Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Rainett chasse l'huile de palme et les plastiques

Olivier Cognasse ,

Publié le

Rainett chasse l'huile de palme et les plastiques
La marque du groupe allemand de produits d’entretien écologiques Werner & Mertz, veut passer de 40% à 0% d'huile de palme dans ses produits.

Les entreprises citées

La marque du groupe allemand de produits d’entretien écologiques Werner & Mertz, qui se targue depuis trente-deux ans de respecter l’environnement, a lancé plusieurs chantiers pour aller encore plus loin. « Depuis trois ans, nous avons mis le turbo », se réjouit Benoît Renauld, le directeur général France de Rainett. à commencer par le remplacement de l’huile de palme tant décriée ces derniers temps mais largement utilisée en chimie verte. "On avait une filière respectueuse de l’environnement, mais on s’est orienté vers les cultures européennes avec les huiles de tournesol, d’olives et de colza, précise Benoît Renauld. Pour ne pas entrer en compétition avec l’alimentation, nous nous tournons vers la quatrième ou cinquième pression d’huile." Problème, ces huiles sont moins stables et il a fallu développer des programmes de R & D. Après cinq ans d’efforts, l’huile de palme est passée de 100 % à 40 % dans les produits Rainett. D’ici à quatre ans, elle aura disparu. La recherche se poursuit, notamment avec l’huile de coco, des petites exploitations et une culture qui occupe trois fois moins de surface que l’huile de palme.

Mais Rainett ne s’arrête pas là. Depuis deux ans, la marque n’utilise que du PET clair recyclé pour ses emballages auparavant limité à 65 %. "Il n’y aurait plus de sujet sur le plastique qui pollue les océans et les rivières si tout le monde utilisait du plastique recyclé", dénonce le patron de Rainett France. Pour l’instant, il s’interdit d’utiliser les plastiques biosourcés qui sont difficilement recyclables et entraînent des monocultures bourrées de pesticides au détriment de cultures pour l’alimentation. Dernier chantier lancé il y a un an, la suppression d’encre toxique sur les étiquettes. "On n’est pas encore à 100 %, mais on s’en rapproche".

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle