Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Qwant a-t-il menti sur sa technologie made in France ?

Aurélie Barbaux , , ,

Publié le

Made in France Le nouveau moteur de recherche social Qwant.com est accusé dans un billet de blog d’afficher, sans le dire, des résultats de recherche issus de sites étrangers et donc d’avoir communiqué à tort sur sa technologie 100% française. Décryptage.

Qwant a-t-il menti sur sa technologie made in France ?

Les entreprises citées

À qui profite le billet de blog "Qwant, derrière le masque du Google Killer Français", publié sur le blog d’un certain Lucien Théodore (un pseudo ?) ouvert pour l’occasion ? Ce dernier dévoile, non sans raison, que le nouveau moteur de recherche Qwant, présenté par l’équipe et son agence de communication comme un moteur de recherche "made in France", ne s’appuyait pas sur une technologie 100 % française comme annoncé, mais utilise des résultats issus du moteur de recherche américain Bing, sur le moteur kurrently.com, pour explorer les réseaux sociaux, et des informations structurées de Wikipedia. C’est en partie vrai.

Face à ces révélations, Qwant a rédigé et publié un peu en catastrophe un billet sur son propre blog pour expliquer qu’il s’appuie bien sur deux ans de développement et la technologie de moteur de recherche du français Pertimm, actionnaire fondateur de Qwant, mais qu’effectivement "les moteurs d’indexation nécessitant non seulement de gigantesques puissances de calcul et de stockage, mais également un historique important, Qwant complète ses propres données avec des données obtenues auprès d’autres moteurs de recherches durant la phase de montée en puissance de son infrastructure. Ces mélanges disparaîtront dès lors que le déploiement sera finalisé et l’ensemble des résultats proposés proviendront dès lors du seul travail d’indexation et de classement effectué par Qwant."

En revanche, "concernant la recherche sociale, les moteurs d’indexation et de classement ont été intégralement développés par Qwant".

Et si "les résultats affichés sont aujourd’hui similaires à ceux que l’on peut trouver sur YouTube et Bing. Cela correspond à un choix stratégique d’allocation des puissances de calcul et de stockage en priorité aux recherches web, live et sociale."

Du coup, Qwant peut-il revendiquer le label "made in France" ? Pourquoi pas puisque celui-ci n’existe pas vraiment. Seul existe un label privé "origine France garantie" , qui requiert pour s’en prévaloir que "le lieu où le produit prend ses caractéristiques essentielles est situé en France" et que "50 % au moins du prix de revient unitaire est acquis en France". Comme Qwant est plus un service qu’un produit, les critères ne sont pas pertinents, mais pourrait lui donner quand même une origine largement française.

Reste à savoir qui avait vraiment intérêt à dénigrer l’origine France de Qwant. Si le billet (qui au départ faisait état d’un témoignage interne chez Qwant pour appuyer ses dires, avant de retirer quelques heures plus tard la référence à cette source) est très pertinent, et relève effectivement d’une analyse technique de fond que les journalistes n’ont pas forcément eu le temps d’effectuer. Le fait que son auteur utilise un pseudo et un blog créé pour l’occasion pose question. Qui se cache derrière ? Un concurrent (c’est peu probable, mais bon) ? Un collaborateur évincé et furieux ? Un jaloux ? Un grincheux contre les journalistes qui relaient l’information trop vite ? Un technophile qui a trouvé le bon sujet pour lancer un blog de contre-enquête numérique ? Qui sait ?

Une chose est sûre, à peine lancé, Qwant doit déjà affronter sa première crise. Une crise d’e-réputation. La réaction sur le blog a été rapide, mais peut-être pas suffisante. Et la communication autour du "made in France" peut-être bien imprudente, même si vu le nombre d’article, elle a fonctionné. Reste à savoir si en matière numérique, la nationalité est plus un atout qu’un handicap.

Aurélie Barbaux

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle