Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

COP21

Qui en veut à la journée sans voiture de Paris ?

Marine Protais , ,

Publié le

Dimanche 27 septembre, la mairie de Paris organisera sa première journée sans voiture. Une initiative saluée par beaucoup de parisiens, mais contestée par les écologistes qui crient au coup de pub, et aux VTC qui ne pourront pas circuler, contrairement aux taxis.

 

A Paris, dimanche 27 septembre 2015 se fera sans voiture (ou presque). Un évènement qui semble tomber à pic après le scandale Volkswagen, et la méfiance vis-à-vis de l’industrie automobile qu’il a provoquée. Un moment de répit pour les uns, de la poudre aux yeux pour les autres, la première journée sans voiture de Paris fait débat. Evidemment, la Ligue des conducteurs dénonce cet évènement. Pour elle, il symbolise "une politique dogmatique anti-voiture" établie par "une caste d’autophobe". Mais les principaux détracteurs de la journée sans voiture ne sont pas forcément ceux qu’on croit.

 

L’idée est venue d’un collectif de parisiens baptisé "Paris sans voiture", dont le climatologue Jean Jouzel, et les associations Alternatiba et Vélorution. Ils adressent une lettre à la maire qui répond positivement. Ca tombe bien: l’initiative correspond à l’une des préoccupations politiques du moment : la COP21, la conférence sur le climat qui aura lieu à Paris en décembre.

"Une mobilisation d'envergure"?

La mairie de Paris présente l’évènement comme "une mobilisation d’envergure". Le concept n’est pourtant pas nouveau. La première journée sans voiture date de 1956. Pendant la crise de Suez, la Belgique et la Suisse se voit contraint d’en organiser une pour consommer moins de carburant. En France, il existe depuis 1997. Une journée européenne sans voiture a été fixée au 22 septembre en 2002. De nombreuses villes l’ont adoptée : Bruxelles a son "Dimanche sans voiture", Madrid son "Dia sin coches", et Manchester son "car-free day".

Le collectif à l’origine de cette initiative est le premier déçu devant le périmètre restreint de l’évènement. Quatre arrondissements et quelques zones touristiques (Montmartre, Mouffetard, les Champs-Elysées…) sont fermés aux voitures à l’exception des taxis, ambulances, camion de déménagement et de livraison. Dans les autres arrondissements, les voitures sont autorisées mais limitées à 20km/h. Seul un parcours dans le centre de la capitale sera entièrement piéton. La carte des zones interdites à la circulation est a retrouvée ici. 

 

"Paris sans voiture" a donc créé un évènement Facebook pour inviter les parisiens à se déplacer à pieds et en vélo dans toute la capitale, mêmes les parties qui ne sont pas officiellement concernées. "Nous continuons de pousser (auprès de la mairie) pour que la carte de Paris soit intégralement verte le 27 septembre 2015", affirme le collectif sur la page de l’évènement.

"Petit bras"

De même, certains élus EELV dénoncent le caractère "petit bras" de l’opération, comme les élus du XIIIème arrondissement sur leur site internet. Il souhaite voir s’étendre l’initiative à l’ensemble de la capitale l’année prochaine. L’association CarFree France, qui milite contre "l’oppression automobile" n’est pas dupe. Pour elle, le jour est mal choisi : les gens utilisent moins leur voiture le dimanche, et la tranche horaire (11h-18h) est limitée. "Il y a donc bel et bien tromperie sur la marchandise. Cette année, ce n’est pas une journée sans voiture que la ville de Paris organise, mais plutôt une journée sans futur", se plaint l’association dans un article publié le 2 septembre sur son site. 

"Je regrette d'avoir été autorisée par l'Etat à mettre cette interdiction uniquement sur un périmètre restreint se limitant au centre de la capitale. J'aurais naturellement préféré un événement plus ambitieux", s’est justifiée Anne Hidalgo interviewée par Le Parisien vendredi 4 septembre.

Le malheur d’Uber fait le bonheur des taxis

La guerre entre les taxis et Uber trouvent un nouveau terrain de bataille. Les premiers seront autorisés à circuler dans la capitale dimanche, les autres non. Uber a fait part de son étonnement dans un tweet adressé à Anne Hidalgo. Les taxis, eux, en profitent pour redorer leur image. Les Taxis Bleus proposeront des courses à 10 euros de 11h à 18h quelle que soit la distance. Des courses en voiture électrique seront également proposées gratuitement.

 

Si les taxis peuvent circuler, les Autolibs, qui fonctionnent à l’électricité, sont interdites. Pour résumé, le 27 septembre sera une journée sans voiture avec des voitures, mais sans celles qui ne polluent pas.

Marine Protais

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle