Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Rapport Gallois : premières réactions syndicales

Christophe Bys

Publié le

Louis Gallois a présenté les conclusions de son rapport aux membres de la conférence nationale de l'industrie. Les syndicalistes membres de celle-ci ont réagi aux principales mesures. Florilège des déclarations.

C'est dans la cour de l'hôtel Matignon que les représentants des syndicats qui siègent à la conférence de l'industrie ont réagi aux principales mesures contenues dans le rapport Gallois.

Mohamed Oussedik, secrétaire confédéral CGT
"Nous avons exprimé notre désaccord sur le transfert des cotisations sociales vers l'impôt. Le sujet concerne l'ensemble des salariés et même une bonne partie des retraités. On ne peut donc pas traiter cette question sous le seul angle de l'industrie, de la compétitivité.
Dans le rapport, il y a des choses très intéressantes, notamment le renforcement du rôle des salariés dans les organes de décision ou la proposition de mettre un salarié à la tête des comités d'entreprise. Il ne faudrait pas que le choc de compétitivité bloque le débat, empêche toute négociation sur les 21 autres propositions. Ce ne sont, pour l'instant, que des propositions. Il faut voir ce que va en faire le gouvernement."

Xavier Le Coq, secrétaire nationale à l'industrie de la CFE CGC
"Le rapport Gallois existe, ce n'est pas une arlésienne. Il n'y a pas de vraiment de surprise, les mesures proposées sont conformes à ce qu'on attendait. Sur les 22 propositions, Louis Gallois a travaillé sans aucun tabou. Je pense à la proposition de 4  représentants des salariés dans les conseils d'administration. C'est une bonne chose, on verra ce qui sera retenu par la Loi."

Patrick Pierron, secrétaire confédéral CFDT
"Les mesures du rapport Gallois reprennent dans une large mesure les conclusions à laquelle nous étions arrivés avec d'autres organisations syndicales et des représentants du patronat dans une délibération économique. Cela va dans le bon sens. Nous n'allons pas renier aujourd'hui ce qu'on a fait il y a un an et demi. Le rapport montre aussi que pour avoir davantage de compétitivité, il faudra signer un pacte social, c'est-à-dire créer une vraie culture de coopération entre l'Etat et les Régions, entre les banques et les entreprises, entre les grands groupes et les PME. Sur le choc de compétitivité, il renvoie aux décisions du haut comité de financement de la protection sociale. Cela va pour nous dans le bon sens. Le pacte de confiance que veut le gouvernement devra s'appuyer sur un dialogue social de qualité. Nous lui avons redit."

Pascal Pavageau, secrétaire confédéral Force ouvrière
"Le rapport Gallois porte l'idée d'un choc de compétitivité, que demande le Medef. Le transfert de 30 milliards d'euros de cotisations pour les fiscaliser est une mesure que nous n'accepterons pas. Elle repose sur un diagnostic faux, celui d'un coût du travail qui serait trop élevé. Les 31 Milliards d'euros exonérations de charges qui existent déjà ne sont pas efficaces : elles n'ont ni créé ni contribué au maintien d'un seul emploi. En revanche, nous sommes prêt à négocier sur la compétitivité hors coût, ce qui correspond à 21 des 22 propositions du rapport gallois. En revanche nous sommes fermement opposés à tout transfert de charges."

Propos recueillis par Christophe Bys

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle