Tout le dossier Tout le dossier

"Qui pense une seconde que la loi Rebsamen va créer de l’emploi ?" lance François Asselin, président de la CGPME 

L’Assemblée nationale examinera du 26 au 29 mai le projet de loi sur le dialogue social. François Asselin, président de la CGPME, proteste contre la vision d’un dialogue social "contraint" que porte selon lui cette loi, et milite pour faire confiance aux salariés et employeurs pour établir un dialogue "serein".

Partager

Comment réagissez-vous à l’introduction d’un amendement donnant une mission de médiation aux futures commissions régionales paritaires représentant les salariés et employeurs des TPE ?

François Asselin : Imaginer qu’une commission paritaire régionale va venir régler les problèmes de dialogue social au sein d’une TPE est insensé ! Nous surveillerons de très près le travail parlementaire, notamment cet amendement, qui dénote une forme de mépris. Globalement, dans les TPE et PME, le dialogue social se passe plutôt bien. Même dans la difficulté, il existe une proximité entre les salariés et leur dirigeant. L’angoisse du chef d’entreprise est celle des salariés et vice versa. Nous sommes complètement opposés à la mise en place de ces commissions paritaires régionales. Soit elles ne servent à rien et pourquoi les faire ? Soit elles servent à quelque chose et deviennent une contrainte pour les entreprises de moins de 11 salariés.

En France, la vision du dialogue social est complètement dévoyée. Au fil des décennies, on a mis en place un tas de contraintes. Dès que quelque chose ne fonctionne pas, on légifère en ajoutant une obligation aux entreprises. Stop ! Arrêtons de légiférer ! Il faut remettre un peu de sérénité et faire confiance aux gens du terrain, favoriser un dialogue social serein plutôt que contraint. Dans de nombreux territoires, des initiatives locales ne font pas appel à la loi et, pourtant, les partenaires sociaux avancent ensemble. Si l’UPA est accrochée à cette idée de commissions régionales, c’est parce qu’à travers les commissions paritaires de l’artisanat, les CPRIA, une cotisation de 0,15% permet d’alimenter la vie syndicale...

Dans le nouveau système, aucun financement n’est prévu…

Pour l’instant ! Mais qui vous dit, qu’à terme, il n’y en aura pas un ? Quand la fiche pénibilité a été mise en place par un précédent gouvernement, personne ne disait qu’on se servirait de ce véhicule pour créer un compte pénibilité que rejettent tous les employeurs…

Le reste de la loi n’apporte-t-il pas des simplifications au dialogue social ?

On ne peut qu’accompagner les décisions qui vont vers la simplification. Ce qui est proposé pour les entreprises de 50 à 300 salariés, regrouper les instances, fait appel au bon sens ! Quand on franchit le seuil de 50, on ne trouve pas assez de salariés candidats pour le comité d’entreprise, des délégués du personnel, le CHSCT… Regrouper tout dans une délégation unique va alléger les contraintes. Mais cela ne lèvera pas la crainte de franchir le seuil de 50 salariés, il faut aller plus loin dans les allègements. Au départ, la question était celle des seuils : comment faire en sorte qu’il y ait plus d’entreprises de 50 salariés que de 49 ? A l’arrivée, qui pense une seconde que le contenu de la loi Rebsamen va créer de l’emploi et lever la peur des entreprises de franchir ce seuil ?

Cécile Maillard

PARCOURIR LE DOSSIER

Social

Vers un peu de plus de reconnaissance du burn-out en maladie professionnelle

Social

Jean Pelin (UIC) : "Pour la pénibilité, le problème de la polyvalence demeure entier"

Social

Alexandre Saubot (UIMM) : "Le compte pénibilité, même retouché, fait courir un risque à l’industrie"

Social

Le compte pénibilité simplifié et reporté de six mois

Social

Le projet de loi Rebsamen donne plus de pouvoir aux commissions paritaires régionales

Social

Alcatel-Lucent, Alstom ou encore Valeo devront ouvrir leurs conseils d’administration aux salariés

Social

L’égalité hommes-femmes affaiblie par la loi sur le dialogue social

Social

Projet de loi sur le dialogue social : comprendre le subtil compromis en 4 points

Social

Comment le gouvernement compte moderniser et simplifier le dialogue social

Social

Dialogue social : après l’échec de la négociation, le gouvernement récupère un dossier miné

Social

Modernisation du dialogue social, jusqu’où le Medef est-il prêt à aller ?  

Social

Trois questions à régler pour réformer le dialogue social dans les entreprises

Social

Dialogue social : Medef et UPA rapprochent leurs points de vue sur la représentation des salariés des TPE

Social

Dialogue social : représenter les salariés des TPE, c'est possible

Social

La délégation unique répond aux seuils sociaux

Social

Dialogue social : les trois points de blocage de la négociation entre patronat et syndicats

Social

Dialogue social : la CGT et le Medef avancent à petits pas

La matinale de l'industrie

Seuils sociaux : syndicats et patronat ne trouvent pas de terrain d'entente

Social

Lancement de la difficile modernisation du dialogue social

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Nouveau

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Chargé de certification pure reviewer agro-alimentaire (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 10/06/2022 - CDD - Puteaux

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

94 - VALOPHIS HABITAT

Gestion des compteurs d'eau et services associés

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS