Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Que faut-il attendre de la visite d'Emmanuel Macron en Inde ?

Simon Chodorge , , , ,

Publié le

Du vendredi 9 au lundi 12 mars, Emmanuel Macron se rend en Inde pour une visite d'Etat. L'occasion pour le président français et les chefs d'entreprise l'accompagnant de mener à bien de nouveaux partenariats commerciaux. L'énergie sera au centre des discussions entre les deux pays. Trois dossiers devraient prédominer lors de ces rencontres.

Que faut-il attendre de la visite d'Emmanuel Macron en Inde ? © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Emmanuel Macron se rend du 9 au 12 mars en Inde pour une visite d’Etat. Le président français part avec une délégation de chefs d’entreprises dans l’espoir de renforcer les partenariats commerciaux entre les deux pays. Si les exportations françaises vers l’Inde ont bondi de 30 % en 2017 selon les chiffres officiels, du progrès reste à faire pour peser davantage dans cette région stratégique. L’Inde n’est en effet que le vingtième fournisseur de la France et son dix-huitième client.

Emmanuel Macron poursuit la diplomatie verte

L’un des moments forts de la visite se déroulera le samedi 10 mars avec le premier sommet de l’Alliance solaire internationale que coprésideront Emmanuel Macron et Narenda Modi, le premier ministre indien. Cette initiative, imaginée par la France et l’Inde lors de la COP21 en 2015, a pour but d’équiper en énergie solaire les 121 pays situés entre le tropique du Cancer et le tropique du Capricorne.

Dimanche 11 mars, les deux hommes politiques inaugureront également Mirzapur, la plus large centrale solaire de l’Uttar Pradesh, l’Etat indien le plus peuplé. Avec une capacité de 75 megawatts, cette centrale a été bâtie par la filiale Solairedirect du groupe français Engie.

Emmanuel Macron a fait de la “diplomatie verte” l’une de ses spécialités lors des rencontres internationales. Plusieurs dirigeants d’entreprises concentrés sur les énergies renouvelables accompagneront ainsi la délégation, à l’instar de Voltaia et Enekio. Les filiales dédiées de grands groupes seront aussi représentés : le CEA et Blue Solutions du Groupe Bolloré ou SunPower de Total.

Un projet d’accord plus discret sur le nucléaire

Emmanuel Macron insiste beaucoup sur les énergies renouvelables. Plus discrètement, le nucléaire va aussi faire partie des sujets de conversation lors de la visite présidentielle. Les deux pays doivent ainsi négocier sur un accord à propos de la construction de six EPR à la centrale de Jaitapur, au bord de la mer d’Arabie. Chaque EPR devrait porter une capacité de 1650 megawatts. Jean-Bernard Lévy, PDG d’EDF, nous expliquait en janvier que l’entreprise française n’interviendrait sur ce projet qu’en qualité d’ingénieriste.

Des incertitudes dans le domaine de la défense

Beaucoup d’attentes résident dans la possibilité de signer de nouveaux contrats dans le secteur de la défense. Après une commande de 36 Rafale en 2016, la France espère vendre davantage de Rafale, des hélicoptères Panther d’Airbus, des pièces d’artillerie Nexter et des sous-marins Scorpène. Toutefois, les sources divergent sur la possibilité ou non pour la France de recevoir de nouvelles commandes.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle