Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Quand Paprec et Coca-Cola échangent des amabilités sur la consigne

Myrtille Delamarche , , , ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Le patron du troisième groupe français de recyclage Paprec et le dirigeant européen du géant des sodas Coca-Cola affûtent leurs arguments, le premier contre la consigne des bouteilles et canettes, le second en sa faveur, dans un échange de courriers dont L’Usine Nouvelle était en copie. Ce projet de consigne, mentionné dans le projet de loi Economie circulaire porté par la secrétaire d’Etat Brune Poirson, est âprement discuté avant l’examen du texte par le Sénat, le 24 septembre.

Quand Paprec et Coca-Cola échangent des amabilités sur la consigne
Collecte sélective avant le tri, au centre Trivalo 69 de Paprec à Chassieu (Grand Lyon).
© Myrtille Delamarche

"La consigne va prendre 500 millions d’euros aux Français pour les redonner à Coca-Cola". Tout a commencé avec cette citation de Jean-Luc Petithuguenin dans un article de l’Usine Nouvelle. Le président de Paprec avait dit, à l’occasion de la visite du nouveau centre de tri de Chassieu (collecte sélective du Grand Lyon), tout le mal qu’il pensait de ce projet de consigne.

"Nous souhaitons vous faire part de notre étonnement face aux contre-vérités que vous vous permettez de proférer, au regard de votre responsabilité de dirigeant d’entreprise citoyenne engagée dans la société", réagissent les présidents de Coca-Cola France François Gay-Bellile et de Coca-Cola European Partners Ben Lambrecht dans un courrier daté du 5 septembre, au lendemain de la publication de l’article. Et c’est "d’abord en tant qu'industriel du recyclage engagé depuis la création de [son] groupe dans le combat pour le développement de la valorisation matière" puis "en tant que citoyen" que Jean-Luc Petithuguenin leur répond, "point par point".

Batailles de centimes et de milliards

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle