Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Que faire des anciennes batteries de voitures électriques ? Suez et Engie ont peut-être la solution

Ludovic Dupin , , , ,

Publié le

Exclusif Les batteries en fin de vie de voitures électriques n’ont pas encore de voie de valorisation clairement établie. Leur réutilisation directe pour réaliser du stockage statique pourrait présenter des avantages que Suez souhaite quantifier.

Que faire des anciennes batteries de voitures électriques ? Suez et Engie ont peut-être la solution © D.R. - Volkswagen

Suez et Engie lancent aux Pays-Bas une étude en partenariat sur la réutilisation des batteries de voitures électriques. L’étude, baptisée ReCharge, a pour but de définir la faisabilité technologique, juridique et économique d’insérer des batteries automobiles dans la chaîne énergétique, par exemple pour réaliser des stockages statiques. Le marché néerlandais compte aujourd’hui 90 000 véhicules hybrides et électriques, ce qui représente une puissance de 750 mégawatts.

Suez connaît bien le secteur automobile notamment à travers un partenariat avec Renault pour valoriser les verres, les métaux non ferreux, les plastiques, les liquides de frein et de boîtes de vitesses des véhicules en fin de vie. Mais, "il y a des pièces comme les batteries pour lesquelles il n’y a pas aujourd’hui de vision claire de valorisation", décrit Marc Boursier, directeur général adjoint de Suez en charge de l’activité recyclage et valorisation en Europe.

Un besoin d’innovation dans les déchets

"Il est important de rechercher des solutions créatives et spécifiques pour pouvoir répondre aux besoins futurs en énergie. (…) Nous souhaitons voir si nous pouvons recycler les batteries de voitures pour leur donner une seconde vie sous la forme de nouveaux produits et utiliser les batteries en tant qu'unité de stockage pour l'énergie renouvelable", ajoute-t-il

"Ce projet est aujourd’hui anecdotique en termes de volume à traiter mais il est symbolique du besoin d’innovation dans le secteur des déchets", ajoute-t-il. Selon lui, ces domaines de recherche sont essentiels pour répondre à la loi de transition énergétique pour la croissance verte en France et au package économie circulaire européen qui vont "profondément changer les métiers du tri et de la valorisation pour les 10-15 ans à venir".

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

15/04/2016 - 10h30 -

Mais pourquoi ne pas les recycler et les remettre tout simplement sur les automobiles ?
De ce fait on préserve la ressource et on limite les pollutions !
Répondre au commentaire
Nom profil

13/04/2016 - 16h23 -

Le problème n'est que faire des batteries? Mais bien qu'en faisons ? Une voiture électrique pollue nuit et jour. Le problème de la pollution automobile n'est que déplacé.

On n'est pas tous Ségolène Royal.....
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle