Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quatre points clés sur les TGV du futur commandés à Alstom par la SNCF

Simon Chodorge , , ,

Publié le

Bonne nouvelle Cette fois, c'est confirmé : la SNCF a validé le 26 juillet la commande de 100 TGV du futur à Alstom pour un montant proche de 3 milliards d'euros. L'Usine Nouvelle vous révèle les premières caractéristiques du TGV nouvelle génération en quatre points clés.

Quatre points clés sur les TGV du futur commandés à Alstom par la SNCF
Une première image de synthèse du TGV du futur commandé par la SNCF à Alstom.
© SNCF

Le conseil d’administration de SNCF Mobilités a autorisé le jeudi 26 juillet la signature du contrat pour la commande de 100 TGV nouvelle génération à Alstom. Le 22 mars, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire annonçait déjà cette commande record... dans la précipitation.

L’annonce est bien officielle cette fois-ci et la SNCF dévoile de nombreux détails sur ces trains surnommés pour l’instant “TGV du futur”.

1 - Combien coûteront les 100 TGV du futur ?

Au total, la commande des nouveaux TGV coûtera 3 milliards d’euros. Le coût de fabrication de chaque rame est de 25 millions d’euros auquel s’ajoute 1,66 millions d’euros d’options. À titre de comparaison le prix d’un TGV Duplex est de 30 millions d’euros, soit une économie de 20%.

À l’entretien, ils seront 30% moins coûteux grâce à des pièces de réparation plus abordables. La SNCF vante également les performances énergétiques du futur train : il consommera 20% d’électricité en moins et son matériel sera recyclable à 97%.

Les tarifs de péage faisaient partie des conditions de cette commande. Comme l’indique Guillaume Pepy, président du directoire SNCF, l’entreprise ferroviaire a obtenu satisfaction sur ce point : “Dans la réforme ferroviaire, une mesure très importante assure la stabilité des péages TGV pendant les dix prochaines années alors qu’il y a quelques années, les péages augmentaient de 3,6 % par an.” La SNCF souhaite ainsi financer la commande à 100% sur fonds propres.

2- Quelles seront ses caractéristiques techniques ?

Présenté comme le successeur du TGV Duplex, le train aura deux étages, tout comme le TGV Duplex, et la circulation se fera toujours par le haut. À l’inverse de ses prédécesseurs, le TGV nouvelle génération sera modulable. La SNCF pourra ainsi faire varier le nombre de voitures, la proportion de voitures première et seconde classes ou encore la présence du wagon-bar. La version traditionnelle offrira 600 places et la version Ouigo offrira 740 places.

“Les clients auront plus de place pour eux et leurs affaires. Les motrices ont été raccourcies. Tous les éléments techniques, centimètre par centimètre, ont été repoussés et les armoires diminuées pour gagner de la place pour les voyageurs, les toilettes et les bagages”, assure Rachel Picard, directrice générale de Voyages SNCF.

Le train devrait circuler à 320 km/h comme les TGV actuels. L’air à l’intérieur des trains sera purifié grâce à des filtres à micro-particules. La SNCF promet aussi une amélioration du confort sonore et du confort lumineux. L’éclairage sera modulé en fonction de l’heure et les baies vitrées seront élargies. Le système d’air conditionné ne sera plus situé le long des vitres et l’air sera soufflé par le haut. Autre changement important : la disparition des portes coulissantes avec une continuité entre les voitures et les plateformes.

Le train sera connecté et équipé de capteurs pour enregistrer les données techniques et les communiquer dans l’immédiat au technicentre. “Nous pourrons améliorer la prédiction et la maintenance pour être plus performant”, explique Rachel Picard.

L’entreprise ferroviaire promet également un accès en toute autonomie au train pour les personnes à mobilité réduite grâce à une plateforme rotative et élévatrice.

3 - À quoi ressemblera le TGV nouvelle génération ?

Peu d’images circulent pour l’instant. La SNCF a juste laissé filtrer quelques images de synthèse du nouveau TGV qui présente un nez allongé. Le design intérieur a été confié à AREP designlab associé à l’agence japonaise nendo.

4 - Où seront fabriqués les trains ?

Dix sites d’Alstom seront mobilisés pour le développement et la fabrication du TGV du futur : Belfort (Territoire de Belfort) pour les motrices ; La Rochelle (Charente-Maritime) pour les voitures ; Villeurbanne (Rhône) pour le système informatique embarqué, l’information voyageurs et les équipements électroniques ; Ornans (Doubs) pour les moteurs ; Le Creusot (Saône-et-Loire) pour les bogies, ces chariots où sont fixés les essieux du train ; Tarbes (Hautes-Pyrénées) pour la traction ; Petit Quevilly (Seine-Maritime) pour les transformateurs ; Reichshoffen (Bas-Rhin) pour les dispositifs d’absorption en cas d’accident ; Valenciennes (Nord) pour les intérieurs ; et enfin Saint Ouen (Seine-Saint-Denis) pour le système de signalisation, le soutien logistique, le support services et le design.

La commande devrait générer 4 000 emplois pendant dix ans. Les premières livraisons sont prévues pour l’année 2023 et elles s’échelonneront jusqu’en 2033.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle