Quand l'ANSSI déclare sa flamme aux industriels de la cybersécurité

A l'occasion des Assises de la sécurité numérique qui se tiennent à Monaco jusqu'au 8 octobre, Guillaume Poupard, le patron de l'agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI) a salué le travail réalisé par les fournisseurs de solutions de cybersécurité. Labellisation des prestataires, ciblage des financements de la R&D, incitation à travailler avec des acteurs non européens... Il a développé le volet industriel de sa stratégie de cybersécurité.

 

 

 

Partager
Quand l'ANSSI déclare sa flamme aux industriels de la cybersécurité

Sans produit ni service efficace et de confiance, pas de cybersécurité qui vaille! En rappelant cette vérité lors des Assises de la sécurité numérique qui se tiennent du 5 au 8 octobre à Monaco, Guillaume Poupard, le DG de l'ANSSI (agence nationale de la sécurité des systèmes d'information) a rendu hommage aux industriels de la cybersécurité lors de son discours d'ouverture. En effet, jusqu'ici, l'action gouvernementale s'était surtout concentrée sur les aspects réglementaires avec la mise en musique de la loi de programmation militaire (LPM) qui impose de nouvelles obligations aux opérateurs d'importance vitale (OIV). "Nous avons absolument besoin d'offres de service efficaces et de confiance. Ce ne sont pas des OIV qui peuvent développer cela en interne. (...) Je voudrai remercier ces industriels qui jouent ce jeu-la et qui mettent de l'énergie pour développer cet écosystème capable d'implémenter les règles de la LPM", a-t-il indiqué. A l'occasion du salon, Thales a ainsi présenté une nouvelle sonde de détection des cyberattaques.

"On a besoin de tout le monde dans le domaine de la cybersécurité"

Pour permettre aux entreprises de sélectionner leurs fournisseurs, l'agence a mis en place une politique de labellisation des prestataires dignes de confiance dans des domaines très spécialisés. Elle a ainsi labellisé 20 prestataires d'audit de la sécurité des systèmes d'information (PASSI). Beaucoup sont présents sur le salon monégasque: Advens, Airbus Defence and Space, Atos, CS, Orange Cyberdéfense.... Dans le domaine de la détection d'attaque, huit prestataires sont en cours d'évaluation; dans le domaine de la réaction à incidents, six fournisseurs ont été identifiés.

Cette reconnaissance ne se limite pas aux industriels européens. "Nous avons besoin de toute le monde dans le domaine de la cybersécurité. Les industriels non européens ne sont pas parias. Des coopérations sont possibles et souhaitables. Cela doit se faire sans naïveté et sous maîtrise. Nous sommes dans un sujet ou on ne peut se permettre une forme d’angélisme", explique Guillaume Poupard.

Ainsi, en matière de Cloud Computing, l'agence souligne qu'elle entend qualifier toutes les offres qui le souhaiteront, françaises ou étrangères, et notamment celles de grands acteurs américains. "Ils sont les bienvenus Nous avons besoins de leurs solutions à condition qu'ils suivent les règles que nous avons fixées en France et de main en Europe", explique-t-il encore.. Microsoft et Amazon sauront apprécier. Dans ce contexte, l'agence pourrait voir d'un bon oeil le partenariat stratégique noué entre Thales et l'américain Cisco Systems. Ils mettront sur le marché à partir de 2017 une solution de cyberprotection souveraine à destination des OIV. L'acteur américain apportera sa connaissance des cyberattaques grâce à ses équipements, qui lui donnent une visibilité sur plus de 80% du trafic Internet, tandis que Thales garantira la dimension souveraine de cette offre avec la mise en place d'un Cloud souverain.

450 millions d'euros pour la R&D en Europe

Le DG de l'ANSSI a aussi souligné son engagement personnel afin d'obtenir des fonds pour financer la R&D des entreprises du secteur de la cybersécurité. "Il n'y a pas de raison que les fonds considérables du H2020 (programme européen pour la Recherche et l'innovation, ndlr) se détournent des questions de sécurité. Nous avons eu un dialogue très efficace avec la Commission européenne qui a abouti à un partenariat public privé qui a permis de flécher environ 450 millions d'euros de fonds de R&D". A croire que même dans le monde virtuel de la cybersécurité, il n'y a pas d'amour, il n'y a que des preuves d'amour.

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Spécialiste Equipements Sous Pression Nucléaires en Service (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 22/11/2022 - CDI - Valence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

62 - Boulogne-sur-Mer

Démolition de bâtiments et de hangars à Capécure - Port de Commerce

DATE DE REPONSE 26/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS