Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Qui est Jean-Jacques Frey, l'homme d'affaires qui veut reprendre GM&S Industry ?

Léna Corot

Publié le

La famille Frey a déposé une offre de reprise pour l'équipementier automobile GM&S Industry basé à La Souterraine, selon France Info . Mercredi 24 mai, le tribunal de commerce de Poitiers a prolongé la période d'observation en vue d'une reprise jusqu'au 30 juin pour examiner les offres de reprise. Mais qui est Jean-Jacques Frey, le riche homme d'affaires qui a bâti un empire dans l'immobilier et les vignobles ?

Qui est Jean-Jacques Frey, l'homme d'affaires qui veut reprendre GM&S Industry ?
Jean-Jacques Frey - Photo : DR
© D.R.

La famille Frey serait en lice pour reprendre GM&S basé à La Souterraine, selon France Info. 154ème fortune française en 2016, selon le magazine Challenges, Jean-Jacques Frey a une fortune estimée à près de 400 millions d'euros. Ce franco-suisse a fondé son empire au début des années 70 en créant, à Reims, la première grande surface spécialisée dans le meuble et l'électroménager. Le succès est au rendez-vous. En 1983, il créé le groupe Frey qui a été l'un des premiers en France à construire des parcs d'activités commerciales de plusieurs dizaines de milliers de mètres carrés en périphérie des villes.

Rapidement, il se diversifie dans le vin en achetant son premier hectare de vignes en Champagne, détaille Bilan, un journal suisse d'économie. Les acquisitions de domaines se succèdent avec les domaines Paul Jaboulet Aîné (à Tain-l'Hermitage, dans la vallée du Rhône), Château La Lagune (Bordelais) et Château Corton-André (Bourgogne). Actuellement il possède "250 hectares des vignobles les plus médiatisés de France", affirme Le Temps.

"Nous ne visons pas une rentabilité à court terme"

A propos de l'acquisition de ces vignobles, Jean-Jacques Frey déclare à Bilan : "Nous ne sommes pas des financiers et ne visons pas une rentabilité à court terme, nos investissements s’apprécient avec le temps". En 2013, le groupe Frey acquière la marque en difficulté "Le petit producteur" qui met en avant l'agriculteur lors de la vente de fruits et légumes en affichant sa photo et son adresse. En 2015, c'est Firstcaution, une société suisse d'assurance spécialisée dans la garantie de loyers, que Jean-Jacques Frey décide d'acquérir.

Le groupe Frey, aujourd'hui, c'est une histoire de famille. Père de trois filles, il a cédé le pôle viticole à son aînée Caroline Frey et le pôle financier à Céline Frey qui dirige la holding familiale Castiglione. Son neveu, Antoine Frey, quant à lui, rachète l'entreprise immobilière Frey en 2008.

S'il a délégué la gestion de son empire aux membres de sa famille, il est toujours présent. "Même si je travaille encore beaucoup, mon rôle consiste surtout à émettre des réflexions sur les stratégies à moyen-long terme des différentes sociétés du groupe", affirme à ce propose Jean-Jacques Frey au Bilan.

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

27/05/2017 - 14h03 -

Bien d'accord avec Déparent, soit le groupe Frey joue les "faux nez" pour un industriel de l'automobile ou n'est qu'un "chasseur de primes". Cette dernière catégorie fut largement représentée dans les 30 dernières années d'existence de cette usine, et cela au fil de ses multiples dépôts de bilan et rachats. Le fond du problème et qui date de la fin des années 80, c'est la viabilité de cette usine. Compte tenu de son type de production (faible ou moyenne valeur ajoutée, et souvent volumineuse) et son éloignement géographique des usines de ses deux clients. Une reconversion de sa production conjointement à la recherche de nouveaux clients hors automobile, et voire la fabrication de produits propres, auraient du être entreprise par ses dirigeants il y a déjà au moins 15 / 20 ans. Mais maintenant c'est bien tard, mais pas impossible à condition qu'elle soit reprise par un groupe industriel hors automobile.
Répondre au commentaire
Nom profil

24/05/2017 - 15h45 -

Il vaudrait mieux laisser la reprise de ce site industriel à un groupe qui connaît bien les directions achats des constructeurs automobiles et qui a une activité industrielle avec ces clients. GM&S n'a aucun avenir dans un groupe qui n'est pas un industriel de l'automobile. A moins qu'il ne serve de lièvre à un groupe repreneur dont les exigences financières sont trop lourdes pour les constructeurs...
Répondre au commentaire

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus