Que devient Allice, le centre technique transverse de l’efficacité énergétique industrielle

Huit mois après sa création, l’Alliance Industrielle pour la Compétitivité et l’Efficacité Énergétique (Allice) a partagé un premier point d’étape. Les choses avancent. Le recrutement d’adhérents continue.

Partager
Que devient Allice, le centre technique transverse de l’efficacité énergétique industrielle
Dans le cadre d'Allice, le CEA Liten va lancer une thèse sur l’optimisation mathématique des échangeurs de chaleur.

20 adhérents et deux études lancées, tel est le bilan de l’Alliance Industrielle pour la Compétitivité et l’Efficacité Énergétique (Allice), huit mois après sa création le 1er juin 2018 à l’initiative du Centre Technique des Industries Aérauliques et Thermiques (CETIAT), en partenariat avec le CEA Liten, le Cetim, le Centre technique agroalimentaire (CTCPA) et le cabinet conseil en énergie ENEA Consulting.

Son but, casser les silos sectoriels et aider les PMI à trouver des solutions d’efficacité énergétique adaptées à leurs faibles moyens

d’investissement et à leur process. Elle vise aussi à aider les industriels ayant des solutions à se fédérer "pour passer du déployable au déployé", explique David Bardina, directeur du cabinet Enea consulting. Selon lui, si toutes les solutions technologiques existantes étaient déployées, l’industrie pourrait baisser de 20% ses consommations d’énergie. Sauf qu’actuellement, ces solutions sont trop spécifiques à une production donnée et les retours sur investissements sont trop longs.

Sur les cendres des ITE

Allice s’est constitué pour changer les choses, mais en tirant parti des expériences ratées des deux instituts de transition énergétique (ITE) qui ont fermé, notamment de PS2E (Paris Saclay Efficacité Energétique). "Voulus par le gouvernement, ils comprenaient un vice majeur, celui d’être pilotés par de grands groupes", explique Christophe Debard, président exécutif d’Allice, créé sous forme de SAS, plutôt que d’association pour des raisons juridiques. Dans Allice ce sera donc un membre, une voix. Et si les cinq membres fondateurs peuvent apporter leurs idées, ce sont les adhérents qui décident des actions.

Récupération de buées

Lors de la première réunion du club "Prime", comprenant les 20 premiers adhérents et 10 entreprises très intéressées, ont ainsi été décidées - parmi une quinzaine de propositions - quelles seraient les deux premières études à mener et partager au sein d’Allice. La première concerne une étude sur les freins à la récupération de buées et de leur chaleur dans les process industriels. La seconde vise à dresser un benchmark des solutions numériques de management de l’énergie, ou EMS. Le CEA Liten a aussi annoncé qu’une thèse sur l’optimisation mathématique des échangeurs de chaleur serait lancée en septembre prochain.

Les premiers projets de recherche collaboratif, qui ne concerneront que quelques membres, n’ont quant à eux pas encore été lancés. Une nouvelle réunion des membres est prévue en mars. D’ici là, Allice continue son recrutement, si possible auprès des industriels utilisateurs. Les vingt premiers membres sont tous dans le camp des offreurs ou acteurs de l’énergie.

1 Commentaire

Que devient Allice, le centre technique transverse de l’efficacité énergétique industrielle

verdarié
29/01/2019 09h:29

Comment faire évoluer le modèle énergétique d'un pays,dominé par l'atome, qui du fait de ses contraintes multiples, ruine son économie en absorbant les moyens de sa transformation, avant qu'elle n'est pu se faire ? Avec de telles contraintes on est pas près de sortir de l'endettement !

Réagir à ce commentaire

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS