Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Quand le patron d'Amazon propose à Donald Trump de l'envoyer dans l'espace

Astrid Gouzik , , , ,

Publié le

Mais pourquoi Jeff Bezos a-t-il proposé d'envoyer le candidat républicain dans l'espace en lui gardant une place dans sa navette spatiale ? Donald Trump s'en serait-il pris publiquement aux recettes d'Amazon ? Echange d'amabilités sur Twitter... 

 

"C'est lui qui a commencé !". La chamaillerie entre Jeff Bezos, le patron d'Amazon et de la société de vols spatiaux commerciaux Blue Origin, et Donald Trump, milliardaire américain et candidat à la primaire républicaine, a pris un tournant… inattendu, le 7 décembre dernier.

Jeff Bezos s'est fendu d'un tweet caustique visant l'homme d'affaires : "Je lui garde une place dans la fusée Blue Origin". Le tout assorti d'un hashtag qui n'a pas tardé à faire le tour du réseau social, largement repris et agrémenté par les détracteurs du candidat américain : #sendDonaldtospace (comprendre "envoyer Donald dans l'Espace").

 

 

Il ne fallait pas s'en prendre au magnat du numérique… Car c'est bien Donald Trump qui, le premier, a cherché querelle sur le réseau social.

"Le Washington Post, qui est un gouffre financier, appartient à Jeff Bezos et lui permet de réduire les impôts payés par sa société sans but lucratif". Puis enfonce le clou : "le Washington Post perd de l'argent et donne à son propriétaire Jeff Bezos la possibilité de "flouer" le public concernant la faible imposition d'Amazon. Si Amazon payait des impôts, ses actions s’écraseraient et la société s’effondrerait comme un château de cartes", a-t-il écrit, manifestement fâché par un article paru le jour même intitulé "Comment battre Donald Trump".

 

De son côté, Jeff Bezos a préféré couper court à la conversation et a simplement offert au candidat de lui garder une place dans la fusée de sa société Blue Origin pour l'envoyer dans l'espace. Sans toutefois préciser si le lanceur reviendrait se poser sur Terre, exploit qu'il a déjà réalisé il y a quelques jours. Donald Trump n'a, pour le moment, pas répondu à l'invitation… 

 

 

Astrid Gouzik

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle