Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Rafale, véhicules blindés... Le Qatar fait confiance au made in France

Hassan Meddah , ,

Publié le

Bonne nouvelle L'Emirat a exercé son option pour 12 Rafale supplémentaires après une commande de 24 appareils signée en mai 2015. Le Qatar a par ailleurs signé une lettre d'intention d'achat pour 490 VBCI, un premier succès à l'export pour le véhiculé blindé de Nexter.

Rafale, véhicules blindés... Le Qatar fait confiance au made in France
Les premiers Rafale devraient être livrés au Qatar fin 2018.
© DR

Nouveau succès à l'export pour l'équipe de France de la Défense. A Doha, en présence du président de la République Emmanuel Macron et de la ministre des Armées Florence Parly, Eric Trappier le PDG de Dassault Aviation a signé un contrat de vente pour 12 Rafale avec l'Etat du Qatar. Le montant n'a pas été dévoilé mais les options bénéficient en général des mêmes conditions tarifaires que la commande initiale. En mai 2015, la vente pour les 24 appareils avait été estimée à 6,3 milliards d'euros, formation et armement compris. En prenant une option pour 36 appareils supplémentaires, l'Emirat pourrait à terme disposer d'une flotte de 72 Rafale, soit la plus grande après la France. Par ailleurs, le Qatar a signé une lettre d'intention d'achat pour 490 VBCI, les véhicules blindés 8 roues motrices de Nexter qui enregistrent ainsi leur premier succès à l'export.

Trois ans pour produire un Rafale

L'armée qatarienne a demandé des options techniques particulières. Les Rafale livrés correspondront à la dernière version dont bénéficie l'armée de l'air française, soit le standard F3R intégrant le radar à antennes actives. Les avions seront toutefois livrés sans les systèmes électroniques correspondant à la mission nucléaire et sans les systèmes de communication au standard OTAN. Par ailleurs, le Qatar a sélectionné le pod Sniper (système optique qui permet de mettre en oeuvre les bombes à guidage laser) de l'Américain Lockheed Martin plutôt que la solution Talios de l'équipementier français Thales. Comme il faut trois ans pour produire un Rafale, les premières livraisons pour le Qatar devraient intervenir en 2018.

Avec ce succès, Dassault Aviation aura vendu 96 Rafale à l'export auprès de trois nations différentes (24 à l'Egypte, 36 au Qatar, 36 à l'Inde). Cela se compare aux 180 appareils commandés par l'armée française dont 149 ont été livrés. Le Rafale affiche un taux d'exportation de 35%. Un chiffre inespéré il y a encore 5 ans quand certains le qualifiaient encore d'avion "inexportable", mais encore loin du Mirage 2000 exporté à 50%, ou encore du Mirage 3 (et ses dérivés) exporté à plus de 70%.

Toutefois, l'histoire est loin d'être finie. Des pays pourraient suivre l'exemple du Qatar comme l'Egypte, tenté d'exercer son option pour 12 appareils supplémentaires ou passer des commandes supplémentaires comme on en prête l'intention à l'Inde. A cela s'ajoute une liste de pays qui ont ou vont lancer des compétitions pour s'équiper en avions de combat et où la France s'est positionnée: la Belgique, le Canada, la Malaisie.

Montée en cadence progressive

Paradoxalement, ces succès à l'exportation ne se matérialisent pas spectaculairement au niveau de la chaîne d'assemblage de Dassault Aviation basée à Mérignac. D'une part, parce que les livraisons réalisées à l'export compensent aujourd'hui la baisse des livraisons au profit de l'armée française. Ainsi Dassault Aviation ne livrera que trois appareils à la DGA (direction générale de l'armement) en 2018 contre 11 en moyenne. A fin juillet, les Egyptiens avaient reçu 11 appareils sur les 24 en commande.

D'autre part, parce que ce sont d'abord les sous-traitants en amont du process de fabrication qui sont concernés. Ils commencent à produire des jeux d'équipements correspondant à une cadence comprise entre 2 et 3 appareils par mois. Toutefois, dès 2019, on devrait voir sortir des chaînes de l'avionneur des Rafale indiens, qataris et égyptiens...

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus