QUI AIDERA LE PRÉSIDENT?

Partager



Directeur de la rédaction

QUI AIDERA LE PRÉSIDENT?



Il est l'un des meilleurs patrons français. Le 22 juin, il sera aux commandes du groupe industriel qui reste potentiellement le plus puissant dans son pays. Aujourd'hui, est un homme seul face au défi qu'il a relevé: relancer Alcatel-Alsthom. Bien sûr, il saura, comme il le fit chez Total, trouver rapidement en interne les hommes qui l'épauleront. Le groupe compte des hommes de valeur.

Mais que peut attendre Serge Tchuruk de son conseil d'administration? Sera-t-il, demain plus qu'hier, à la hauteur de ses responsabilités?

Le plus influent d'entre eux est le président de la Société générale, Marc Vienot. En annonçant le nom du nouveau président d'Alcatel-Alsthom, il a fait deux remarques qu'il faut prendre comme autant d'autocritiques: la succession de Pierre Suard n'avait pas été préparée; la table du conseil d'administration d'Alcatel-Alsthom accueille trop de financiers et pas assez d'industriels, on va y remédier. Le conseil d'administration d'Alcatel-Alsthom a, jusqu'à l'avant-dernière heure, de fait, beaucoup trop subi l'année de crise que vient de vivre le groupe. Il n'est pas le premier dans ce cas. IBM, General Motors et American Express ont eux aussi enduré de longues crises à leur tête il y a trois ans. Les tueurs les plus rapides pourraient bien être les Anglais, à voir la façon dont BP, British Aerospace et Glaxo ont brutalement changé de timoniers. Aux Etats-Unis, cependant, les conseils d'administration en ont tiré les leçons. Des comités d'administrateurs ont été créés pour épauler le président sur des problèmes spécifiques. Les industriels que Marc Vienot veut accueillir seront-ils choisis pour leur capacité à aider le nouveau président ou pour leurs relations avec les autres membres du conseil? Se sentiront-ils aussi engagés que le P-DG par les choix qui seront faits?

Hasard de calendrier, la nomination de Serge Tchuruk a coïncidé avec celles de Daniel Melin à la tête de Saint Louis et de Martin Folz aux côtés de Jacques Calvet dans le groupe PSA Peugeot-Citroèn. Martin Folz, Daniel Melin: deux hommes qui furent deux proches collaborateurs de Didier Pineau-Valencienne chez Schneider. Le deuxième était encore le dauphin présumé jusqu'à ce qu'il soit exilé à la tête de Spie-Batignolles. Didier Pineau-Valencienne, toujours sous le coup d'un mandat d'arrêt international lancé par la justice belge, se retrouve bien seul à la tête de Schneider. Un autre défi pour un administrateur du groupe fort de sa récente expérience, Marc Vienot.

USINE NOUVELLE N°2506

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS