Ravitailleurs US : le partenaire d’EADS menace le Pentagone de se retirer

Northrop Grumman avertit qu’il ne participera pas à la compétition des ravitailleurs américains si le cahier des charges n’était pas amendé. L’associé d’EADS estime que le nouvel appel d’offres penche trop en faveur de son concurrent Boeing.
Partager
Ravitailleurs US : le partenaire d’EADS menace le Pentagone de se retirer

Enième rebondissement dans le processus de renouvellement des tankers de l’US Air Force. Après l’annulation des deux premiers appels d’offres, Northrop Grumman a fait savoir au ministère américain de la Défense qu’il (et son partenaire européen EADS, par la force des choses) se retirerait de la troisième manche si le cahier des charges n’était pas modifié. Autrement dit, le nouvel appel d’offres favoriserait fortement Boeing.

Par la plume de son patron Wes Bush, le groupe américain de défense critique, dans une lettre adressée directement au Pentagone, le choix d’un appareil plus petit que le modèle dérivé de l’Airbus A330, ainsi que le « fardeau contractuel et financier » imposé dans les nouvelles clauses. La maison-mère d’Airbus « partage les inquiétudes » de son partenaire et soutient totalement son initiative, dixit un porte-parole d’EADS North America.

De son côté, le Pentagone indique qu’il déplore la décision de Northrop, mais ne changera pas un mot au cahier des charges, afin de ne pas donner d’avantage à l’un ou l’autre des concurrents au renouvellement de la flotte des ravitailleurs. Boeing et Northrop Grumman auraient chacun proposé des changements qui allaient dans le sens de leurs intérêts respectifs. Selon le département de la Défense, la compétition est équitable. Les modalités définitives de l’appel d’offres, évalué désormais à environ 50 milliards de dollars, devraient être publiées en janvier, une fois l’examen des questions et commentaires terminé. Le Pentagone ajoute qu’il espère voir le tandem Northrop-EADS revenir dans la course lorsque le cahier des charges définitif sera arrêté.

Pour Loren Thompson, analyste au Lexington Institute, Boeing n’est pas non plus satisfait des clauses, notamment celle qui impose un prix fixe au contrat de développement, alors que les coûts des programmes militaires sont très souvent à réviser au fur et à mesure des avancées des travaux. D’autres stigmatisent les 373 clauses irrévocables et non-hiérarchisées, soit dix fois plus que lors du précédent appel d’offres.

0 Commentaire

Ravitailleurs US : le partenaire d’EADS menace le Pentagone de se retirer

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 10/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

78 - St Germain en Laye

Entretien de linge de table dans les bâtiments communaux

DATE DE REPONSE 04/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS