Qui est Klesch, repreneur potentiel du site Petroplus ?

Le groupe Klesch vient d'annoncer qu'il s'intéressait à la reprise de la raffinerie de Petroplus, à Petit-Couronne, en Seine maritime.  L'entreprise, dont le chiffre d'affaires s'approche de 6 milliards d'euros, est peu connue en France. Elle s'est pourtant déjà fait connaitre en novembre dernier avec la reprise du pôle vinylique du chimiste français Arkema.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Qui est Klesch, repreneur potentiel du site Petroplus ?

Le groupe suisse s'est spécialisé dans le rachat d'activités de commodités de grands groupes. Il a déjà racheté des raffineries de Shell, des fonderies d'Aluminium de Corus et Alcan. Aujourd'hui, cette société d'investissement possède surtout des actifs dans le pétrole et le gaz, la mine, la métallurgie, la production d'énergie et la chimie.

Son patron, A. Gary Klesch, homme d'affaires au franc-parler, fait partie de ces quelques dirigeants qui parient sur l'avenir des activités de commodités en Europe. Contacté par L'Usine nouvelle, à l'époque du rachat des activités vinyliques dArkema, A. Gary Klesch nous avait déclaré : "Nous travaillons déjà avec les commodités et nous savons comment les vendre." Alors que les produits à haute valeur ajoutée sont souvent dressés comme le rempart à la délocalisation, il estime que l'industrie des matières premières est promise à un bel avenir.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Nous savons comment améliorer les process industriels et les rendre plus efficaces et nous savons comme faire du commerce avec les commodités, avait-il ajouté. En ce moment, tout le monde parle de l'Asie et de la Chine, d'après A. Gary Klesch. C'est vrai qu'il y a du business à faire là-bas. Mais en Europe aussi ! Avec plus de 400 millions d'habitants qui achètent du plastique et qui ont besoin de faire rouler leurs voitures, on sait que l'on peut faire de l'argent sur le sol européen."

L'homme d'affaire a récemment déclaré qu'il était partant pour la reprise du site de Petit-Couronne "à certaines conditions" et dans la mesure où les syndicats soutiendraient son projet. Son optimisme saura-t-il convaincre ?

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS