Rebond attendu en 2017 des introductions en Bourse aux USA

par Sweta Singh
Partager

(Reuters) - Le marché des introductions en Bourse (IPO) aux Etats-Unis devrait rebondir l'an prochain après une année 2016 terne, porté par des perspectives économiques jugées encourageantes et un regain de visibilité maintenant que l'élection présidentielle est passée aux Etats-Unis.

La Réserve fédérale américaine a relevé son principal taux directeur d'un quart de point mercredi, la première hausse depuis un an et la seconde depuis la crise financière.

La banque centrale américaine a également dit s'attendre à une accélération du rythme des hausses de taux en 2017, semblant ainsi s'adapter aux promesses de baisse d'impôts, de hausse des dépenses et de dérégulation de la future administration du président élu Donald Trump.

Les introductions en Bourse devraient également recevoir un coup de pouce des sociétés de capital-investissement qui cherchent à se désengager de certains placements, ont dit à Reuters des dirigeants du Nasdaq et de la Bourse de New York.

Parmi les sociétés susceptibles d'entrer en Bourse début 2017, on compte notamment Snap, la maison-mère de l'application de messagerie Snapchat, et Uber Technologies, le service de VTC, deux start-up valorisées plusieurs dizaines de milliards de dollars.

"Nous allons voir davantage d'entreprises aller en Bourse maintenant que les élections sont passées", a dit John Tuttle, responsable des introductions en Bourse au New York Stock Exchange.

"Nous avons une vision claire des quatre prochaines années du point de vue réglementaire et politique. Et les entreprises aiment avoir des certitudes", a-t-il ajouté.

Le nombre d'introductions en Bourse aux Etats-Unis en 2016 a baissé de plus d'un tiers comparé à 2015. Un quart des 102 sociétés qui ont effectué leurs débuts en Bourse cette année affichent un cours inférieur à leur prix d'introduction, selon Renaissance Capital, une société spécialisée dans les IPO.

Pour 2017, 96 demandes actives d'entrée en Bourse aux Etats-Unis sont déjà déposées, a recensé Joseph Brantuk, vice-président et responsable des nouvelles inscriptions et introductions en Bourse au Nasdaq. Parmi ces demandes, 53 pourraient se faire sur le Nasdaq.

FINANCEMENT PAR ENDETTEMENT PLUS ONÉREUX

Le marché américain des IPO en 2016 est en passe d'enregistrer sa pire année depuis la crise financière en 2009, lorsque seulement 56 sociétés étaient entrées en Bourse.

Outre l'incertitude entourant l'élection présidentielle aux Etats-Unis, les investisseurs s'interrogeaient également cette année sur le rythme des hausses de taux de la Fed.

"Des taux d'intérêt plus élevés peuvent inciter certains fonds de capital-investissement à renoncer au rachat d'entreprises par la dette", a déclaré Jay Ritter, un expert en IPO et professeur à l'Université de Floride.

Des taux d'intérêt élevés renchérissent en effet le coût de la dette, rendant ainsi le financement par endettement plus onéreux que celui par action.

En outre, plusieurs sociétés de capital-investissement se rapprochent de leur période de sortie après avoir conservé leurs placements pendant cinq à six ans.

La société Snap, installée à Venice, en Californie, pourrait entrer en Bourse dès le mois de mars et devrait être valorisée entre 20 et 25 milliards de dollars (19 et 24 milliards d'euros).

Soutenue par Sequoia Capital et T. Rowe Price, la cotation de Snap serait alors la plus importante introduction en Bourse dans le secteur technologique aux Etats-Unis depuis Facebook en 2012, valorisé 81,2 milliards de dollars à l'époque.

Les investisseurs s'attendent également à ce qu'Uber fasse ses débuts boursiers en 2017, avec une valorisation d'environ 63 milliards de dollars, au regard de son dernier tour de table financier effectué en juin.

Le service de musique en ligne Spotify, l'une des pépites technologiques européennes, pourrait être une aubaine pour le Vieux Continent où les start-up sont généralement cédées très tôt.

Selon Joseph Brantuk, les secteurs de la technologie, de la santé et de la finance sont parmi les plus actifs en ce qui concerne les IPO.

"Nous n'avons jamais été autant occupés", a-t-il dit.

(Claude Chendjou pour le service français, édité par Betrand Boucey)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Ingénieur-e Qualité /Navigabilité F/H

Safran - 09/11/2022 - CDI - Niort

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

90 - BELFORT

Réfection des halls 19 rue Lumière

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS