Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Qui sera le repreneur de Kindy, le leader français de la chaussette ?

, , , ,

Publié le

Le tribunal de commerce de Beauvais (Oise) lèvera vendredi 2 juin, dans l’après-midi, le voile sur le nom des repreneurs du groupe Kindy.

Qui sera le repreneur de Kindy, le leader français de la chaussette ? © Pascal Guittet

L'attente angoissante des salariés de Kindy (150 salariés, 32 millions d'euros de chiffre d’affaires) prendra fin vendedi 2 juin dans l’après-midi. C'est à 14 heures que le tribunal de commerce de Beauvais (Oise) rendra officiel son choix parmi les sept candidats en lice. Trois se sont portés acquéreurs du pôle chaussettes, dont les groupes néerlandais North Stocks et Euro Sox Plus. Un seul dossier français, monté par un binôme d'entrepreneurs indépendants, a été déposé sur le bureau des juges. Celui-ci prévoit le maintien d'une activité industrielle et donc, de l'usine de Moliens, dans l'Oise. 60 des 110 emplois pourraient être sauvegardés. Les deux associés veulent relancer la marque Kindy en investissant 2 millions d'euros, notamment pour réorienter la stratégie commerciale du groupe sur Internet. "Il s'agit de s'affranchir de la dépendance de la grande distribution", explique Thierry Carpentier, l'un des candidats à la reprise.

Cette reprise s'accompagnera d'un plan de départs volontaires de 27 salariés. Leurs concurrents néerlandais ne prévoient pas quant à eux de maintien de l'activité industrielle.

Le pôle chaussure, qui emploie 45 personnes à Andrezé (Maine-et-Loire), intéresse quatre repreneurs. Spartoo, le spécialiste de la vente par Internet, serait bien positionné pour la reprise de ce pôle.

Pour mémoire, le tribunal de commerce de Beauvais avait placé la société Kindy en redressement judiciaire, le 25 avril, suite au déclenchement d'une procédure de sauvegarde, en février. Kindy a enregistré des pertes importantes, liées notamment à la crise du textile dans la grande distribution. Selon certaines sources proches du dossier, ses dettes s'élèveraient à plus de 10 millions d'euros.

Guillaume Roussange

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle