Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Quelles entreprises sont derrière le consortium pour le projet éolien "Vents de Dunkerque"?

Rémi Amalvy , ,

Publié le

Pour augmenter leurs chances de remporter l'appel d'offres du projet de parc éolien au large de Dunkerque, quatre entreprises ont décidé de se constituer en consortium, face notamment à EDF Energies Nouvelles et Engie. Baptisé "Vents de Dunkerque", il a été dévoilé à l'occasion des Assises européennes de la Transition Energétique.

Quelles entreprises sont derrière le consortium pour le projet éolien Vents de Dunkerque?
Quatre entreprises se sont constituées en consortium pour répondre à l'appel d'offre du projet de parc éolien de Dunkerque
© D.R.

Les Assises européennes de la Transition Energétique, qui se déroulent à Dunkerque (Nord) du 22 au 24 janvier, sont forcément l’occasion de parler du projet de parc éolien en mer de 500 mégawatts au large de la ville. Afin d’augmenter leurs chances d’être sélectionnées, quatre entreprises candidates à l’appel d’offre ont décidé de s’associer pour constituer le consortium "Vents de Dunkerque".

Les concernés sont le Canadien Boralex qui se présente comme "le premier producteur indépendant d’énergie éolienne en France"

avec ses 900MW exploités dans l’Hexagone, les Hollandais Eneco (aux 1 000MW aux Pays-Bas et en Belgique) et Van Oord, un constructeur de parcs éoliens en mer, et Diamond Generating Europe (DGE), une filiale européenne de Mistubishi impliquée dans la construction et le développement de plus de 3 700MW d’énergie marine renouvelable.

Eneco, Van Oord et DGE (Mitsubishi Corporation) ont déjà travaillé ensemble sur trois parcs éoliens offshore par le passé dont Borssele III/IV (Pays-Bas), Luchterduinen (Pays-Bas) et Norther (Belgique). Le consortium cumule plus de 2 600 MW en construction et en exploitation en Europe de l’Ouest, quinze années d’expérience dans l’éolien offshore et dix-sept de présence dans la région Hauts-de-France.

Dix candidats postulent à l'appel d'offres

Au total, dix groupements d’entreprises ont répondu à l’appel d’offres de ce projet hautement compétitif. Deux Français figurent parmi les concurrents. EDF Energies Nouvelles (avec les Allemands Innogy et les Canadiens Enbridge) a déjà remporté l’exploitation des parcs de Fécamp (Seine-Maritime), Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) et Courseulles-sur-Mer (Calvados). Engie (avec l’Espagnol EDPR) a remporté celle du Tréport (Seine-Maritime) et celle au large des îles d'Yeu et de Noirmoutier (Vendée).

Les autres candidats sont l’Espagnol Iberdrola, qui a remporté l’appel d’offre de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), le Luxembourgeois InControl, le Suédois Vattenfall, le Norvégien Equinor (ex-Statoil), et les Belges Elicio, Parkwind et DEME Concessions Wind.

Ce dernier a lancé son propre consortium, "Moulins de Flandre", en novembre dernier avec Quadran Energies Marines et Shell. Le groupement a annoncé le 18 janvier un partenariat avec Enerfip, une plateforme de financement participatif dédiée à des projets d'énergies renouvelables. Le but sera de proposer aux habitants de la région de soutenir financièrement le projet de parc éolien offshore de Dunkerque.

Le vainqueur de l’appel d’offre devrait être connu vers la mi 2019.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle