Razzia sur les stocks mondiaux de cacao

Un hedge-fund londonien a acheté 241 000 tonnes de cacao, l'équivalent de l'approvisionnement annuel de l'Europe. Objectif: faire monter les cours.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Razzia sur les stocks mondiaux de cacao

900 millions de dollars de fèves de cacao. C'est la commande que s'est fait livrer le co-fondateur d'Armajero, Anthony Ward, surnommé "chocolate finger". De quoi remplir 155 piscines olympiques.

Cet achat gigantesque devrait faire grimper les cours du cacao. Anthony Ward, co-fondateur du groupe Armajaro, n’en est pas à son coup d'essai. Au mois d'août 2002, il a acheté 203 320 tonnes de cacao, ce qui a eut pour effet de faire passer le cours de 1400 à 1600 livres la tonne. Il a gagné près de 40 millions de livres dans les deux mois qui ont suivi.

Interrogé par le quotidien suisse Le Temps, Antony Ward dément vouloir faire monter artificiellement les cours. Selon lui, l’industrie aussi joue sur les prix, tout en rejetant la faute sur les spéculateurs. Il affirme que ces derniers rendent le marché plus liquide, permettant aux producteurs et consommateurs d’obtenir un meilleur prix.

Le cacao, une offre peu élastique

Le prix du cacao sur le marché mondial est fixé dans les bourses de matières premières, principalement de Londres et de New York. Or la production de cacao est caractérisée par son manque d'élasticité. A court terme, les producteurs ont peu de marge de manœuvre pour adapter leur offre à la demande. Dès lors, le marché laisse la part belle aux spéculateurs.

La plus petite rumeur de rupture de stocks ou de surplus peut fortement influencer le prix mondial du cacao. Ainsi, une information à propos d'un tel stock de 241 000 tonnes détenu par Anthony Ward et la spéculation sur ce qu'il compte en faire risque de renforcer l'instabilité des prix du cacao. Cette instabilité est violemment ressentie par les producteurs.

Selon le site du Telegraph, Antony Ward prépare d'autres opérations sur les matières premières agricoles africaines. Des investissements y sont prévus dans les fermes et infrastructures de transport. Si le cacao restera sa cible principale, il devrait également s'intéresser au sucre.

%%HORSTEXTE:%%

Partager

NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS