Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Quand Ségolène Royal trébuche sur le gaz de schiste

Ludovic Dupin , , , ,

Publié le

En commission publique à l’Assemblée nationale, la ministre Ségolène Royal a jugé que "les Etats-Unis reviennent du gaz de schiste". Une affirmation qui est loin d’être confirmée par les faits.

Quand Ségolène Royal trébuche sur le gaz de schiste © @Ségolène Royal - Flickr C.C.

Le mardi 7 juillet en séance publique à l’Assemblée nationale, la ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie est interrogée par le député UMP du Vaucluse Julien Aubert. Ce dernier évoque l’intérêt qu’il y aurait pour la France à étudier le potentiel de gaz et de pétrole de schiste. L’ex-élue de Poitou-Charentes lui répond : "Le gaz de schiste, je ne pense pas que ce soit une bonne piste dans la mesure où les Etats-Unis en reviennent. Une bulle spéculative sur la question de la recherche et de la production des gaz de schiste est en train de montrer qu’il y a un déséquilibre profond entre la lourdeur des investissements financiers et la rentabilité". Une réponse qui n’a pas manqué de surprendre.

Une production en constante hausse

Les Etats-Unis sont en effet loin d’avoir tourné le dos au gaz de schiste et aux hydrocarbures non conventionnels en général. Les chiffres de l’Agence Internationale de l’énergie (AIE), de l’office parlementaire d’Evaluation des choix scientifiques et technologiques (OPCEST) et de l’Institut Montaigne en témoignent. En 2012, les Etats-Unis ont produit 274 gigamètres cubes (Gm3) de gaz de schiste, soit 40 % de leur consommation nationale de gaz, les Etats-Unis étant le premier consommateur au monde. Ce volume devrait atteindre 405 Gm3 en 2030 et 477 GM3 en 2040.

Les Américains, au début des années 2000, pensaient devoir importer d’importantes quantités de gaz de schiste pour répondre à leur besoin. La construction de terminaux pour débarquer le gaz naturel liquéfié était même largement initiée. Au rythme actuel, les Etats-Unis seront exportateurs net de gaz dès 2020. Le pays construit déjà les premiers sites de liquéfaction de gaz pour alimenter les marchés asiatiques. Enfin, il y a eu un effet notable sur l’investissement et l’emploi dans l’industrie, chimique et pétrochimique en particulier. Selon une étude du cabinet IHS, plus de 600 000 emplois liés au gaz de schiste ont été créés en 2012. Plus d’un million pourraient l’être en 2020 et près de 1,4 million en 2040.

Des pétroliers en manque de rentabilité

Donc, non, les Etats-Unis ne sont pas en train de se détourner du gaz de schiste. Quand la ministre fait allusion aux questions de rentabilité face aux investissements, elle évoque un problème spécifique des pétroliers. A partir de 2008, l’arrivée massive de gaz de schiste sur le marché fermé nord-américain a provoqué un effondrement des cours du gaz. Les prix sont devenus trop faibles pour rembourser les coûteux investissements d’exploration et de forage. En 2012, le PDG d’ExxonMobil expliquait que sa compagnie "était en train de perdre sa chemise" avec le gaz de schiste. Le PDG de Total, Christophe de Margerie, évoquait début 2013 des pertes sur ses champs aux Etats-Unis.

Cette faiblesse des prix de marché a surtout poussé à diminuer les investissements sur les champs produisant uniquement du gaz pour les concentrer vers ceux produisant du gaz et du pétrole, beaucoup plus rentables. Par ailleurs, la remontée des cours observée depuis quelques mois et qui se confirmera avec les premières exportations en 2015 ou 2016 devrait redonner des marges aux pétroliers. Tout l’art de l’administration américaine va être d’autoriser des volumes d’exportation suffisamment élevés pour satisfaire les pétroliers qui veulent vendre sur les marchés où le gaz est cher, mais suffisamment faibles pour que les prix restent bas en Amérique du Nord au bénéfice des industries énergivores.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

5 commentaires

Nom profil

11/07/2014 - 14h31 -

Les problèmes d'eau a la fois polluée (pas que par les additifs mais aussi par les substances qu'elle rencontre dans les failles artificielles profondes crées par l'homme), détournée de l'agriculture pour toujours, d'émissions de méthane (faire un trou dans la roche, ça fuit tjrs un peu, hein !) qui a un PRG de 23 fois le CO2, le mitage des territoire, le défonçage des routes sous le poids des camions... SRoyal fait sans doute allusion au fait que pour 2 ans de rentabilité, il faut juste 200 fois plus de capital par puits que pour un puits conventionnel. Par ailleurs, cher Ludovic Dupin,il faudrait rappeler que les premiers puits de "gaz de schistes" étaient les plus rentables, comme cela a tjrs été dans l'industrie de l'énergie. Pour la simple et bonne raison que les industriels vont toujours en premier lieu exploiter les ressources les plus faciles a atteindre ! Pourquoi d'autre étaient-ils les plus rentables alors ? Simplement parce qu'ils se situaient surtout près des "réservoirs" pétroliers déjà exploités et en déplétion ou en voie de l'être. Oui les premières production au Texas se sont faites sur des champs loin d'être de première main, si je puis dire. Même si les étasuniens construisent leurs terminaux méthaniers en ce moment, ils ne feront pas basculer le marché en Asie. Il faut plutôt regarder la Russie et ce qu'elle a signé ces dernières semaines avec les géants économiques asiatiques comme le japon et la chine ! En conclusion, merci d'arrêter d'intoxiquer vos lecteurs de fausses tribunes pro-GDS avec ds arguments rabâchés depuis le début de l'exploitation mondiale des non-conventionnels et qui ne tiennent pas.
Répondre au commentaire
Nom profil

11/07/2014 - 10h34 -

Vous êtes dans l'incantation, pas dans le journalisme. Si vous regardiez les chiffres, pas les plaquettes marketing, vous sauriez que Royal a, pour une fois, raison.
Répondre au commentaire
Nom profil

11/07/2014 - 08h44 -

Arrêtez de nous saouler avec le gaz de schiste! c'est la nouvelle drogue des drogués de l'énergie (et du pognon), vous feriez mieux d'aller en cure de désintoxication!!! Regardez bien dans quelle direction on va, et si vous ne voyez pas encore le mur, allez chez l'ophtalmo! Le GIEC vient d'estimer à + 5°C le réchauffement climatique pour la fin du siècle, avec des conséquences cataclysmique : désertification du sud de l'Europe, montée des eaux d'1m, migration de centaines de millions de personnes! C'est le moment de tout arrêter, et d'engager une stratégie de survie, rien de moins!
Répondre au commentaire
Nom profil

10/07/2014 - 21h53 -

Étrange procès d'intention alors que pour une fois Ségolène Royal a raison!
Répondre au commentaire
Nom profil

10/07/2014 - 19h55 -

Bien entendu les gros capitaux qui se font du gras avec les gaz de schiste, pour le moment, ne sont pas d'accord avec Royal ; par contre la population américaine ,elle, en est revenue depuis longtemps; mais la pollution, la santé, le développement durable etc.... tout ça passe largement au dessus du crane des gros bonnets qui se goinfrent; " après moi le déluge" disent-ils de concert!
Répondre au commentaire
Lire la suite
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle