Qui est Karine Charbonnier, la patronne de Beck Industries qui a déboulonné François Hollande ?

Le 6 novembre, lors de l'émission télévisée de François Hollande "Face aux Français", la directrice générale de l'ETI familiale Beck Industries est devenue la porte-voix d'un patronat français qu'elle a décrit comme acculé par les nombreuses taxes et par les réformes en cours.

Partager
Qui est Karine Charbonnier, la patronne de Beck Industries qui a déboulonné François Hollande ?

"Le drame de la France, c'est que les décisions sont prises par des gens qui ne connaissent pas les entreprises". Le 6 novembre, lors de l'émission télévisée "Face aux Français" (TF1), la patronne d'ETI Karine Charbonnier n'a pas mâché ses mots face au président de la République.

Invitée pour se faire la porte-voix, auprès du chef de l'Etat, des préoccupations des entreprises hexagonales, la directrice générale de Beck Industries, située à Armentières (Nord), a enchaîné les sujets qui irritent le patronat : réforme des seuils sociaux, compte-pénibilité ("Après le choc de simplification, la pénibilité est un choc de complexification"), taxes toujours plus pesantes ("Si je déménageais ma PME de France au Royaume-Uni, l’économie annuelle de charges et taxes serait de 3 millions d’euros"), insuffisance du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (Cice), monopole syndical...

Des filiales européennes et une coentreprise en chine pour s'internationaliser

Diplômée d'HEC, Karine Beck-Charbonnier, 46 ans, a repris en 2005 l'entreprise familiale fondée par son arrière-grand-père. Avec son mari, ils ont réussi à faire prendre à cette société spécialisée dans la boulonnerie destinée aux industries d'énergie un virage international indispensable.

Depuis le siège historique constitué par la société Beck-Crespel, à Armentières, ils ont façonné un réseau de filiales sous la holding Beck Industries : Beck Prosper en Grande-Bretagne, BC Deutschland en Allemagne, BC Basco en Belgique... Elles assurent l'export des pièces depuis leur pays d’origine et ont considérablement étendu les marchés potentiels pour le groupe. Tout comme, en 2012, la création d'une coentreprise en Chine pour toucher le pétrole et d'autres secteurs énergétiques désormais stratégiques pour le groupe.

Sous la houlette de Karine et Hugues Charbonnier, Beck Industries a réussi à conforter son leadership en Europe. En 2014, la société prévoit de réaliser 90 millions d’euros de chiffre d’affaires, dont 60% à l’export. Elle emploie aujourd’hui 630 salariés, dont 300 sur le seul site d’Armentières.

Elodie Vallerey

5 Commentaires

Qui est Karine Charbonnier, la patronne de Beck Industries qui a déboulonné François Hollande ?

Dominique
07/11/2014 17h:20

Demandé aux salariés de chez Beck s'ils ont été augmentés depuis quelques années, ils vous diront que non ? Chercher l'erreur ?

Réagir à ce commentaire
Alcide
07/11/2014 19h:24

Pourquoi cette dame reste-t-elle en France si les conditions sont, comme elle l'a affirmé bien plus faciles en Allemagne, en Gde Bretagne?
J'ai du mal à croire à un patriotisme économique...
C'est juste une question?

Réagir à ce commentaire
ANONYMOUS
07/11/2014 19h:47

Et le holding en Belgique ?? On n'en parle pas ... Belle exemple pour la France. Quoi quoi ? On ne veut pas payer d'impot sur la transmission de son patrimoine ?? c'est à cause de gens comme ca que l'on se retrouve à payer plus d'impots.

Réagir à ce commentaire
vincotte
09/11/2014 10h:11

Le président Hollande se fout complètement de ce qui est dit, fait, répété dans son entourage. Imperméable à tout il poursuit son bonhomme de chemin se félicitant à chaque moment d'avoir réussi à devenir président. Ce qui lui assurera une confortable retraite. Les politiques vivent de manière générale dans un bocal isolé de tout bruit et doté de fortes indemnités (minimum 280 000 € par an =6000/mois + 9000/ mois pour faire vivre sa parente ou ses secrétaires+ 100000 / an qu'il peut dépenser comme il veut.)

Réagir à ce commentaire
Benoit
18/11/2014 15h:47

Contrairement à ce qu'affirme Mme Charbonnier, le Président de la République connait les entreprises, et leurs comportements. Il sais qu'une frange non négligeable passe l'essentiel de son temps à détourner les lois, à optimiser les dispositions fiscales, à faire déposer des valises de billets par son comptable, etc. Cela impose une certaine défiance. Et cela paraît justifié. Non?

Réagir à ce commentaire

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS