Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Rebond de PSA, quelle marge de manoeuvre pour Manuel Valls, les Mistral à quai, Amazon : la revue de presse de l'industrie

Sylvain Arnulf

Publié le

Le rebond de PSA fait la une des Echos et du Parisien / Aujourd'hui en France ce 19 février. Egalement dans l'actualité, les conséquences du recours au 49.3 sur la loi Macron. Avec cette question : Manuel Valls aura-t-il le champ libre pour conduire de nouvelles réformes ?

PSA : les raisons d'une embellie

Le Parisien s'en réjouit en Une : les constructeurs automobiles français vont mieux, "grâce à leurs bonnes recettes". "Une embellie qui est due davantage aux stratégies sociales et industrielles mises en œuvre qu'à une hausse des ventes", explique le quotidien.

Les Echos s'intéresse en particulier à la forme retrouvée de PSA. "Le constructeur automobile renfloué l'an passé par le chinois DongFeng et l'Etat français, a remis ses activités automobiles à l'équilibre, ce qui n'était pas arrivé depuis 2010. C'est le fruit de lourdes restructurations, d'un travail sur le besoin en fonds de roulement et d'une discipline renforcée sur les prix de vente". Mais la rechute est toujours possible, "d'autant plus que le plan produit va connaître un passage à vide", souligne le journal.

En attendant, les efforts fournis par les salariés pour redresser l'entreprise seront récompensés. "Le montant de l'intéressement va ainsi quadrupler pour atteindre 220 millions d'euros, dont la moitié accordée aux salariés français. Chacun d'entre eux recevra en moyenne 1 223 euros", annonce Le Figaro.

 

Notre analyse : "PSA va mieux mais... trois chantiers restent encore à venir"

 

Le 49.3 affaiblit-il ou renforce-t-il Manuel Valls ?

Ce 19 février, la presse continue d'analyser les conséquences du passage en force du gouvernement sur la loi Macron. "Manuel Valls peut-il encore réformer ?", s'interroge La Croix en une. "Manuel Valls et Emmanuel Macron devraient y regarder à deux fois avant de lancer une nouvelle réforme sur le terrain économique et social", juge le journal."Certains prêtaient au ministre de l’économie l’intention d’engager l’acte II de la réforme du marché du travail. Alors que la loi de sécurisation de l’emploi ouvre depuis 2014 la possibilité pour les entreprises en difficulté de décider, après accord majoritaire, de déroger à la loi en termes de rémunération et surtout de temps de travail, il était tenté d’ouvrir cette possibilité aux entreprises qui vont bien, conformément au souhait du patronat. Aujourd’hui, cette perspective s’éloigne alors que le dialogue social n’est pas au mieux".

Mais Manuel Valls est persuadé qu'il ne ressort pas si abimé que ça de cet épisode, explique L'Opinion. "Il ne désespère pas de voir son passage en force approuvé par l'opinion", écrit le quotidien libéral, qui cite un parlementaire : "Il a montré sa fermeté à gouverner, y compris envers et contre son propre camp. Ce sont les parlementaires qui sortent en lambeaux de cette journée, pas lui".
Bruxelles semble penser la même chose : " Le recours à l’article 49-3 est jugé comme un signe positif par la Commission européenne", affirme BFM Business.

 

Lisez notre analyse "Pour le gouvernement, difficile de réformer après la loi Macron" dans notre dossier

 

Les Mistral qui restent à quai, combien ça coûte à la France ?

Après avoir reporté "jusqu'à nouvel ordre" au vu de la dégradation du dossier ukrainien la livraison du premier navire militaire Mistral commandé par Moscou, la France pourrait revoir sa position. "Garder les navires à quai coûterait 5 millions d'euros par mois à l'Etat", affirme LCI.

La bataille des abonnements sur les livres numériques est lancée

Un rapport a été remis le 18 février par la médiatrice du livre, Laurence Engel, à la Ministre de la Culture et de la Communication. Fleur Pellerin déclare la guerre au Netflix du livre : l’offre Amazon Kindle unlimited est illégale, dit-elle. "Sauf qu’à côté d’Amazon, il existe des dizaines d’autres acteurs sur ce même créneau, dont des start-up françaises qui craignent pour leur activité", explique France Inter.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle