L'Usine Aéro

Quand l'Inde compare le contrat du Rafale aux bons vins français

, , , ,

Publié le

En visite à Paris, le ministre indien des Affaires étrangères s'est montré encourageant sur l'achat de 126 Rafale au groupe Dassault Aviation. " Les bons vins français mettent du temps à parvenir à maturité, il en est de même pour les bons contrats" , a ainsi déclaré le diplomate.

Quand l'Inde compare le contrat du Rafale aux bons vins français © Dassault Aviation

Alors que le doute plane sur une conclusion en mars prochain du contrat du Rafale en Inde, le ministre indien des affaires étrangères s'est voulu rassurant ce jeudi 10 janvier. En visite à Paris et à l'issue d'un entretien avec son homologue français Laurent Fabius, Salman Khurshid s'est ainsi lancé dans une métaphore vinicole pour détendre l'atmosphère.

"Attendez un petit peu que le bouchon saute et vous aurez un bon vin à goûter"

"Les bons vins français mettent du temps à parvenir à maturité, il en est de même pour les bons contrats", a déclaré le diplomate avant de poursuivre : "Une décision a déjà été prise, les détails du contrat sont en train d'être examinés. Attendez un petit peu que le bouchon saute et vous aurez un bon vin à goûter".

De son côté, Laurent Fabius a souligné que "la décision finale appartient au gouvernement indien dans sa souveraineté". "Mais d'après ce que m'a rapporté mon collègue le ministre indien les choses avancent bien, et je peux vous confirmer le soutien plein et entier du gouvernement français vis-à-vis du Rafale qui est un avion exceptionnel", a-t-il dit.

Une longue attente

L'Inde a opté en janvier 2012 pour le Rafale de Dassault Aviation, au détriment du Typhoon construit par le consortium Eurofighter formé des groupes britannique BAE Systems, européen EADS et italien Finmeccanica. Le pays a ensuite entamé les négociations en vue de conclure ce contrat qui prévoit d'équiper l'armée indienne de 126 avions de combat.

En mars 2012, le groupe Dassault avait estimé pouvoir conclure la vente à l'Inde du Rafale d'ici les six mois suivants, faisant valoir la volonté des Indiens d'avancer vite sur le dossier.

Julien Bonnet

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte