Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Quatre offres de reprise auraient été déposées pour le sidérurgiste Ascometal

, , , ,

Publié le , mis à jour le 20/12/2017 À 06H37

Quatre groupes industriels ont déposé une offre de reprise du sidérurgiste français Asco Industries, plus connu sous sa marque Ascometal, qui emploie 1.350 salariés et a été placé en redressement judiciaire le 22 novembre.

Quatre offres de reprise auraient été déposées pour le sidérurgiste Ascometal
Quatre groupes industriels ont déposé une offre de reprise du sidérurgiste français Ascometal placé en redressement judiciaire.
© AFP

Quatre groupes industriels ont déposé une offre de reprise du sidérurgiste français Ascometal placé en redressement judiciaire fin novembre, a-t-on appris mardi 19 décembre de source syndicale. Il s’agit du groupe britannique Liberty House, qui serait le seul à proposer une reprise globale du spécialiste des aciers longs, du Suisse Schmolz + Bickenbach qui avait rapidement confirmé étudier les modalités d'une reprise d'Ascometal, de l’Espagnol Sidenor et d’un quatrième acteur qui n’avait déposé qu’une lettre d’intention avant la date limite fixée à lundi. Selon l’édition de mardi du journal Le Monde, il s’agirait de l’Italien Beltrame.

Une source proche du dossier a confirmé à Reuters la réception de plusieurs offres dont une globale qui aurait les faveurs de l’entreprise. Ascometal dispose de cinq sites industriels, notamment en Lorraine, à Dunkerque et Fos-sur-Mer et emploie 1 350 salariés.

Les syndicats favorables à une offre globale

Les syndicats se disent également favorables à une solution préservant l’ensemble du groupe, tout en émettant des réserves. "Il faut voir à quelles conditions se ferait la reprise et quelles sont les clauses suspensives", a dit à Reuters Yann Amadoro, délégué CGT. "On privilégie une reprise globale mais ce n’est pas forcément la meilleure offre. Il faut aussi un équilibre entre l’aspect industriel, social, les capitaux disponibles, le business plan et la capacité du repreneur à rebondir", estime pour sa part Jean Wendenbaum, de la CFE-CGC.

Schmolz + Bickenbach a précisé, dans un communiqué, que son offre envisageait "la reprise de la majorité des sites d’Asco Industries, de sauvegarder la majorité des emplois sur ces sites et de créer de nouveaux emplois au sein d’Ugitech", sa plus grande filiale française située à Ugine en Savoie. Le groupe suisse annonce encore un engagement financier total de 135 millions d’euros dont 64 millions d’investissements dans l’outil de production.

Les offres devraient être présentées aux représentants du personnel lors d’un comité central d’entreprise vendredi à Paris et une audience intermédiaire est prévue le 10 janvier à la chambre commerciale du tribunal de grande instance de Strasbourg.

Pour Reuters, Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

20/12/2017 - 13h45 -

Très belle photo, prise dans une belle entreprise, dans un bon service. Le train à fils ! ! ! !
Répondre au commentaire

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus