Quand l'automobile va mal...

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Quand l'automobile va mal...

Retrouvez le bilan 2006 et les tendances en 2007, secteur par secteur

La morosité gagne la pièce technique


La pièce technique a connu un net revers en 2006, encaissant mal les baisses de production de l'automobile. Après une hausse des facturations de 3 % en 2005, la tendance s'inverse, les ventes perdent 3 %. L'investissement concède 2 % mais ce chiffre modeste masque une situation alarmante : une trentaine d'entreprises seulement couvre la moitié des investissements.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

TENDANCE 2007
Nombre d'entreprises 516
Effectif 59 584
CA 2006 2 006 10 032 (M€)
Source : Sessi

La rentabilité s'établit à 0,4 %, contre 2 % dans l'ensemble de la plasturgie. L'export fléchit aussi de 2 à 3 % mais ce taux ne tient pas compte du nombre grandissant d'implantations à l'étranger. Le début 2007 ne connaît guère d'amélioration puisque les facturations du premier semestre diminuent à nouveau de 3 % : les études et pièces réalisées pour les nouveaux modèles de Renault et PSA profitent moins aux plasturgistes français qu'à leurs concurrents des pays de l'Est. Dans les entreprises de plus de 20 salariés, les effectifs cèdent 4 %, contre 2 % en moyenne dans la filière plastique. « En revanche, on ne note pas d'hémorragie du nombre d'entreprises », note Sylvie Domenech, en charge de l'économie à la Fédération de la plasturgie.

O.K

Une situation contrastée


La pièce technique a connu un net revers en 2006, encaissant mal les baisses de production de l'automobile. Après une hausse des facturations de 3 % en 2005, la tendance s'inverse, les ventes perdent 3 %. L'investissement concède 2 % mais ce chiffre modeste masque une situation alarmante : une trentaine d'entreprises seulement couvre la moitié des investissements.

TENDANCE 2007
Nombre d'entreprises 407
Effectif 34 288
CA 2006 6460 (M€)
Source : Sessi

La rentabilité s'établit à 0,4 %, contre 2 % dans l'ensemble de la plasturgie. L'export fléchit aussi de 2 à 3 % mais ce taux ne tient pas compte du nombre grandissant d'implantations à l'étranger. Le début 2007 ne connaît guère d'amélioration puisque les facturations du premier semestre diminuent à nouveau de 3 % : les études et pièces réalisées pour les nouveaux modèles de Renault et PSA profitent moins aux plasturgistes français qu'à leurs concurrents des pays de l'Est. Dans les entreprises de plus de 20 salariés, les effectifs cèdent 4 %, contre 2 % en moyenne dans la filière plastique. « En revanche, on ne note pas d'hémorragie du nombre d'entreprises », note Sylvie Domenech, en charge de l'économie à la Fédération de la plasturgie.

O.K

Les mécaniciens inquiets


Après la disparition de 200 entreprises en trois ans, le secteur semble avoir achevé sa consolidation. Les effectifs se stabilisent malgré la forte automatisation : l'investissement progresse de 4 %, tiré par les achats massifs de centres d'usinage combinés. La santé des entreprises est contrastée selon qu'elles travaillent pour l'aéronautique, très tonique, ou pour l'automobile encore convalescente. Pour celles qui travaillent avec l'automobile, la réduction des carnets de commandes est significative. « Mais la conjoncture pourrait s'inverser dans un cas comme dans l'autre », précise Christian Guérin, le secrétaire général des mécaniciens industriels et des constructeurs de machines spéciales (Amics). En moyenne,

TENDANCE 2007
Nombre d'entreprises 1 026
Effectif 55 263
CA 2006 6 326 (M€)
Source : Sessi

la rentabilité du secteur s'établit à 2%, pour des facturations en hausse de 5 %. Mais ce dernier chiffre intègre la hausse de l'acier. Les constructeurs de machines spéciales font preuve d'un peu plus d'optimisme. Le nombre d'entreprises progresse avec une hausse de 4,5 % des effectifs. La profession redoute deux périls majeurs : le renchérissement de l'euro face au dollar et les difficultés de recrutement. tendance 2007 Nombre d'entreprises 1 026 Effectif 55 263 CA 2006 2 006 6 326 (M€) source : Seessi

O.K

Des signes encourageants


Malgré un euro déjà fort l'an dernier, les fondeurs sont parvenus à gagner des marchés à l'étranger. Les exportations s'envolent de 8,6 % en volume et de 9,2 % en facturation. La production gagne en moyenne 2,8 % mais ce chiffre ne reflète pas le clivage persistant entre les fabrications pour l'automobile et celles, plus diversifiées, destinées au bâtiment, à l'énergie ou à l'aéronautique. En fonderie de métaux non ferreux pour l'automobile, la

TENDANCE 2007
Nombre d'entreprises 469
Effectif 43 753
CA 2006 5 560(M€)
Source : Fondeurs de France

production chute encore de 6,7 %. Tous secteurs confondus, les facturations prennent 4,6 points de croissance avec, là encore, des disparités selon les matières. Dans la fonderie de cuivre, les ventes s'emballent de 17 % portées par l'effet prix de la hausse de la matière. Selon l'enquête financière des Fondeurs de France, l'investissement bondit de 7,8 % mais il avait atteint un niveau particulièrement bas les années antérieures. Plus inquiétante, la rentabilité continue de s'affaisser... à 0,5 %. 2007 s'annonce pourtant mieux : en attendant un réveil de l'automobile, la production s'élève déjà de 2 % au premier semestre.

O.K

Le caoutchouc souffre


Comme de nombreux secteurs, l'industrie du caoutchouc a subi en 2006 le contrecoup des baisses de production automobile. Le secteur pneumatique dérape de 3 % et le caoutchouc industriel s'affaisse de 8 %. « Les transformateurs ont d'autant plus souffert que le caoutchouc naturel est entré dans une nouvelle ère inflationniste », note Bruno Muret, l'économiste du Syndicat national du caoutchouc et des polymères. Le cours a gagné 35 % sur l'année. Dans

TENDANCE 2007
Nombre d'entreprises 145
Effectif 27 179
CA 2006 4 049 (M€)
Source : Sessi

ce contexte, seuls les groupes détenant un quasi-monopole et un pouvoir sur le prix, tel Michelin, ont pu répercuter ces hausses à leurs clients. La rentabilité du secteur se maintient en moyenne à 2 %, mais seulement à 1,4 % dans les pièces techniques. L'emploi a moins souffert qu'en 2005 : les effectifs continuent de s'effriter de 2 % mais à un rythme plus lent que les 4 % concédés l'année précédente. La labellisation en juillet dernier d'Elastopôle, le pôle de compétititvité de la filière caoutchouc, devrait insuffler un nouveau dynamisme.

O.K

En manque de bras


La croissance est toujours tirée par les investissements dans l'énergie, notamment dans le pétrole et le nucléaire. En 2006, les facturations ont progressé de 5,6 %, tandis que le chiffre d'affaires à l'export a été multiplié par deux. Les carnets de commandes sont toujours bien garnis pour les mois, voire les années à venir. Dans ce contexte favorable, très peu de sociétés ont déposé le bilan. Le nombre d'entreprises reste relativement stable, en dépit de quelques ventes par des « patrons fondateurs » partant à la retraite. En revanche, la profession est toujours handicapée par une récurrente pénurie de main-d'oeuvre. Les départs

TENDANCE 2007
Nombre d'entreprises 867
Effectif 47 760
CA 2006 3 521 (M€)
Source : Sessi

en retraite sont difficilement remplacés. Les effectifs ont même diminué de 3,4 % en 2006, un comble pour un secteur en pleine vitalité, plus marqué par la pérennité des emplois que par les délocalisations. Du coup, certaines commandes, spécialement à l'export, ne peuvent être endossées. « Nous allons mener des campagnes de communication avec nos clients de l'énergie afin d'améliorer l'attractivité de nos métiers, annonce Gérard Fabiani, le secrétaire général du Syndicat national de la chaudronnerie, tuyauterie et maintenance industrielle. Les personnes sans qualification spécifique sont les bienvenues, elles seront formées par les entreprises

Mathieu Maury

Un dynamisme insoupçonné


Les restructurations à rebondissement chez Flextronics et Solectron ont fini par masquer la bonne santé de notre secteur », regrette Richard Crétier, le porte-parole du Snese, le syndicat des industries électroniques et numériques. Portées par le recours grandissant des industriels à la sous-traitance électronique, les entreprises ont vu leurs facturations progresser de 20 % ! Car l'industrie agroalimentaire et le textile font appel à l'électronique. Du coup, le nombre de sous-traitants progresse, passant de 500 à 700 en deux ans. Les trois quarts d'entre eux se portent bien et 100 000 postes sont à pourvoir dans les cinq ans. La

TENDANCE 2007
Nombre d'entreprises 608
Effectif 22 000
CA 2006 3 310 (M€)
Source : Insee, Snese

directive Rohs sur le remplacement définitif du plomb a dopé l'investissement dans les fours, les fers à braser, les tests, les logiciels et les ERP et ceci sans grand recours à l'emprunt. Le secteur reste pénalisé par la taille de ses entreprises : les PME, dont les effectifs n'atteignent en moyenne que 50 salariés, peinent à gérer les contraintes des clients, qui exigent d'être livrés en quelques jours.

O.K

La survie au quotidien


Après une année au pain sec, les entreprises de revêtements des métaux et traitements thermiques voient à nouveau les volumes revenir. Premier contributeur de ce renouveau, les programmes aéronautiques et l'industrie en général. Cela dit, à l'exception des entreprises de traitement thermique capables d'offrir du façonnage de spécialité, le reste de la profession pâtit des difficultés des constructeurs automobiles. Un marché qui ne représente guère plus de 25 % des facturations mais ses fournisseurs travaillent quasi exclusivement pour lui. De façon générale, les industriels des traitements et revêtements peinent à répercuter les hausses des métaux non

TENDANCE 2007
Nombre d'entreprises 327
Effectif 17 871
CA 2006 2 208 (M€)
Source : Sessi

ferreux et des consommables. Or, ces matériaux (zinc, nickel, etc.) sont toujours utilisés en grandes quantités en dépôts de surfaces. Historiquement confrontés à des technologies différentes, les entreprises affrontent une concurrence géographique, depuis que le marché de l'automobile s'est déplacé à l'Est. Pour Jean-Claude Monier, le président du syndicat (et P-DG du groupe Thermi-Lyon), « le risque économique fait désormais partie de notre quotidien ». 80 petites entreprises de moins de 20 salariés ont fermé leurs portes courant 2006.

O.K

La récession est là


Malgré quelques forges à la santé éclatante, le secteur est bien entré en récession. Pour preuve, la production cède 14 % en 2006, plombée par la chute de 20 % des tonnages destinés à l'automobile. Pénalisées par un euro fort, les exportations reculent, elles aussi, de 7 %. L'Association française de forge (AFF) note une régression de près de 12 % des facturations et un résultat net moyen négatif. Seuls les marchés liés à l'énergie, au matériel de travaux publics ou à l'aéronautique permettent encore ici et là des croissances à deux chiffres. Les quelques forges bien orientées sur ces activités recrutent (avec difficulté), ce qui a permis de compenser les s

TENDANCE 2007
Nombre d'entreprises 52
Effectif 11 466
CA 2006 1 949 (M€)
Source : Sessi

uppressions d'emplois. Les mêmes maux mettent à mal la santé du secteur. Bon nombre de forgerons ne parviennent toujours pas à répercuter la hausse persistante du métal (aciers et non-ferreux) et la hausse des prix de l'énergie. D'autant que la pression des clients sur les prix atteint son paroxysme. Selon Catherine Laroque, la nouvelle déléguée générale de l'AFF, l'assiette de valeur ajoutée sur laquelle les chefs d'entreprise peuvent intervenir ne représente plus qu'un tiers de leurs coûts, et « 1 % d'effort supplémentaire sur les prix équivaut chez le forgeron à rechercher 3 % de gains de productivité sur ses coûts ».

O.K

Un regain d'optimisme


tendance 2007 Nombre d'entreprises 186 Effectif 11 810 CA 2006 2 006 1 645 (M€) source : Sessi Avec des facturations en hausse de 3 % en 2006, le secteur connaît un regain d'activité. Représentant 36 % du chiffre d'affaires, l'export poursuit sa lente ascension. Les décolleteurs de la vallée de l'Arve profitent de leurs voisins allemands, suisses et italiens. Et désormais, ces marchés pèsent 36 % de leur chiffre d'affaires. L'investissement se maintient autour de 5 %. Côté rentabilité, le secrétaire général du Syndicat national du décolletage, Claude Morisseau, constate que « 2 %, cela reste positif, mais insuffisant. Sous la pression des clients, l'inflation des matières premières n'est pas totalement répercutée dans nos prix ».

TENDANCE 2007
Nombre d'entreprises 186
Effectif 11 8110
CA 2006 1 645 (M€)
Source : Sessi

En raison de l'automatisation de la production et des difficultés de recrutement, les effectifs ont perdu 2,5 % en 2006. « Les PME du décolletage possèdent de sérieuses capacités d'adaptation à la donne mondiale, en termes de technicité, complexité et précision, mais nous avons besoin de mobiliser les jeunes », souligne Claude Morisseau. Pour lui, le lancement du pôle de compétitivité Arve industries Haute-Savoie Mont-Blanc constitue un solide atout.

M.M.

Un horizon plus serein


Tirées par la bonne santé de l'aéronautique et la concomitance de plusieurs programmes, les fixations vont mieux. Les facturations ont repris 4 % en moyenne en 2006 et 3 % depuis le début de l'année. Les carnets de commandes continuent de se regarnir. Certains des groupes spécialisés et présents à l'international (A. Raymond, Acument, Lisi, etc.) parviennent à préserver des rentabilités confortables parfois supérieures à 10 %. Comme le présageait déjà l'an dernier Denis Tremblais, le délégué général de l'Association des fabricants de fixations mécaniques (Affix), le dynamisme de l'automobile allemande a compensé en partie le fléchissement des marques françaises. L'inverse se produira-t-il cette année ? Un autre élément a pesé en faveur de la croissance en 2006 : les prix

TENDANCE 2007
Nombre d'entreprises 53
Effectif 7 619
CA 2006 1 071 (M€)
Source : Midest

de vente se sont stabilisés grâce à l'apaisement relatif des cours des matières premières. Mais depuis, le minerai de fer et la ferraille (chutes neuves E8) ont repris chacun 10 % sur le seul premier semestre. Les professionnels n'écartent donc pas un nouvel emballement ; d'autant que les grands producteurs mondiaux d'acier (Arcelor-Mittal, Nippon Steel, GFE, Posco, etc.) annoncent ici et là des hausses significatives pour les prochains mois. D'autres analyses font état au contraire d'une dégradation des prix consécutive au possible ralentissement de la croissance en Chine et en Inde...

O.K

Une course à la taille critique


Très exposés à la santé du marché automobile, les fabricants d'outillages de presses et d'outillages mécaniques voient leurs facturations se réduire lentement mais sûrement d'année en année. D'autant qu'ils affrontent une vive concurrence des pays de l'Est et de l'Asie. Certains ont pourtant réussi à substituer la baisse de régime des constructeurs français par de nouveaux clients en Allemagne. Les plus dynamiques tentent d'atteindre la taille critique en rachetant

TENDANCE 2007
Nombre d'entreprises 170
Effectif 8 251
CA 2006 866,5 (M€)
Source : Midest, Sessi

des confrères tout en installant de nouveaux sites en Europe de l'Est. Mais il faut aussi augmenter les capacités de production pour coller à la nouvelle tendance du marché : l'arrivée de lots de plus en plus importants. « Désormais, les clients nous consultent sur des lots d'une valeur de 500 000 à 2 millions d'euros », commente un dirigeant. Des quantités qui ne permettent plus de faire travailler les petits ateliers. A moins de se regrouper, ceux-ci seront donc condamnés, d'autant qu'il faut investir sur des équipements de haute technologie pour résister aux pays à bas coûts.

O.K

Des lueurs d'espoir


La concurrence des moules chinois pèse sur le secteur. Le chiffre d'affaires progresse moins sur les moules neufs que sur la reprise de moules asiatiques de piètre qualité, importés par les donneurs d'ordres. « Certains d'entre eux se rendent tout de même compte qu'à moyen terme, les moules chinois ne sont pas aussi rentables », note Hervé Cadennes, le jeune président de l'Association françaises des industries du moule. Après avoir vécu cinq années calamiteuses, perdu le quart de ses entreprises et de ses effectifs, la profession a connu un léger répit en 2006. Et, le résultat net est légèrement positif (+ 1,1 %) pour la première fois

TENDANCE 2007
Nombre d'entreprises 152
Effectif 6 384
CA 2006 732 (M€)
Source : Sessi

depuis cinq ans. L'hémorragie des ventes de moules pour l'injection plastique et caoutchouc est presque enrayée grâce à la bonne tenue du marché de l'emballage. D'autre part, les ventes de châssis de fonderie se redressent nettement. Pour autant, les moulistes n'entrevoient pas de réelle éclaircie. Un quart des entreprises sont dans le rouge en 2006 et l'investissement a de nouveau chuté.

O.K

A fond l'export !


Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes pour les fabricants français d'engrenages et de transmissions. Ils prévoyaient une hausse de leur chiffre d'affaires de 5 % en 2006. Ils ont réalisé le double ! « Et la tendance se confirme non seulement pour 2007 mais également pour les deux années suivantes », assure Laurence Chérillat, la secrétaire générale d'Artema (Association des roulements, des transmissions, de l'étanchéité et de la mécatronique associée). L'activité est surtout tirée par les exportations, qui représentent 53 % du chiffre d'affaires, en progression de 11 %. Les sous-traitants bénéficient de l'embellie soutenue dans les marchés de

TENDANCE 2007
Nombre d'entreprises 39
Effectif 2 103
CA 2006 339 (M€)
Source : Midest

l'extraction de minerais et les cimenteries, consommateurs de gros réducteurs. Pour les petits engrenages, les sociétés françaises font plus que tirer leur épingle du jeu en exportant toujours davantage de valeur ajoutée technique. Ils profitent ainsi à plein de la flambée du marché de l'éolien, un relais de croissance durable. Ces tendances se confirment en 2007. Pour autant, le marché intérieur français n'a pas connu sa Berezina. Les matériels de travaux publics et le machinisme agricole ont tenu le choc, bien que les autres secteurs soient en perte de vitesse. « Mais il existe un vrai problème d'investissements », avertit Laurence Chérillat.

Jean-Pierre Vernay

Les hausses matières laminent les marges


Dans l'industrie des ressorts aussi, la santé des entreprises contraste selon l'orientation de leurs marchés. Côté automobile, la pression des équipementiers s'est accentuée alors même que la production du secteur décroît et que les prix des matières premières poursuivent leur ascension. A contrario, les fabricants de l'aéronautique et de l'industrie en général voient leurs ventes progresser de 5 à 8 % en moyenne. Ces secteurs en hausse compensent ceux en baisse et la production demeure quasi étale à + 0,3 %. En revanche, les hausses des matières premières, toujours mal répercutées aux clients, continuent de peser sur les marges.

TENDANCE 2007
Nombre d'entreprises 32
Effectif 2 490
CA 2006 331 (M€)
Source : Sessi

Le prix des fils aciers inoxydables a augmenté de 70 % sur 2006-2007 (par rapport à 2005-2006). Or, le nickel entrant dans la composition de l'extra alliage est passé de 10 500 euros à 38 100 euros la tonne en dix-huit mois. « La matière constitue 20 à 30 % du prix de revient de nos produits et nous ne répercutons au mieux, six à douze mois plus tard, que 70 à 80 % des hausses », analyse Michel Guillemet, le président du Syndicat national des fabricants de ressorts et PDG du groupe Lachant Spring. Longtemps habituées à des marges de 3 à 4 %, certaines entreprises du secteur observent résignées l'effondrement de la rentabilité : moins de 1 % aujourd'hui.

O.K

Tout va bien


Les fabricants de roulements ne peuvent qu'être satisfaits. La production française ne cesse de grimper. Les usines sont chargées. L'activité a poursuivi sa progression en 2006, avec une croissance de 7 % en chiffre d'affaires pour la troisième année consécutive. Premier secteur client, l'automobile soutient plus que jamais le marché. Le succès confirmé de la Logan de Dacia n'y est pas étranger, non plus que le retour aux affaires de Fiat. « Le constructeur italien a récupéré ce qu'ont

TENDANCE 2007
Nombre d'entreprises 9
Effectif5 811
CA 2006 273 (M€)
Source : Midest

perdu les fabricants automobiles français », constate Laurence Chérillat, la secrétaire générale d'Artema, le syndicat professionnel qui regroupe les fabricants de roulements. Ajoutons encore que la sidérurgie et l'éolien sont des secteurs qui tirent eux aussi la croissance sur le long terme. Pourtant les fabricants de roulements sont inquiets. « La croissance restera positive en 2007 mais sans plus », ajoute Laurence Chérillat. Les causes ? Les approvisionnements en matières premières de plus en plus tendus : jusqu'à vingt-quatre mois pour certains aciers et de six à huit mois pour les bruts de fonderie. Ensuite, les donneurs d'ordres, notamment dans l'aéronautique, répercutent sur leurs fournisseurs les coûts des transactions en dollars. Enfin il ne faut pas espérer de salut immédiat du marché intérieur, où les investissements sont au point mort.

J-P. V.

Publié la semaine du 8 au 13 Novembre 2007

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    PRESENTS
ARTICLES LES PLUS LUS