Quelles sont les cibles à l’export de l'avion de chasse français Rafale ?

Alors que la rumeur assure que le contrat avec l’Indonésie serait enfin signé, le Rafale, l’avion de chasse de Dassault Aviation, est sur les rangs pour équiper la Suisse, qui pourrait rendre sa décision ce 18 juin. D’autres pays restent ciblés par la France.

Partager
Quelles sont les cibles à l’export de l'avion de chasse français Rafale ?
Cet avion de combat était encore considéré comme inexportable au début des années 2000...

Ce vendredi 18 juin va-t-il apporter une bonne nouvelle à la France et au constructeur aéronautique Dassault ? Après avoir débloqué un budget de 6 milliards destiné au renouvellement de sa flotte aérienne fin 2020, la Suisse doit en effet rendre sa décision concernant le modèle de 30 à 40 avions de chasse dont elle souhaite s’équiper. Ils ne sont plus que quatre en lice: le Rafale de Dassault, l’Eurofighter d’Airbus, le Super Hornet de Boeing et le F-35A de Lockheed-Martin. Et, selon nos confrères du journal suisse Le Temps, « pour le Super Hornet, comme pour le F-35A, la provenance pourrait poser problème » alors que « la résiliation de l’accord-cadre avec l’Union européenne fin mai parle pour un geste en faveur de nos voisins » européens. Face à Airbus, Dassault aurait toutes ses chances, d’autant que « début avril, Armasuisse annonçait avoir choisi SkyView – entreprise française – pour moderniser son système radar », estime Le Temps.

En parallèle, la vente de 36 Rafale à l’Indonésie, annoncée depuis six mois, aurait finalement abouti début juin, selon le site d’information aéronautique local Airspace Review, qui cite des sources au ministère indonésien de la Défense. Un contrat que Florence Parly, son homologue française, annonçait déjà comme « imminent » en décembre 2020.

La stratégie de la France pour engranger les contrats à l'étranger

Des succès qui s’avèreraient non négligeables pour cet avion de combat qu’on considérait comme encore inexportable au début des années 2000. Ces derniers mois, les contrats à l’étranger se sont multipliés car la France a su se montrer flexible. C’est ainsi qu’elle a convaincu début 2021 la Croatie de s’équiper de 12 appareils d’occasion pour un milliard d’euros. L’avion de combat tricolore était en compétition avec le Gripen suédois et les F-16 américains. Outre les performances intrinsèques du Rafale, la capacité à livrer rapidement des appareils a été un facteur clé du succès de l’offre française. La Croatie avait un besoin impératif de remplacer sa flotte vieillissante de Mig-21 à partir de 2024. Comme précédemment avec la Grèce, la France a trouvé la solution en prélevant directement des appareils en service au sein de son armée de l’air.

En 2021, l’avion de Dassault a en effet également séduit la Grèce pour 2,5 milliards d’euros (18 appareils, dont 12 d'occasion) et l’Egypte pour 4 milliards d’euros (30 appareils). De quoi faire redécoller les exportations d’armes de la France en 2021.

A LIRE AUSSI

Les contrats Rafale devraient faire redécoller les exportations d’armes de la France en 2021
Le Rafale reste en lice en Finlande, qui a lancé une compétition pour l’achat de plus de 50 appareils. L’Inde, déjà client, pourrait également passer des commandes supplémentaires. En cas de nouveau contrat, Dassault Aviation n’aura sûrement pas d’autre choix que d’augmenter ses cadences jusqu’à trois appareils par mois et de procéder à de nouvelles embauches. Aujourd’hui, la fabrication de 12 Rafale représente une charge industrielle d’une année pour Dassault Aviation et ses 500 PME sous-traitantes, soit environ 7000 employés. Après une longue période de disette industrielle, le Rafale s’apprête enfin à décoller industriellement.

A LIRE AUSSI

Pas d'embauches prévues mais jusqu’à deux Rafale produits par mois à Mérignac grâce au contrat égyptien

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 29/08/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS