Rebond des Bourses européennes mais les doutes persistent

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes tentent un rebond mardi dans la matinée, les actions effaçant une partie des lourdes pertes subies la veille face à un regain d'inquiétudes concernant la propagation d'une nouvelle souche du coronavirus.
Partager
Rebond des Bourses européennes mais les doutes persistent
Les principales Bourses européennes tentent un rebond mardi dans la matinée, les actions effaçant une partie des lourdes pertes subies la veille face à un regain d'inquiétudes concernant la propagation d'une nouvelle souche du coronavirus. À Paris, l'indice CAC 40, qui a cédé lundi 2,4%, regagne 1,3% à 5.463,44 points vers 09h00 GMT. À Francfort, le Dax prend 1,3% et à Londres, le FTSE s'octroie 0,29%. /Photo prise le 17 septembre 2020/REUTERS/Charles Platiau

À Paris, l'indice CAC 40, qui a cédé lundi 2,4%, regagne 1,3% à 5.463,44 points vers 09h00 GMT. À Francfort, le Dax prend 1,3% et à Londres, le FTSE s'octroie 0,29%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro avance de 1,31%, le FTSEurofirst 300 de 1,09% et le Stoxx 600 de 1,09%.

Lundi, les grands indices boursiers d'Europe ont perdu plus de 2% après la décision de plusieurs pays à travers le monde de fermer leurs frontières aux personnes en provenance de Grande-Bretagne en raison des craintes suscitées par une nouvelle souche du coronavirus hautement contagieuse décelée sur le territoire britannique.

Le Royaume-Uni et la France, qui travaillent à lever le blocage de la frontière, pourraient annoncer rapidement la reprise du transports de marchandises.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS), qui prévoit prochainement une réunion sur la variante, a tenté de rassurer lundi en mettant en garde contre toute crainte excessive, les mutations faisant partie de l'évolution normale d'une épidémie.

Par ailleurs, le directeur général de BioNTech s'est dit convaincu que le vaccin développé avec Pfizer serait efficace contre la nouvelle souche du coronavirus après avoir obtenu le feu vert de la Commission européenne à son utilisation dans l'UE.

Aux Etats-Unis, après des mois de blocage, le Congrès a approuvé lundi un plan de relance de 892 milliards de dollars (729 milliards d'euros) destiné à compenser les effets de la pandémie sur l'économie américaine et qui prévoit entre autres des aides directes aux particuliers et une indemnisation supplémentaire pour les demandeurs d'emplois.

En macro-économie, le marché suivra la publication de la dernière estimation de la croissance des Etats-Unis du troisième trimestre, attendue à 12h30 GMT.

LES VALEURS A SUIVRE :

A l'inverse de la journée de lundi, l'ensemble des indices sectoriels sont en hausse dans les premiers échanges. Le compartiment bancaire, plus forte hausse sectorielle, reprend 1,86% après avoir chuté de 3,6% la veille.

Les secteurs de l'assurance, de la distribution et de la technologie gagnent de 1,5% à 1,7%.

Société générale, qui a accusé la plus lourde baisse du CAC lundi (-5,19%), fait désormais course en tête avec un gain de 2,64%. Du côté du SBF 120, Air France-KLM reprend 5,63% après -4,16% lundi.

A WALL STREET

Les contrats à terme suggèrent une ouverture sans grand changement à Wall Street ce mardi au lendemain d'une séance désordonnée, freinée, comme en Europe, par les craintes d'aggravation de l'épidémie. [.NFR]

Soutenu par les valeurs financières, l'indice Dow Jones a gagné 0,12% à 30.216,45. Le S&P-500 a en revanche perdu 0,39% à 3.694,92 et le Nasdaq Composite a cédé 0,10% à 12.742,52 points.

Aux valeurs, les grandes banques ont brillé après avoir été autorisées par la Réserve fédérale à reprendre les rachats d'actions sous certaines conditions et à continuer de verser des dividendes limités. Goldman Sachs (+6,13%) a été de loin le plus important soutien au Dow Jones.

Tesla, qui a fait des débuts très attendus au sein du S&P-500, a chuté de 6,5% à 649,86 dollars après avoir inscrit vendredi un plus haut record à 695 dollars par action et gagné plus de 700% depuis le début d'année.

EN ASIE

Le Nikkei à la Bourse de Tokyo a terminé en baisse de 1,04% à un creux de deux semaines, les investisseurs profitant des inquiétudes liées au coronavirus pour prendre leurs bénéfices après deux mois de gains importants.

Les Bourses en Chine ont fini aussi dans le rouge, affectées par les tensions persistantes entre Pékin et Washington bien que les pertes soient en partie limitées par le dynamisme économique de la deuxième puissance mondiale.

L'administration de Donald Trump a publié lundi une liste d'entreprises chinoises et russes ayant des liens présumés avec l'armée de la République populaire, limitant ainsi leurs achats d'un large éventail de produits et de technologies américains.

L'indice Composite de Shanghai a reculé de 1,86% et le CSI300 de Chine continentale de 1,63%.

CHANGES/TAUX

Signe que la nervosité n'a pas totalement disparu, le dollar avance face aux autres grandes devises en profitant de nouveau de son statut de valeur refuge. L'indice mesurant ses variations par rapport à un panier de référence est en hausse de 0,24% et l'euro revient à 1,2223, soit un recul de 0,16%.

La livre sterling cède encore du terrain et perd 0,2% contre le billet vert.

Dans le dossier du Brexit, plusieurs sujets, dont la question de la pêche, constituent des points de désaccord entre l'Union européenne et le Royaume-Uni dans le cadre des négociations sur leurs futures relations, a déclaré lundi le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes.

Sur le marché obligataire, le dix ans américain poursuit sa baisse et lâche près de deux points de base à 0,9263%.

Dans les premiers échanges, le rendement du Bund à dix ans recule légèrement, autour de -0,596%.

PÉTROLE

Les cours pétroliers continuent de reculer alors que la propagation rapide d'une nouvelle souche du coronavirus outre-Manche a incité plusieurs pays à fermer temporairement leurs frontières avec le Royaume-Uni.

Le Brent baisse de 1,36% à 50,22 dollars le baril et le brut américain (West Texas Intermediate, WTI) de 1,46% à 47,27 dollars.

Les deux contrats à terme ont cédé plus de 2,5% mardi.

PRINCIPAUX INDICATEURS ÉCONOMIQUES À L'AGENDA DU 22 DÉCEMBRE:

PAYS GMT INDICATEUR PÉRIODE CONSENSU PRÉCÉDENT

S

US 13h30 PIB T3 (déf.) 33,1% 33,1%*

* estimation précédente

(Laetitia Volga, édité par Jean-Michel Bélot)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

PFIZER

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS