Qui est Alseamar, la PME française qui a repéré le signal d'une boîte noire du vol Egyptair ?

En localisant les signaux d'une balise fixée sur l'un des enregistreurs de vol de l'avion MS804 d'Egyptair, Alseamar, filiale du groupe Alcen, offre à ses technologies de détection de boites noires une vitrine internationale. Mais ce n'est pas sa seule innovation.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Qui est Alseamar, la PME française qui a repéré le signal d'une boîte noire du vol Egyptair ?
"Detector" d'Alseamar

La performance du "Detector" d'Alseamar n'adoucira pas la tragédie mais elle permettra vraisemblablement d'accélérer la compréhension de l'enchaînement des événements qui ont conduit au crash du vol MS804 de la compagnie Egyptair le 19 mai.

Une équipe de la PME a été embarquée à bord du bâtiment hydrographique Laplace de la Marine Nationale le 26 mai 2016. La recherche a débuté le 31 mai en milieu de journée dans la zone définie par le Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (BEA).

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

A LIRE AUSSI

"Moins de 24 heures auront été nécessaires au système Detector pour localiser les signaux d'une balise fixée sur l'un des enregistreurs de vol" souligne un communiqué. Après être intervenu sur les accidents d'avions de Sharm-el-Sheikh (Egypte) et de Sotchi (Russie), c'est une nouvelle réussite pour la solution de traitement de l'information acoustique sous-marine qu'Alseamar a entièrement mise au point. "Nous entretenons une relation de confiance avec le BEA depuis quelques années, confie le président du directoire Marc Boissié. C'est la raison pour laquelle il nous a sollicités."

"Le Detector enregistre, immergé à 1 000 mètres de profondeur, le bruit environnant. Après sa remontée, nous opérons un post-traitement des données acoustiques collectées. Notre algorithme très particulier fait ressortir le signal. C'est une technologie unique au monde, selon nous", ajoute-t-il.

Expertises combinées

Cette filiale du groupe Alcen résulte de la fusion en !2014 de trois sociétés, ACSA, ATOB et BMTI, pour concentrer, sous l'enseigne Alseamar, les activités navales et sous-marines d'Alcen sur les marchés de la Défense & Sécurité, l'Oil & Gas et l'océanographie. A l'époque, elle représentait 75 salariés dont 45 ingénieurs pour un chiffre d'affaires de 11 millions d'euros. "Aujourd'hui, nous employons 85 salariés. En 2015, nous avons réalisé 14,5 millions d'euros de chiffre d'affaires dont 50% à l'export, poursuit Marc Boissié. Nos activités actuelles sont l'héritage direct des entreprises précédentes".

A LIRE AUSSI

Dans le giron d'Alcen depuis 2007 et basée à Meyreuil (Bouches-du-Rhône), ACSA s'était spécialisée dans les solutions de positionnement et de robotique sous-marine. Ce sont ses innovations qui facilitent la détection de boîtes noires. Elle intervient également sur les systèmes de trajectographie de torpilles. L'ex-ATOB fournissait des solutions "clés en main" d'ingénierie de maintenance et d'ingénierie d'inspection sous-marine, dans des environnements subaquatiques et militaires.

Une filiale établie à Pointe-Noire, au Congo Brazzaville, couvre les besoins des opérateurs pétroliers et parapétroliers. Enfin, l'ancienne BMTI, fondée en 1982 et filiale d'Alcen depuis 2008, a développé son savoir-faire d'abord à la Seyne-sur-Mer, avant d'intégrer un site flambant neuf en 2011 à Six-Fours-les-Plages dans le Var où elle fabrique des matériaux de flottabilité (mousses syntactiques pour des profondeurs jusqu'à 10 000 mètres, bouées de communication éjectables pour sous-marins...) et des systèmes de radiocommunication pour bâtiments de surface et sous-marins militaires.

Innovations en gamme

Le Detector n'est pas la seule référence de cette société. En 2015, Alseamar a travaillé notamment pour une compagnie pétrolière, avec deux unités de son planeur sous-marin "Sea Explorer", développé dans le cadre d'un projet R&D labellisé par le pôle Mer Méditerranée, avec un budget de près de 4 millions d'euros. Cet engin autonome collecte avec ses capteurs des données physiques, biogéochimiques et acoustiques tout au long d'une colonne d'eau jusqu'à 700 mètres de profondeur, sans nécessiter la supervision de navires de surface. Son autonomie peut durer plusieurs mois.

"Dans le monde, il n'y a que deux sociétés américaines et Alseamar à proposer des équipements tels que Sea Explorer" précise le dirigeant. La PME est également à l'origine, en partenariat avec la Comex et CeSigma, du système acoustique de mesures "Alma" pour recueillir des données dans des environnements complexes côtiers et littoraux. Le dispositif s'appuie, entre autres, sur une antenne acoustique avec 64 hydrophones, qui peut se déployer jusqu'à 200 mètres de profondeur. Il vise à accroître les performances des futurs systèmes sonars. La DGA l'a sélectionné fin novembre 2015 pour son Forum Innovation.

Jean-Christophe Barla

Partager

SUR LE MÊME SUJET
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS