Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Que consomme une voiture à 2 litres aux cent ?

Ludovic Dupin , ,

Publié le

Obtenir une voiture ultra sobre demande d’améliorer tous les postes de consommation. L’ifpen décrit les pistes permettant d’atteindre les 2 litres aux cent kilomètres demandés par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

Que consomme une voiture à 2 litres aux cent ? © Laurence Vagner - Flickr - C.C.

Le 15 septembre, lors de la clôture de la Conférence environnementale, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault avait interpellé la filière automobile : "Dans 10 ans, nous devrons disposer de véhicules qui consomment 2 litres d’essence pour 100 km." Dans les semaines qui avaient suivi, l’Institut français du pétrole – Energies nouvelles (Ifpen) s’emparait du sujet en affirmant se mettre au travail sur cet objectif "ambitieux mais réaliste". A l’occasion de la présentation de son panorama 2013, l’institut décrit la consommation d’un tel véhicule.

Allégement et aérodynamisme

Pour cela, l’Ifpen prend comme référence une voiture diesel de bonne performance consommant 4,62 litres aux cent kilomètres (l/100 km). Un tel véhicule consomme 0,28 l/100 km à cause de pertes au freinage. L’Ifpen pense pouvoir ramener cette consommation à 0,06 l/100 km. Ce gain passe par une réduction de la masse du véhicule et l’utilisation de systèmes de récupération de l’énergie au freinage.

Les pertes au niveau des pneumatiques représentent 0,34 l/100 km sur le véhicule diesel. Elles doivent être ramenées à 0,22 l/100 km. Cela passe de nouveau par un gain de masse mais aussi par une amélioration du roulement.  Selon l’Ifpen, l’aérodynamisme peut être amélioré. Les pertes aérodynamiques du véhicule de référence s’élèvent à 0,45 l/100 km, elles pourraient être diminuées à 0,34 l/100 km. Les frottements internes coûtent 0,13 l/100 km et les pertes au ralenti 0,32 l/100 km. A travers l’amélioration des frottements et grâce à des systèmes "stop & start", le total des pertes pourrait se situer aux alentours de 0,1 l/100 km.

Les pertes thermiques en première ligne

Enfin, le gros du travail porte sur les pertes thermiques et l’échappement. Pour le véhicule diesel performant, ce poste compte pour 3,1 l/100 km. Le travail à mener porte sur l’hybridation, la transmission et le rendement du moteur… Dans ces domaines, l’Ifpen vise un objectif de 1,28 l/100 km.

Si ces chiffres font rêver, ils ne disent pas encore à quoi cette voiture ressemblera ni quand elle sera prête. Suite à l’annonce du Premier ministre, Guillaume Faury, directeur de la recherche et développement chez PSA, avertissait : "Ce challenge technologique est probablement réalisable. Mais de là à avoir des solutions économiquement accessibles pour tout le monde, cela paraît difficile."

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

05/02/2013 - 15h54 -

D'accord avec la remarque réaliste de G.Faury de PSA: moins consommer signifie acheter un véhicule plus cher et limite donc l'effet "macro" de chaque technologie sur la pollution en général.
Et l'échappement: nous y perdons 30 à 35% de l'énergie, en pure thermique? Un cycle Rankine peut transformer cette énergie en électricité - c'est déjà la réalité. Mais la prise de brevets peut en limiter l'accessibilité - dans ce cas, il faudrait prévoir des licences à bas coût, aidées par l'Europe. Et d'autres idées....
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle