L'Usine Santé

Qui est Alexion, la biotech américaine qui vient d’installer une partie de sa R&D en France ?

Gaëlle Fleitour , ,

Publié le

Initiative rare : le laboratoire pharmaceutique américain Alexion a décidé d’ouvrir à Paris son premier centre de R&D étranger… Le pays idéal pour accélérer le développement de traitements contre les maladies rares, selon son patron France que L’Usine Nouvelle a rencontré.

Qui est Alexion, la biotech américaine qui vient d’installer une partie de sa R&D en France ? © Alexion

L’initiative est suffisamment rare pour être soulignée : alors que l’industrie pharmaceutique s’inquiète de l’attractivité de la France et des baisses de prix sur ses médicaments, un laboratoire américain s’inscrit à contre-courant. Jeudi 22 février, la biotech Alexion a annoncé l’ouverture de son premier centre de R&D en dehors des Etats-Unis à Paris. Il sera inauguré en mai ou juin au sein des locaux de l'institut Imagine à Paris, un institut de recherche et de soins innovants dédié au traitement des maladies génétiques (voir encadré), sur le campus de l'hôpital Necker-Enfants Malades.

La France, partenaire privilégié grâce à son plan maladies rares

Alexion a été fondée en 1992 par trois chercheurs de Yale dans le Connecticut, dont l’un préside toujours à l’avenir de cette biotech cotée aux 1,55 milliard de dollars chiffre d'affaires en 2013. La société est spécialisée dans la lutte contre les maladies rares potentiellement mortelles, ne disposant à ce jour d’aucun traitement. Implanté en France depuis 2005, où il dispose d’une cinquantaine de salariés sur ses 2200 employés mondiaux, il a largement mis à contribution les centres de traitement hexagonaux dans le cadre des essais cliniques menés sur ses deux premiers médicaments. "Dans un de nos essais mondiaux, la France a même fourni 40% des patients testant le traitement !, confie Pascal Haye, président d’Alexion Pharma France. Car le réseau et le niveau d’excellence scientifique du pays permettent un diagnostic et une recherche plus précoces qu’ailleurs". La conséquence des investissements réalisés ces dernières années dans le cadre du plan sur les maladies mares, estime-t-il, à tel point que les avantages fiscaux, comme le Crédit Impôt Recherche, n’auraient même pas pesé dans le choix d’Alexion. Aussi, le choix de la France pour son centre de R&D a été une évidence pour Alexion (même si la fabrication des médicaments demeurera aux Etats-Unis et en Irlande).

Mettre au point traitements et outils de diagnostics

Par le biais d’Imagine, c’est à un écosystème que l’Américain espère accéder, en collaborant avec des centres académiques et des biotechs françaises innovantes sur le développement de traitements contre des pathologies rares ou ultra-rares (moins de 20 malades pour un million d’habitants), et des biomarqueurs et outils de diagnostic. "Nous prévoyons de recruter d’ici fin 2016 une vingtaine de chercheurs au sein de la communauté scientifique française, annonce Pascal Haye. Nous chercherons d’abord des compétences en biologie cellulaire et moléculaire et en génomique, puis en recherche immunogénétique et bioanalytique." Emmanuel Macron, le ministre de l’Economie, s’est fendu d’un communiqué pour applaudir cette annonce, à l’heure où la plupart des laboratoires pharmaceutiques sont contraints de mener des plans sociaux ou de céder leurs usines dans l’Hexagone. "Nous devons poursuivre le travail engagé depuis deux ans, pour inciter les entreprises internationales à investir davantage dans notre pays", reconnaît-il.

L’indépendance à tout prix pour Alexion

Ces trois dernières années, Alexion a été reconnue par le journal américain Forbes comme la deuxième entreprise la plus innovante au monde. Spécialisée dans le domaine de l’inhibition du complément, le laboratoire a reçu en 2009 en France le prix Galien récompensant les innovations thérapeutiques pour son premier produit, Soliris. Développé dans un premier temps (il a reçu d’autres indications depuis) contre l’hémoglobinurie paroxystique nocturne, une maladie ultra-rare touchant les globules rouges et entraînant un risque de décès dans les quinze ans, ce traitement permettrait aux patients de retrouver une qualité de vie et une espérance de vie proches de la normale...  Même s’ils doivent être traités à vie, à raison d’une perfusion tous les quinze jours. 

L’ambition d’Alexion ? Lancer un à deux produits ou nouvelles indications par an dans les années à venir. Pour y parvenir, les dirigeants affichent une stratégie bien définie : "Nous sommes autonomes, de la recherche à la commercialisation : nous n’avons pas de partenariat avec des grands de la pharmacie, et nous cherchons absolument à rester indépendants !", soutient Pascal Haye.

Gaëlle Fleitour

Imagine, combinaison innovante de recherche et de soins

Au cœur de l'hôpital Necker dédié aux enfants malades, dans le quartier de Montparnasse, Imagine est un centre ovni. Dédié à la compréhension et la guérison des maladies génétiques (soit quelque 9000 pathologies !), il est à la fois institut de recherche et de soins, en regroupant 450 chercheurs (de l’APHP, l’Inserm et l’Université Paris Descartes et de partenaires privés), médecins et patients au même endroit. Réunissant 23 laboratoires de recherche, 7 services cliniques, 12 centres de références de maladies rares et 8 plateaux techniques, il a été labellisé Institut hospitalo-universitaire en 2011 et bénéficie à ce titre d’une importante dotation accordée dans le cadre du Programme des Investissements d’Avenir.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte