Cholet (Maine-et-Loire), Golbey (Vosges), Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire), La Combaude (Puy-de-Dôme), La Roche-sur-Yon (Vendée), Les Gravanches (Puy-de-Dôme), Montagny (Rhône), Roanne (Loire), et Vannes (Morbihan). Les sites de Bourges (Cher) et Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) maintiennent une activité minimale.

Le 31 mars,  l'activité reprend partiellement dans les usines de de Blavozy (Haute-Loire), Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) et Troyes (Aube).

Plastic Omnium : toutes les usines françaises sont fermées depuis la semaine du 16 mars. Pas de reprise attendue avant quinze jours à un mois.

PSA : toutes les usines françaises vont fermer dans la semaine du 16 mars et au moins jusqu'au 27 mars. La fonderie située dans la zone industrielle des Ayvelles (Ardennes) a également fermé le 18 mars pour une durée indéterminée.

Le site de Poissy (Yvelines) doit rouvrir partiellement pour l'assemblage de respirateurs destinés à Air Liquide.

Renault : les douze sites français sont fermés à partir du 16 mars.

Renault Trucks (filiale de Volvo) : les quatre usines françaises sont fermées depuis le 16 mars et jusqu'à nouvel ordre à Blainville-sur-Orne (Calvados), Bourg-en-Bresse (Ain), Lyon (Rhône) et Limoges (Haute-Vienne). Les services de dépannage et les ateliers de réparation restent ouverts.

Scania : L'usine de poids lourds d'Angers est arrêtée pour une durée indéterminée, selon Angers Villactu.

Smart : l'usine de Hambach (Moselle) est à l'arrêt depuis le 17 mars.

Toyota : l’usine d’Onnaing (Nord) est fermée depuis le 18 mars pour une durée indéterminée.

Trigano : l'usine de caravanes et de camping-cars de Tournon-sur-Rhône (Ardèche) est fermée.

Valeo : L'usine d'Amiens nord (Somme) est partiellement fermée après la détection de plusieurs de Covid-19 parmi les salariés. 450 des 900 salariés ont été renvoyés chez eux, selon France Bleu.

Walor : Le spécialiste européen de la fabrication de pièces usinées a arrêté deux usines à Bogny-sur-Meuse et Vouziers, dans les Ardennes. L'usine de Vouziers pourrait rouvrir le 1er avril. Aucune date n'a été fixée pour celle de Bogny-sur-Meuse.

Défense

MBDA : Le missilier a suspendu sa production à Bourges (Cher) et Selles-Saint-Denis (Loir-et-Cher). La production a repris partiellement ce 6 avril.

Électronique, équipements et optique

Cibox : l'usine de fabrication de portes d'entrées et de boîtes aux lettres de Valence (Drôme) a fermé.

Dagard : le fabricant de panneaux pour chambres froides et salles blanches (400 salariés à Boussac, en Creuse) a stoppé sa production le 17 mars suite à l’annulation de chantiers notamment dans le secteur hospitalier.

EssilorLuxottica : Tous les sites industriels en France sont fermés, a révélé le 27 mars l'entreprise spécialisée dans les équipements optiques et la lunetterie.

Manitou : Installée à Ancenis (Loire-Atlantique), l'entreprise spécialisée dans la construction de chariots élévateurs a fermé toutes ses usines le 17 mars, selon Ouest France. Pas de reprise envisagée avant mi-avril.

Schneider Electric : Le groupe spécialisé dans les matériels électriques a réduit ses activités aux opérations critiques dans 80 sites tertiaires et industriels. Une trentaine de sites de production et une trentaine d'agences commerciales sont concernés.

Somfy : Le spécialiste des équipements électriques annonce la suspension temporaire de l’activité dans son usine de Cluses, et sur ses sites italiens et tunisien, ainsi que la suspension temporaire des activités sur son site logistique de Bonneville en France.

Canon : L'usine de Liffré (Ille-et-Vilaine) est fermée depuis le 18 mars, selon Ouest France.

Énergie

Commissariat à l'énergie atomique (CEA) : L'activité a été fortement réduite sur le site de Saint-Paul-lez-Durance (Bouches-du-Rhône) qui accueille 5 000 personnes dont 2 400 salariés. Une vingtaine d'installations ont été placées en sûreté-sécurité.

General Electric : Les salariés du site de Belfort (Territoire-de-Belfort) ont exercé leur droit de retrait le 17 mars, mettant la production à l'arrêt. Elle a repris partiellement le 23 mars.

Ferroviaire

Alstom : La majorité des usines françaises sont arrêtées après les protestations des syndicats. Les établissements de Belfort (Territoire de Belfort), Le Creusot (Saône-et-Loire), Ornans (Doubs), Reichshoffen (Bas-Rhin) et La Rochelle (Charente-Maritime) ont fermé l'essentiel de leurs activités.

Bombardier : l’usine de Crespin (Nord) est arrêtée jusqu'à nouvel ordre.

Jouets

Smoby : Les salariés des sites de production et du centre logistique sont au chômage partiel depuis les 17 et 18 mars.

Luxe

Hermès : 42 sites de production sur 52 en France et en Suisse vont fermer progressivement, une mesure effective jusqu'au 30 mars.

Les Tanneries Roux (du groupe LVMH) : Les ateliers de Romans-sur-Isère (Drôme) ont fermé.

Maritime

Bénéteau : Le groupe spécialisé dans la production de bateaux et de mobile-homes a annoncé la fermeture de 17 usines le 17 mars pour une durée indéterminée, a rapporté Ouest France. Les sites concernés sont tous situés en Vendée.

Chantiers de l'Atlantique : plusieurs ateliers ont fermé depuis le 17 mars et jusqu'à la fin de la même semaine à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) et Brais. 

Man Solutions Energy : La filiale du groupe allemand a fermé un site de production de moteurs à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) le 18 mars, selon France Bleu.

Métallurgie

ArcelorMittal : La production est limitée sur les sites de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) et Saint-Chély-d’Apcher (Lozère). Suspendue à Florange (Moselle) dans un premier temps, elle a redémarré progressivement le 25 mars après une semaine d'arrêt.

Berlier : l'entreprise spécialisée en chaudronnerie et tôlerie avait fermé son site de Saint-Paul-en-Jarez (Loire) le 17 mars. Les ateliers redémarrent à 80 % de leur capacité à compter du 30 mars.

Fayolle : le spécialiste en chaudronnerie et tôlerie avait fermé son site d'Yssingeaux (Haute-Loire) le 17 mars. Il a annoncé une reprise à 80 % à partir du 30 mars.

La Fonte Ardennaise :  La Fonte Ardennaise arrête la production de ses huit sites en France.

Recylex: le recycleur franco-allemand de batteries au plomb et de métaux spéciaux, dont le zinc, a annoncé le 25 mars la mise à l'arrêt de ses sites de recyclage du plomb et du polypropylène à Arnas (Rhône) et Escaudœuvres (Nord) ainsi que sa fonderie Weser-Metall GmbH en Allemagne. Il maintient pour l'instant l'activité dans le zinc et les métaux spéciaux.

Saint-Gobain PAM : La filiale de Saint-Gobain spécialisée dans les solutions de canalisations a arrêté le 18 mars et pour une durée initiale de 15 jours la production de ses cinq établissements, selon L'Est Républicain. Les sites concernés sont situés à Bayard-sur-Marne (Haute-Marne), Blénod-lès-Pont-à-Mousson, Foug, Toul et Pont-à-Mousson en Meurthe-et-Moselle.

Pharmaceutique

Ipsen : Depuis le 20 mars et jusqu’au 6 avril, l’usine Ipsen de Signes (Var) arrête sa production en raison de cas suspectés de Covid-19 et pour "un nettoyage en profondeur" des locaux.

Plasturgie

Nicoll : Le plasturgiste français a arrêté ses activités de production et de logistique depuis le 17 mars sur cinq sites à Argenton-les-Vallées (Deux-Sèvres), Cholet (Maine-et-Loire), Frontonas (Isère), Harfleur (Seine-Maritime) et Mèze (Hérault). Plus de 900 salariés sont concernés.

Plastivaloire : Le plasturgiste et équipementier automobile Plastivaloire a commencé à fermer ses usines le 20 mars. Le siège social de Langeais (Inde-et-Loire) est notamment concerné.

Emballages et verrerie

Albéa : Le spécialiste de l'emballage cosmétique, très sollicité, a mis à l'arrêt certaines usines pour les désinfecter auprès la survenue de cas de Covid-19 parmi ses salariés. Mais la production se poursuit.

Cristallerie Baccarat : Le site de Baccarat (Meurthe-et-Moselle) a interrompu la production depuis le 16 mars et jusqu'au 26 avril, selon France Bleu. Une activité minimale est maintenue pour alimenter les fours.

Pochet : Le fabricant d'emballages pour les acteurs du luxe va fermer progressivement ses usines français. Six sites français ont déjà réduit leur activité depuis le 16 mars.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

22/03/2020 - 15h03 -

Pourquoi toutes les usines de 1ere necessité en France ne sont pas fermés. Dans la plastic vallée â Oyonnax beaucoup d usines restent ouvertes et ne respectent pas les consignes de securitè
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte