Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Qui est Acome, la première entreprise visitée par Emmanuel Macron

, , ,

Publié le , mis à jour le 02/09/2014 À 10H42

Pour sa première visite d'entreprise en tant que ministre de l'Economie ce mardi 2 septembre, Emmanuel Macron a choisi la Scop Acome. Installé à Mortain (Manche), ce fabricant de câbles à forte valeur ajoutée technologique comme la fibre optique fait partie des 21 champions cachés du made in France sélectionnés par L'Usine Nouvelle en juillet dernier.

Qui est Acome, la première entreprise visitée par Emmanuel Macron
Le site de Mortain est l’un des plus importants d’Europe, avec 115 000 m2 de bâtiments et ses cinq lignes de production.

Acome, le spécialiste du câble à forte valeur ajoutée technologique pour l’automobile, le bâtiment et les infrastructures, est champion à plus d’un titre. La plus grande Scop de France (403 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013 avec 1 400 salariés) réalise 60% de son chiffre d’affaires hors de France. Elle s’appuie sur un modèle industriel très intégré à Mortain (Manche). Là, cinq usines fabriquent des fibres et des câbles optiques, des câbles cuivre, des fibres et tubes de synthèse avec 1 000 salariés associés, qui élisent leurs administrateurs et participent aux décisions. Ces unités sont intégrées verticalement sur la chaîne de valeur des métiers.

« Acome est à la fois chimiste, quand il fabrique ses gaines de câbles et ses tubes en polyéthylène réticulé pour la distribution d’eau chaude et froide sanitaire ; métallurgiste, quand il tréfile ses fils de cuivre et assemble les conducteurs en cuivre ; et verrier, quand il tire la fibre à partir de préformes de silice, explique le PDG Jacques de Heere. Nous fabriquons le cheveu de verre de la fibre optique, dont le cœur fait 9 microns de diamètre, l’isolant, la gaine de protection et la bobine. » Acome consacre 5% de son chiffre d’affaires et 10% de son effectif à la R&D.

À l’international, l’entreprise a choisi d’accompagner ses clients dans les pays émergents, ce qui lui a ouvert les marchés locaux. Dès la fin des années 1990, il s’est installé à Xintai en Chine, dans la province du Shandong, avec une usine de câbles de descente d’antenne pour les télécoms. Depuis la Chine, il livre désormais l’Europe orientale et la Russie, où il vient de réaliser le câblage en fibre optique de Saint-Pétersbourg.

Forte présence outre-Rhin

La première usine chinoise a été suivie d’un site de câbles à Wuhan, la capitale de l’automobile, qui travaille pour PSA, General Motors et Volkswagen. « Nous avons suivi nos clients constructeurs en Chine et au Brésil », explique Jacques de Heere. Au début des années 2000, Acome s’installe à Curitiba, dans l’État du Paraná, où il fabrique des fils et de câbles pour Renault, General Motors et Ford, et d’où il dessert le Mercosur.

Si l’horizon du groupe est mondial, l’Allemagne reste son plus gros client, en particulier pour l’automobile. Fournisseur de rang 2 des équipementiers de faisceaux électriques, Acome livre en fils et câbles Volkswagen, BMW et Mercedes. Il est également présent outre-Rhin dans le câblage des bâtiments et dans les télécoms auprès de plusieurs opérateurs, dont Deutsche Telekom.

L’entreprise commence à encaisser les dividendes de son investissement depuis trente ans dans l’optique, et défend le plan de raccordement de 100% du territoire français au très haut débit d’ici à 2022. Après avoir accompagné le déploiement du téléphone, Acome est fin prêt pour remplacer le réseau cuivre par la fibre optique !

Les autres champions

Hamelin (Hérouville-Saint-Clair, Calvados), papeterie scolaire (Oxford), beaux-arts (Canson) et produits de classement (Elba). 502 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013, dont 60% à l’international. 2 900 salariés, dont 1 000 en France.

Thermocoax (Flers et Saint-Georges-des-Groseillers, Orne), câbles chauffants à isolant minéral pour l’industrie. 35 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013, dont 80% à l’international. 280 salariés.

La coopérative Isigny Sainte-Mère (Calvados), production laitière (beurre, crème, fromages AOC et poudres de lait). 261 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013, dont 45% à l’international. 600 salariés.

Guy Degrenne (Vire, Calvados), spécialiste des arts de la table. 86 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013, dont 25% à l’international. 1 000 salariés dans le monde, dont 400 sur le site de Vire.

Réagir à cet article

Usine Nouvelle N°3385-3386

Vous lisez un article de l’usine nouvelle N°3385-3386

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2014 de L’Usine Nouvelle

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle