Quand l'industrie va, tout va !

Petit à petit, la prise de conscience s'opère : l'industrie est sans doute la solution à la crise actuelle.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Quand l'industrie va, tout va !

La crise que nous vivons ne peut avoir qu'une issue : un retour rapide et massif vers une économie majoritairement industrielle. C’est en tout cas ce que pense Ettore Gotti Tedeschi, le banquier du Vatican. Pour cet économiste réputé libéral, ces 25 dernières années, le système occidental a coupé le monde en deux en instaurant un monde de consommation en Occident et en transférant une grande partie de la production de biens dans un autre hémisphère. Selon lui, c’est cette dichotomie qui serait l’origine de notre décrochage et contre laquelle nous devons lutter. « L’Europe n’est pas KO. Nous devons - si nous voulons maintenir nos places de travail et avoir une présence productive au niveau mondial - retrouver notre compétitivité », a-t-il affirmé lors d’un entretien diffusé la semaine dernière sur les ondes de Radio Vatican.

En clair, ce qu’il pense c’est que le temps où l’Europe et les Etats-Unis consommaient ce que le reste du monde produisait est révolu. Désormais, pour relancer nos économies fatiguées et vieillissantes, nous n'avons d'autre choix que de relancer notre appareil productif. Promouvoir l'investissement plutôt que le crédit. Inciter au travail plus qu'aux loisirs. Redonner plus de place aux usines aux côtés des magasins. Bref, remettre l’industrie au centre de l’économie.
Cela ne veut pas dire qu'il faut freiner le développement des autres secteurs. Juste se souvenir que quand l'industrie va tout va. Son effet d'entraînement n'a pas d'égal. Un chiffre pour s'en convaincre : un emploi industriel génère trois emplois de service associé comme l’ingénierie, l’informatique, la logistique... Dans l’automobile, ce ratio peut monter jusqu’à dix ! Un seul site de production permet alors de faire vivre toute une ville. À l'heure où l'on cherche à relancer la croissance sans grever les budgets publics, peut-on se priver d'un tel effet de levier ?

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS