Qui est vraiment Philippe Martin, le nouveau ministre de l’Ecologie ?

Philippe Martin a été choisi pour succéder à Delphine Batho, limogée du gouvernement. Défenseur de l’agriculture biologique opposé aux OGM et à l’exploration des gaz de schiste, le nouveau ministre de l’Ecologie n’est pas un inconnu dans l’industrie.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Qui est vraiment Philippe Martin, le nouveau ministre de l’Ecologie ?

"Mercredi matin, il est venu à l’Assemblée pour dire au revoir à tout le monde au groupe PS. Il a traversé toute la salle pour venir me saluer". Pour son ami Philippe Plisson, député PS de la Gironde qui le côtoie depuis cinq ans sur les bancs de l’Assemblée nationale, ce geste est à l’image de Philippe Martin, le nouveau ministre de l’Ecologie, du développement durable et de l’énergie. A écouter ceux qui le connaissent, le vice-président du groupe PS à l’Assemblée depuis juin 2012, est un homme "sympa", "ouvert " et "marrant". Un sens de la communication qui devrait lui être bien utile pour un ministère à risque où trois personnalités se sont succédé en un an.

Déjà pressenti à l’Ecologie il y a un an

S’il est quasiment inconnu du grand public, le successeur de Delphine Batho, est pourtant dans les petits papiers de Jean-Marc Ayrault. Le député et président du conseil général du Gers avait même été envisagé pour succéder à Nicole Bricq après l’éviction de cette dernière en juin 2012. " Il avait été très déçu de ne pas avoir le poste", poursuit Philippe Plisson. Un poste qui avait alors été confié à la discrète Delphine Batho. Philippe Martin n’est pas non plus un parfait inconnu pour les industriels. Bon nombre de responsables de fédérations professionnelles ont croisé sa route à la Commission du développement durable et de l’aménagement du territoire de l’Assemblée dont il est membre. "Un certain nombre de contacts ont déjà été pris avec l’industrie dans ce cadre", avance-t-on à l’Union française des industries pétrolières (Ufip).

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Membre de l’équipe chargée des questions environnementales lors de la campagne de François Hollande, il a l’image d’un homme engagé sur les questions environnementales. "Il est convaincu de la nécessité d’un changement de modèle de développement. C’est une qualité très rare chez les élus y compris dans les partis de gauche", avance Philippe Plisson.

Un spécialiste de l’agriculture

Le nouveau ministre de l’Ecologie est surtout connu pour son combat contre les OGM. En 2004, il fait adopter par le Conseil général du Gers l’interdiction de la culture d’OGM en plein champ. Cette décision sera annulée une première fois par le tribunal administratif en 2005 puis confirmée par la Cour administrative d’appel de Bordeaux avant d’être à nouveau annulée par le Conseil d’Etat en 2009. Une bataille judiciaire de cinq ans durant laquelle Philippe Martin est demeuré en première ligne.

Autre fait d’arme : il s’est fortement impliqué pour que la France active une clause de sauvegarde visant à suspendre l’utilisation de maïs transgénique Monsanto 810. "C’était objectivement courageux de prendre des positions écologiques, qui plus est sur le dossier OGM. Ce n’était pas du tout la position du parti socialiste à l’époque", avance l’avocat Arnaud Gossement qui a côtoyé Philippe Martin dans le cadre de l’intergroupe sur les OGM lors du Grenelle de l’environnement. Fervent défenseur de l’agriculture biologique, il a par ailleurs œuvré pour que les cantines des écoles mais aussi des hôpitaux du Gers se fournissent auprès d’agriculteurs locaux.

Philippe Martin s’est également penché sur les questions relatives à l’eau. Jean-Marc Ayrault l’a chargé, en novembre 2012, d’élaborer des propositions pour optimiser l'usage de l'or bleu en agriculture. Il a remis au Premier ministre son rapport intitulé la "gestion quantitative de l’eau en agriculture" le 5 juin dernier. Ses conclusions n’ont toutefois pas vraiment convaincu France Nature Environnement (FNE) qui accuse le rapport de "ne pas remettre en cause un modèle agricole dépassé".

Opposé aux gaz de schiste

S’il a fait des questions liées à l’agriculture sa spécialité, Philippe Martin s’est illustré plus récemment par ses positions contre l’exploration des gaz de schiste. Comment faire autrement pour un élu gersois quand une partie de ses administrés affichent une franche hostilité au projet ? Avec le député UMP François-Michel Gonnot, il a par ailleurs présidé, en 2011, une mission d’information parlementaire sur leur exploitation. Alors que son co-rapporteur s’était déclaré en faveur de l’exploration des gaz de schiste, Philippe Martin avait dénoncé les conséquences environnementales de la fracturation hydraulique.

Reste que le nouveau ministre de l’Ecologie, habile politicien de 59 ans qui entretient de bons rapports avec Europe Ecologie les Verts, est lancé dans une course contre la montre. Le 18 juillet prochain, dans quinze jours, le conseil national du débat sur la transition énergétique se réunira une dernière fois afin de préparer les synthèses de l’ensemble des groupes de travail. Elles serviront à préparer la loi de programmation dont les premiers contours devraient être présentés lors de la conférence environnementale le 20 et 21 septembre prochain. De longues nuits blanches en perspective pour le nouveau ministre.

Camille Chandès

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS