Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Razzia sur les stocks mondiaux de cacao

Publié le

Un hedge-fund londonien a acheté 241 000 tonnes de cacao, l'équivalent de l'approvisionnement annuel de l'Europe. Objectif: faire monter les cours.

Razzia sur les stocks mondiaux de cacao © DR

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

900 millions de dollars de fèves de cacao. C'est la commande que s'est fait livrer le co-fondateur d'Armajero, Anthony Ward, surnommé "chocolate finger". De quoi remplir 155 piscines olympiques.

Cet achat gigantesque devrait faire grimper les cours du cacao. Anthony Ward, co-fondateur du groupe Armajaro, n’en est pas à son coup d'essai. Au mois d'août 2002, il a acheté 203 320 tonnes de cacao, ce qui a eut pour effet de faire passer le cours de 1400 à 1600 livres la tonne. Il a gagné près de 40 millions de livres dans les deux mois qui ont suivi.

Une industrie concentrée

Cinq multinationales occidentales maîtrisent 70% de la transformation du cacao : Callebaut, ADM cocoa, Cargill, Nestlé et Hamester. En aval, cinq multinationales se partagent 80% du marché du chocolat. Trois sont américaines : Hershey, Mars et Kraft Foods. Les deux autres sont européennes : le géant suisse Nestlé et l'italien Ferrero.
Interrogé par le quotidien suisse Le Temps, Antony Ward dément vouloir faire monter artificiellement les cours. Selon lui, l’industrie aussi joue sur les prix, tout en rejetant la faute sur les spéculateurs. Il affirme que ces derniers rendent le marché plus liquide, permettant aux producteurs et consommateurs d’obtenir un meilleur prix.

Le cacao, une offre peu élastique

Le prix du cacao sur le marché mondial est fixé dans les bourses de matières premières, principalement de Londres et de New York. Or la production de cacao est caractérisée par son manque d'élasticité. A court terme, les producteurs ont peu de marge de manœuvre pour adapter leur offre à la demande. Dès lors, le marché laisse la part belle aux spéculateurs.

La plus petite rumeur de rupture de stocks ou de surplus peut fortement influencer le prix mondial du cacao. Ainsi, une information à propos d'un tel stock de 241 000 tonnes détenu par Anthony Ward et la spéculation sur ce qu'il compte en faire risque de renforcer l'instabilité des prix du cacao. Cette instabilité est violemment ressentie par les producteurs.

Selon le site du Telegraph, Antony Ward prépare d'autres opérations sur les matières premières agricoles africaines. Des investissements y sont prévus dans les fermes et infrastructures de transport. Si le cacao restera sa cible principale, il devrait également s'intéresser au sucre.

 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle