Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Quelles sont les preuves d'Alphabet pour accuser Uber de vol de technologie ?

Léna Corot , ,

Publié le

Vu sur le web Anthony Levandowsky, un ancien de chez Waymo, aurait transmis les recherches de Google sur la voiture autonome à son concurrent Uber. Retour sur les preuves que Waymo avance dans sa plainte pour vol de technologie, selon l'agence Bloomberg.

Quelles sont les preuves d'Alphabet pour accuser Uber de vol de technologie ?
Un des mini-vans Pacifia livré par Fiat Chrysler à Waymo.
© FCA - DR

La course au développement d'une voiture autonome prend un drôle de virage. Waymo, l'entité de Google qui développe la voiture autonome s'attaque à Uber. Ou plus précisément, à son ancien employé Anthony Levandowsky, qu'il accuse d'avoir volé des documents sur la technologie développée par Google avant de les donner à Uber.

Alphabet explique avoir revu toutes les preuves avant de déposer plainte pour vol de technologie, explique Bloomberg. Waymo s'appuie notamment sur les déplacements de son employé peu de temps avant qu'il parte d'Alphabet en janvier 2016, ses recherches sur internet, ses téléchargements et sur les empreintes digitales laissées sur un disque dur externe.

Anthony Levandowsky a créé sa propre star-up, 510 Systems, qui se focalisait sur les lasers pour les véhicules autonomes. En parallèle il a commencé à travailler dans l'unité Street View de Google dès 2007. Le géant du web aurait acquis sa start-up dans le but d'accélérer sa recherche sur les véhicules autonomes, selon Bloomberg.

Sa deuxième start-up rachetée par Uber

Dans sa plainte consultée par Bloomberg, Waymo explique qu'Anthony Levandowsky aurait installé des logiciels spécialisés sur son ordinateur de travail en décembre 2015 et téléchargé 14 000 dossiers confidentiels sur la technologie lidar, essentielle au développement des véhicules autonomes.

En janvier 2016 il aurait exposé auprès de ses collègues un plan pour répliquer cette technologie auprès d'un concurrent de Google. Le 14 janvier 2016  Anthony Levandowsky visite les locaux d'Uber, et le lendemain il créé une nouvelle start-up, Otto. Moins de deux semaines aprèq, il démissionne d'Alphabet sans préavis, poursuit Bloomberg. Et la compagnie Uber rachète Otto en août 2016, peu de temps après qu'Anthony Levandowsky ait reçu, de la part de Waymo, ses indemnités de départ.
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle