Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Rebond boursier en Europe, regain d'espoir sur le commerce

Publié le

par Marc Angrand

Rebond boursier en Europe, regain d'espoir sur le commerce
Les principales Bourses européennes évoluent en hausse en début de séance mardi. Après une heure d'échanges, le CAC 40 à Paris gagne 0,68% à 4.774,84 points. À Francfort, le Dax, très tourné vers l'export, prend 0,70% et à Londres, le FTSE 100 avance de 0,40%. /Photo d'archives/REUTERS/Toby Melville
© Toby Melville

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en hausse en début de séance mardi et effacent une bonne partie des pertes subies la veille en profitant entre autres d'un regain d'espoir sur les relations commerciales, dans l'attente de précisions sur le Brexit.

Après une heure d'échanges, le CAC 40 à Paris gagne 0,68% à 4.774,84 points. À Francfort, le Dax, très tourné vers l'export, prend 0,70% et à Londres, le FTSE 100 avance de 0,40%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en hausse de 0,74%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,58% et le Stoxx 600 de 0,80%.

Le ministère chinois du Commerce a annoncé mardi que le vice-Premier ministre Liu He s'était entretenu mardi par téléphone avec le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, et le représentant au Commerce, Robert Lighthizer, en vue de la prochaine session de négociations bilatérales.

La prudence reste toutefois de mise sur ce dossier après les déceptions et les rebondissements des dernières semaines, dans un contexte de remise en question des perspectives de croissance.

S&P Global Ratings a ainsi annoncé avoir revu en baisse ses prévisions de croissance pour la plupart des pays de la région Asie-Pacifique en constant que "les moteurs de croissance qui avaient favorisé la reprise dans la région ont commencé à ralentir" et en soulignant que l'investissement manufacturier serait la première victime d'une montée des tensions commerciales.

L'autre grand motif de préoccupation du moment reste le projet de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, dont les modalités sont redevenues floues après le report du vote des députés britanniques sur l'accord conclu le mois dernier avec les autorités de l'UE.

On surveillera donc avec attention les chiffres mensuels du marché britannique du travail à 09h30 GMT et, une demi-heure plus tard, l'indice ZEW du sentiment des investisseurs en Allemagne, ainsi que les discussions que Theresa May, la Première ministre britannique, doit avoir dans la journée avec des responsables de l'UE.

VALEURS

Le rebond en Europe profite en premier lieu aux secteurs les plus exposés aux tensions commerciales comme les matières premières, dont l'indice Stoxx de référence avance de 1,98%, ou celui des hautes technologies, qui prend 1,21%.

A Paris, ArcelorMittal (+2,64%) et STMicroelectronics (+2,96%) enregistrent les meilleures performances du CAC.

LVMH (+1,81%) et Carrefour (+1,64%) suivent après l'annonce lundi soir par le président français, Emmanuel Macron, de mesures censées favoriser la sortie du mouvement social des "gilets jaunes" et donc la reprise d'une activité commerciale normale.

Parmi les plus fortes hausses du Stoxx 600, le groupe publicitaire britannique WPP gagne 4,82% après la présentation d'un nouveau plan stratégique, le relèvement de sa prévision de chiffre d'affaires organique pour l'exercice en cours et la confirmation de sa politique de dividende.

A la baisse, Suez perd 2,96%, le recul le plus marqué du SBF 120. La direction d'Engie (+0,17%) a proposé le statu quo sur la participation de 32% dans Suez, a-t-on appris de source proche du conseil, confirmant une information des Echos, ce qui revient à écarter l'hypothèse d'une OPA du producteur d'énergie.

EN ASIE

La Bourse de Tokyo a fini en baisse de 0,34%, les incertitudes sur la croissance mondiale, le Brexit et les relations commerciales entre le Japon et les Etats-Unis l'ayant emporté sur l'annonce par la Chine de la poursuite des discussions avec les Etats-Unis sur les barrières douanières.

L'indice Nikkei a fini à 21.148,02 points, son plus bas niveau de clôture depuis mars, et le Topix, plus large, a cédé 0,91% à 1.575,31, au plus bas en clôture depuis mai 2017.

En Chine, les marchés actions ont connu eux aussi une séance irrégulière mais celle-ci s'est achevée dans le vert, l'indice SSE Composite de Shanghai gagnant 0,37% en clôture.

A WALL STREET

La remontée des cours des grandes valeurs technologiques a permis aux grands indices américains de finir en légère hausse lundi après avoir passé la majeure partie de la séance dans le rouge.

L'indice Dow Jones a gagné 34,31 points (0,14%) à 24.423,26, le S&P-500, plus large, a pris 4,64 points (0,18%) à 2.637,72 et le Nasdaq Composite a avancé de 51,27 points (0,74%) à 7.020,52. Mais le S&P et le Dow ont touché des creux de respectivement huit et sept mois dans les premiers échanges.

La plus forte hausse sectorielle a été pour l'indice technologique du S&P (+1,43%), alors que celui des banques accusait en clôture un repli de 2,33%, conséquence du regain d'incertitude sur le Brexit.

Le S&P des banques est officiellement en "bear market" avec un recul de 21% sur son pic du premier février.

CHANGES

La livre sterling, première victime de l'annonce du report du vote de la Chambre des communes sur le Brexit, regagne du terrain face au dollar à 1,2604 s'éloignant du plus bas de 20 mois touché la veille à 1,2507, et face à l'euro, qui reste toutefois proche du seuil des 90 pence.

La monnaie unique est parallèlement en hausse de 0,2% face au dollar à 1,1380.

L'indice dollar, qui mesure les fluctuations de la monnaie américaine face à un panier de devises de référence, recule de 0,27%, effaçant une partie de ses gains de la veille (+0,73%).

TAUX

Le rebond des actions favorise la baisse des marchés obligataires: le rendement du Bund allemand à dix ans, référence pour la zone euro, prend plus de deux points de base à 0,264%.

La hausse est plus marquée pour le dix ans français, qui prend plus de cinq points à près de 0,74%. L'écart de rendement ("spread") entre les titres français et allemand dépasse ainsi 47 points, au plus haut depuis le mois de mai.

PÉTROLE

Les cours du brut restent sous pression, les inquiétudes pour la croissance mondiale et les doutes sur la baisse annoncée de la production de l'"Opep+" l'emportant sur l'annonce d'une baisse des exportations libyennes.

Le Brent est revenu sous le seuil des 60 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) sous 51 dollars.

La Russie compte réduire sa production pétrolière d'environ 50.000 à 60.000 barils par jour (bpj) en janvier, a dit mardi le ministre de l'Energie, Alexandre Novak, un volume bien inférieur à celui sur lequel Moscou s'est engagé la semaine dernière dans le cadre d'un accord avec l'Opep.

(Édité par Véronique Tison)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle