Quels risques pour les entreprises si les banques faisaient faillite ?

Face à la déconfiture des banques européennes, particuliers et entreprises peuvent se poser la question de ce qu’il adviendrait de leurs avoirs en cas de faillite de l’une d’entre elles. L’hypothèse est peu probable mais un mécanisme de protection existe.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Quels risques pour les entreprises si les banques faisaient faillite ?

Les banques européennes ont connu une nouvelle journée noire hier, jeudi 22 septembre 2011, avec, pour ce qui concerne les valeurs françaises des chutes de plus de 9 % de la Société Générale, du Crédit Agricole SA et de Natixis. La question de leur recapitalisation est dans toutes les têtes même si le directeur de la Banque de France, Christian Noyer, martèle sur toutes les ondes que les banques françaises sont parfaitement solides. L’hypothèse de la faillite de l’une d’entre elle est effectivement peu probable et l’Etat interviendrait avant cette extrémité.

Mais si le pire advenait que se passerait-il pour les entreprises ? En France le même mécanisme de protection des épargnants interviendrait , qu’il s’agisse d’un particulier ou d’une entreprise : le fonds de garantie des dépôts.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

En cas de défaillance d’un établissement bancaire, 100 000 euros maximum de dépôts sont garantis aux déposants, dans la limite d’un compte pour chaque établissement bancaire. Ce montant a été relevé en 2010, à la suite de la précédente crise bancaire. Le montant reste faible pour les entreprises.

Mais souvent multi-bancarisées, les entreprises profitent de cette garantie dans chacun de leurs établissements bancaires. Une PME qui disposerait de deux comptes dans deux établissements différents serait ainsi protégée à hauteur de 200 000 euros par exemple. Les titres possédés par les entreprises sont aussi garantis à hauteur de 70 000 euros, tout comme les cautions déposées auprès des banques.

Créé en 1999 dans la foulée de la faillite de Mutua-equipement, un établissement de caution mutuel spécialisé dans l’immobilier, le fonds de garantie n’a eu à servir que deux fois. La faillite du crédit martiniquais, après une plainte pour fraude, a représenté 178 millions d’euros de pertes pour le fonds de garanties. Mais aucune "grande" banque n’a jamais été concernée.

En 2008, la file des petits épargnants se ruant aux guichets de la Northern bank, en Ecosse, avait mis l’établissement à genou et contraint l’Etat à le nationaliser. Une autre façon de protéger les épargnants.

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS