L'Usine Matières premières

Quand Suez rend potable l’eau des égouts californiens

Ludovic Dupin , , , ,

Publié le

Reportage Depuis 20 ans, Suez recycle une partie des eaux usées de Los Angeles. Utilisée aujourd’hui pour des process industriels et l’arrosage, l'eau ainsi obtenue pourrait à l’avenir être distribuée sur les réseaux d’eau potable. Pour Suez, ce modèle est à exporter dans le monde entier.

 


West Bassin, Californie -Crédits : Ludovic Dupin

Dans l’usine West Bassin à Los Angeles, l’arrivée d’eau est bien peu ragoûtante. Directement tiré des égouts, le liquide marron et mousseux est même, à vrai dire, repoussant. C’est sur cette base qu’est appliqué le process de purification de Suez : traitement gravitaire, microfiltration, osmose inverse, UV…  A l’autre bout de la chaîne est produit un liquide cristallin. Suez a astucieusement placé un robinet et quelques coupelles pour les courageux… Après une petite appréhension, le curieux goûte une eau au parfum de chlore qui se révèle plutôt désaltérante sous le chaud soleil californien.

Cette usine, Suez l’opère depuis 20 ans. Elle a été imaginée lors de la sécheresse en Californie de 1987 à 1992 alors que l’Etat cherchait de nouvelles sources d’eau. Au lieu de larguer toute l’eau des stations d’épuration au large dans la baie de Santa Monica, 240 000 mètres cubes sont recyclés chaque jour selon cinq qualités différentes. L’eau est soit destinée à l’irrigation, soit aux process industriels des raffineries voisines de Chevron, BP et ExxonMobil, soit à la "réutilisation potable indirecte". Dans dernier cas, l’eau recyclée est injectée via une multitude de puits dans la nappe phréatique locale. Elle sert à réalimenter la formation souterraine et à éviter que l’eau de mer ne pénètre le sous-sol.

Boire l’eau des toilettes

Pour les officiels californiens, alors que la région subit une lourde sécheresse depuis 4 ans et que l'une de ses réserves d’eau du gigantesque lac Mead dans le Nevada (formé par le barrage Hoover) se vide à une vitesse alarmante (moins 35 mètres en 15 ans), la question commence à se poser de distribuer cette eau sur le réseau urbain. Et donc que nombre de Californiens la retrouve directement à leurs robinets. Reste toutefois à passer deux barrières importantes.


Opérations de traitement - Crédits : Ludovic Dupin

La première est psychologique : pas facile de boire l’eau issue des douches, des machines à laver et des toilettes. La seconde est technique : le traitement doit garantir l’absence de bactéries et de virus. Il faudrait pouvoir l’analyser en temps réel lors de l’injection, ce qui est aujourd’hui impossible. "Mais je suis sûr que c’est une question qui sera réglée d’ici cinq à dix ans", assure Rich Nagel, directeur général du West Basin Municipal Water District. Aujourd’hui, ce type d’injection est rare dans le monde. Seul Singapour utilise environ un tiers d’eau recyclée sur son réseau d’eau.

Tripler la production d’eaux alternatives

En revanche, pour les utilisations non potables d’eau recyclée, les exemples se multiplient. Si l’usine West Bassin fait figure d’exemple car elle est la plus ancienne et a bénéficié de vagues successives d'améliorations, Suez opère aussi de telles installations à Doha au Qatar, à Amman en Jordanie ou encore à Mexico. Et la société française entend bien tripler sa production d’eaux alternatives d’ici à 2020. C’est l’un des 12 "engagements climat" pris par le directeur généra,l Jean-Louis Chaussade. Pour la société, c’est aussi un marché important à conquérir.

"La principale conséquence du réchauffement climatique, c’est l’impact sur l’eau", assure Marie-Ange Debon, directrice générale adjointe en charge de l’international, alors qu’elle parcourt l’usine américaine. Elle rappelle qu’une personne sur deux sera affectée par le stress hydrique en 2030 et que 40 % des besoins municipaux et industriels ne seront pas couverts à cette date par la ressource aujourd’hui disponible. Ces chiffres sont à mettre en regard de la croissance de la population mondiale, qui va atteindre 9,5 milliards d’habitants en 2040. Avec un fort phénomène de concentration puisque le taux d’urbanisation devrait passer de 53 % aujourd’hui à 70 %.

"L’eau est un sujet émotionnel. Mais il y a un vrai paradoxe entre le sentiment d’urgence autour de l’eau et le fait qu’il existe beaucoup de solutions pour répondre à cette crise de la ressource", assure Marie-Ange Debon. Entre le recyclage de l’eau et la production d’eau désalinisée, "il y a un énorme potentiel pour la production d’eaux alternatives", ajoute-t-elle en assurant qu’aujourd’hui seul 1% de l’eau potable produite est issue du dessalement d’eau de mer et que seuls 2 % des 165 milliards de mètres cubes d’eau traitées chaque année sur la planète sont recyclés.

Las Vegas, ville économe

Ces eaux alternatives ne compensent pas le besoin de mieux gérer la ressource. En France, un pays qui ne connaît pas réellement de stress hydrique, une personne consomme en moyenne 150 litres d’eau par jour. Un californien en consomme entre 500 et 800 litres par jour, en particulier pour l’arrosage. Au printemps dernier, le gouverneur de l’Etat a pour la première fois pris des mesures de restriction d’utilisation de l’eau mais il leur faudra du temps pour faire effet.


Dégustation - Crédits Ludovic Dupin

A Las Vegas, dans l’Etat voisin du Nevada, des mesures de conservation ont été prises depuis plus de dix ans. Elles se sont révélées efficaces. La ville aux deux millions d’habitants et aux 40 millions de visiteurs par an retraite désormais presque 100 % de son eau et la réinjecte dans le lac artificiel Mead. Des restrictions, comme l’interdiction de l’arrosage et le remplacement des pelouses par des plantes peu gourmandes en eau, ont permis de réduire la consommation de la ville de 20 %.

Les fuites ont même été réduites à moins de 10 % sur le réseau de Las Vegas, là où elles atteignent 15 % à Paris, 20 % à Londres et 60 % dans certains pays émergents. "Las Vegas a été bâti sur l’extravagance, mais pour ce qui est de l’eau nous sommes hyper performants", se réjouit Bronson Mack Corey du Southern Nevada Water Authority. Si Las Vegas peut le faire, le monde doit pouvoir y arriver.

A Los Angeles, Ludovic Dupin

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte