L'Usine Aéro

Quatre motoristes au coude à coude

, , , ,

Publié le

Quatre motoristes au coude à coude © d. R.

Snecma, le frenchy
CA : 5,9 milliards d’euros
Effectif : 14 600 salariés

Le plus petit des motoristes est toutefois l’artisan, avec General Electric, du best-seller mondial des monoculoirs, le CFM 56. Le partenariat fête cette année ses quarante ans. Snecma est bien parti avec le Leap pour rester leader dans la catégorie des monocouloirs, face à Pratt & Whitney. Mais le groupe cherche à se diversifier. Son Silvercrest dédié à l’aviation d’affaires équipera le futur Falcon 5X de Dassault Aviation. Snecma est aussi impliqué dans le programme d’avion régional russe, le Sukhoi superjet 100. Snecma devrait investir bientôt le segment des turbopropulseurs.

General Electric, le partenaire
CA : 14,7 milliards d’euros
Effectif : 44 000 salariés

La branche aéronautique du géant américain bénéficie de la force de frappe financière et de la R&D du conglomérat, dont elle génère 40 % du chiffre d’affaires. Partenaire historique de Snecma, avec lequel il a formé CFM International, GE Aviation, le poids lourd du secteur aéronautique civil et militaire, est surtout positionné sur les long-courriers. Parmi ses grands programmes en cours : le GE9X, qui succédera au GE90 et équipera le futur Boeing 777X, et le GEnx, destiné au Boeing 787 et 747-8. L’américain pourrait à l’avenir se pencher vers les turbopropulseurs.

Pratt & Whitney, le concurrent
CA : 10,6 milliards d’euros
Effectif : 31 000 salariés

C’est le concurrent historique de CFM International, via International Aero Engines (IAE), dont il a racheté les parts de Rolls-Royce en 2011. L’américain concurrence le Leap avec son moteur PW1000G, qui équipera la moitié des Airbus A 320 Neo et lui permet de rafler une part de marché de 29 % dans les monocouloirs. Ce moteur équipera aussi des avions régionaux du canadien Bombardier, ceux du brésilien Embraer et de Mitsubishi Aircraft Corporation. Pratt & Whitney, bien positionné dans les turbopropulseurs, pourrait se développer dans les long-courriers.

Rolls-Royce, l’outsider
CA : 8,2 milliards d’euros
Effectif : 30 000 salariés

Spécialisé dans les moteurs pour long-courriers, l’anglais n’est pas en concurrence avec Snecma… pour le moment. "Le groupe est sorti des monocouloirs mais pourrait bientôt y revenir", pronostique Étienne Daum, expert dans la société de conseil en stratégie CEIS, qui fait référence à la vente des parts du groupe dans IAE. En attendant, le groupe privilégie les programmes comme les Airbus A 380, A 350 et A 330 ainsi que le Boeing 787. Rolls-Royce appuie d’ailleurs la remotorisation de certains de ces programmes, en particulier l’A 380 Neo.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte