Réactions mitigées après la nomination d’Emmanuel Macron

Elodie Vallerey , , ,

Publié le

Le 26 août, le Premier ministre a nommé l’ancien conseiller économique de François Hollande, Emmanuel Macron, au ministère de l’Economie, de l'Industrie et du Numérique. L'arrivée à Bercy de cet ancien banquier d'affaires de 36 ans suscite des réactions politiques et syndicales divergentes : le patronat salue sa nomination, les représentants des salariés se méfient, la sphère politique déplore un symbole négatif.

Réactions mitigées après la nomination d’Emmanuel Macron © Capture vidéo iTélé

Pour le président du Medef Pierre Gattaz, qui ouvrira en début d’après-midi l’université d’été de l’organisation patronale, "Emmanuel Macron a trois atouts : il connaît l'entreprise, il connaît l'économie de marché et il connaît la mondialisation", a-t-il commenté sur RTL, attendant tout de même de voir "les faits et les mesures" avant de se réjouir de cette nomination.

Thibault Lanxade, le président du pôle entrepreneuriat du Medef, pense que le nouveau ministre saura aller "dans la bonne direction".

La Confédération Générale des Petites et Moyennes Entreprises se félicite de l‘arrivée d’Emmanuel Macron à Bercy : "Je (le) connais bien, c'est un homme de grande qualité, qui connaît bien l'économie. C'est une satisfaction", a déclaré le président de la CGPME Jean-François Roubaud sur RMC Info. Toutefois, le chef d’entreprise se dit "déçu" de n’avoir " toujours pas de Ministre en charge des PME". "Il faut une politique claire, nette et cohérente de soutien aux entreprises pour rétablir la confiance et refaire partir la croissance", a commenté pour sa part le secrétaire général de la CGPME Jean-Eudes du Mesnil sur France 3.

Le Club des Entrepreneurs, par la voix de son président Guillaume Cairou, estime dans un communiqué que cette nomination est "un signal positif pour le monde des entrepreneurs" et "de nature à (les) rassurer".

L'expérience d'Emmanuel Macron dans le privé semble rassurer les grands patrons du Cac 40 tels que Stéphane Richard, le PDG d'Orange :

Du côté des syndicats, l'arrivée d'Emmanuel Macron effraie. Le secrétaire général de Force Ouvrière Jean-Claude Mailly estime que ce n'est " pas une bonne idée pour l'économie française". "Ce n'est pas une trahison mais je suis inquiet étant donné son parcours. La ligne économique menée depuis deux ans, à savoir une politique d'austérité, va être renforcée. A moins qu'Emmanuel Macron change", a-t-il prédit sur France Inter.

Pour les députés socialistes "frondeurs" Laurent Baumel, Jean-Marc Germain et Christian Paul, cette nomination est "une provocation évidente", "un symbole regrettable". Ils déplorent déjà le départ d'Arnaud Montebourg, qui "incarnait une politique volontariste, de gauche" quand Emmanuel "Macron est celui qui convertit la gauche gouvernementale à une forme de libéralisme économique", ont-ils décrit à l'AFP.

A l'UMP, on pense que la nomination d'Emmanuel Macron est un "reniement" de la part du président de la République :

Du côté d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV), la secrétaire nationale Emmanuelle Cosse estime que cette nomination "ne va pas dans le sens " d'une "refonte de la politique économique".

Le secrétaire national du Parti communiste français, Pierre Laurent, juge dans un communiqué que la "politique annoncée" est "plus droitière que jamais, symbolisée par l'arrivée d'Emmanuel Macron, homme-clé des banques et de la finance".

Par la voix de son vice-président Florian Philippot, le Front National a décrit l'arrivée d'Emmanuel Macron à l'Economie comme "extrêmement choquante" sur LCI.

Elodie Vallerey

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte