Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Que va faire le Maroc des 320 millions de dollars de la Banque Mondiale ?

, ,

Publié le

Subdivisé en deux tranches de 160 millions de dollars (1,37 milliard de dirhams), le prêt accordé par la Banque Mondiale doit aider le pays à améliorer à la fois sa compétitivité, sa croissance et sa création d'emplois, notamment en réformant son cadre des affaires. Interview d'un des responsables de la Banque Mondiale au Maroc.

Que va faire le Maroc des 320 millions de dollars de la Banque Mondiale ? © DR

Haro sur la paperasse. C'est l'objectif de ce prêt dont vient de bénéficier le Maroc. Il doit arriver à mettre en place des actions visant à simplifier le cadre réglementaire et faciliter le cadre des affaires. Dans le dernier classement "Doing Business" de 2013 de la Banque Mondiale, le Maroc a en effet perdu 4 places pour pointer à la 97ème place sur 185 pays évalués (voir tableau du détail ci-après).

Au sujet des interventions de la banque au Maroc, Simon Gray, directeur du département Maghreb de la Banque Mondiale précise "L'impact de ces réformes, sur la croissance et la création d'emploi sera davantage décuplé en s'attaquant aux rigidités résiduelles du cadre institutionnel et règlementaire régissant l'activité économique."

Par ailleurs, la Banque Mondiale vient d'accorder un autre prêt de 130 millions de dollars (1,1 milliard de dirhams) au Maroc pour appuyer les gestions de l'environnement et notamment la gestion des déchets.

Concernant le prêt de 320 millions de dollars (2,73 milliards de dirhams) sur la compétitivité et le cadre des affaires,  L'Usine Nouvelle est allé plus loin en interrogeant Philippe de Meneval, coordonnateur à la Banque Mondiale et responsable pour le Maroc du développement des secteurs privés et financiers.

 

"Aujourd'hui, le Maroc revient vers nous"

L'Usine Nouvelle : En quoi consiste ce prêt de 160 millions de dollars dont vient de bénéficier le Maroc ?

Philippe de Meneval : C'est un prêt d'appui budgétaire aux politiques de développement qui va directement dans le budget de l'État et disparait dans la masse. Les actions de ce prêt sont réparties en 3 piliers : l'environnement des affaires, la facilitation du commerce international et le renforcement de la gouvernance économique. J'aimerai insister sur ce point. Toutes les actions de ce prêt ont comme thème récurrent l'amélioration de la transparence et de la prévisibilité pour les acteurs économiques.

Ce prêt de la Banque mondiale est-il accordé à un taux bonifié ?

Les taux classiques de la BM sont assez bas. Le Maroc est un pays considéré comme un pays à revenu intermédiaire, il va bénéficier d'une catégorie de prêt d'un taux je pense de 2,5% sur 22 ans avec sans doute une période de grâce de 9 ou 10 ans . Ce sont des prêts bonifiés car actuellement le Maroc sur les marchés internationaux emprunte plutôt autour de 5%. Comme le Maroc a été sanctionné récemment par des agences de notation (NDLR notation de Moody's), l'accès aux prêts de la BM reste intéressant.

Pourquoi c'est le Maroc qui a bénéficié de ce prêt ?

Ce choix fait partie des négociations globales qu'entretient la BM avec le Maroc. La Banque Mondiale approche le Maroc en jugeant qu'il y a un problème de compétitivité à résoudre. Ensuite, c'est au pays de présenter son programme. Il appartient ensuite à la BM, d'en discuter et de valider le projet.

Une fois la somme disponible, comment se passe la phase d'application ?

En fait, à la première étape, l'appui budgétaire va intéresser surtout le ministère des finances et les ministères techniques parce que ça leur permet de donner de la visibilité à leurs actions. Ce n'est pas vraiment un dossier qu'ils présentent mais une matrice d'action qui est définie en commun.

La BM va-t-elle s'impliquer dans la mise en œuvre des dossiers et dans l'application des stratégies ?

Cela dépend des actions. Quand certains dossiers sont maîtrisés, il n'y a pas lieu d'intervenir. Il faut vraiment qu'il y ait de la valeur ajoutée. Lors de la supervision du prêt, il y a des missions d'évaluation et des actions. Tous les 6 mois, la BM mène une mission d'évaluation et fait un rapport sur l'avancement et l'évaluation des actions.

Qu'est-ce qui justifie que le montant de prêts accordés par la Banque Mondiale au Maroc varie énormément d'une année sur l'autre ?

C'est d'abord en fonction de l'intérêt de l'état marocain pour l'intervention de la Banque Mondiale. Concrètement, il  y a trois ans, le Maroc, d'un point de vue financier, était moins intéressé par la BM. car il avait un accès plus facile aux marchés. Aujourd'hui, le Maroc revient vers nous en disant "j'ai besoin de vos financements". De notre côté, notre conseil d'administration peut juger que le Maroc fait partie des priorités.

Pour l'année 2013, y a-t-il d'autres projets de prêts en dehors des prêts actuels ?

Le prêt actuel est de 160 millions de dollars pour cette année, le prochain prêt de 160 millions se fera probablement  dans un an et demi à deux ans. Pour cette année, il y a d'autres prêts. On va sûrement monter nos engagements cette année pour probablement être je crois à peu près au niveau de l'année dernière (484 millions de dollars NDLR). Peut-être un peu moins.

 

Propos recueillis par Nasser Djama

 

 

Maroc : Volume des financements de la Banque Mondiale (millions de dollars).

 

 Source : Banque Mondiale

 

MAROC : LE DETAIL DU CLASSEMENT  DOING BUSINESS (rangs sur 185 pays)

Source : Doing Business, Banque Mondiale

 
 
 


 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle