Quand Jean-Pierre Clamadieu donne une leçon de transition énergétique aux parapétroliers français

Dans son discours d’ouverture des journées Evolen, Jean-Pierre Clamadieu a invité les industriels français du pétrole et du gaz à réduire leur propre consommation d’énergie, à regarder du côté de l’hydrogène et à repenser leur stratégie.

Partager
Quand Jean-Pierre Clamadieu donne une leçon de transition énergétique aux parapétroliers français
Jean-Pierre Clamadieu, le nouveau président d’Engie et toujours dirigeant du chimiste Solvay, a assuré le discours d'ouverture de la conférence annuelle d'Evolen, l'association parapétrolière française.

Pas question de souffler. A peine remis de la crise du prix de l’énergie de 2014, les parapétroliers doivent maintenant faire face à la transition énergétique. Si la baisse phénoménale des prix du solaire et de l’éolien n’entame pas la consommation d’hydrocarbures dans le monde, elle conforte les grands pétrolier dans leur quête de production à prix contenus du pétrole, et à un virage vers des énergies bas carbone.

En choisissant, pour leur conférence annuelle les 2 et 3 octobre à Paris, le thème "Energies, construire un futur responsable", les industriels français du pétrole et gaz, rassemblés dans l’association Evolen, croyaient peut-être qu’ils avaient encore le temps de

s’adapter à cette nouvelle réalité. Dans son discours d’ouverture, Jean-Pierre Clamadieu, le nouveau président d’Engie et toujours dirigeant du chimiste Solvay, les a détrompés. Pour lui, plus question de "juste regarder le monde autour de nous et se désoler", les entreprises ont "une responsabilité dans la construction d’un futur responsable". A bon entendeur !

Réduire les consommations du secteur

Et pas demain. "Je suis convaincu de l’importance du défi climatique, et la séquence des événements de l’été" a montré "l’urgence dans laquelle nous sommes". Or, "l’énergie est un très gros contributeur au changement climatique…", a rappelé Jean-Pierre Clamadieu aux parapétroliers.

Selon lui, pour relever le défi de l’Accord de Paris, et des bouleversements en cours dans le secteur de l’énergie, "il faut se mobiliser tous, d’abord sur les réductions de notre propre consommation d’énergie" mais aussi "comprendre comment les différentes sortes d’énergies peuvent contribuer ensemble" à réduire les émissions de CO2.

Adopter des stratégies business durables

Bien dans la ligne du nouveau positionnement d’Engie et du discours d’Isabelle Kocher, la directrice générale, le nouveau président du groupe explique "qu’il n’y a pas de solution unique. Le tout électrique, le tout gaz, ne marche pas. Il faut développer le mix énergétique qui permette de faire face aux enjeux". Avec son nouvel habit de président d’Engie, il profite de la tribune qui lui est donnée pour rappeler que dans les politiques publiques françaises, "il est important que le gaz conserve sa place dans le mix" et que "le gaz c’est aussi l‘hydrogène, qui apportera une révolution dans le système énergétique".

Reprenant un autre thème cher à Isabelle Kocher, Jean-Pierre Clamadieu a aussi expliqué que pour adresser le problème d‘attractivité auprès des jeunes que rencontrent les métiers du pétrole et du gaz, il fallait aussi revoir "la manière dont nous travaillons" car "la durabilité dans nos stratégies business est essentielle".

Se fixer des objectifs clairs

Mais quand il s’agit d'évoquer les leviers que peuvent actionner les membres de son auditoire pour affronter cette transition énergétique, Jean-Pierre Clamadieu enfile son costume de directeur général du chimiste belge Solvay. Et là, il parle technologie mais aussi digital. Pour lui, le numérique n’est pas juste un outil de productivité, comme il avait pu le croire par le passé, mais "une révolution, qui donne accès à des optimisations de production inimaginables avant, et permet d’imaginer une relation différente avec nos clients et nos salariés".

Interrogé sur la manière d’accélérer le mouvement pour les entreprises, Jean-Pierre Clamadieu explique que "Solvay, qui émet l’équivalent de 10 Mt d’équivalent CO2 par an, a décidé de ne plus seulement se fixer des objectifs de réduction d’émission de gaz à effet de serre exprimés en intensité carbone", la quantité nécessaire pour chaque unité créée, "mais de prendre un engagement en valeur absolue, pour réduire nos émissions d’1 million de tonnes dans les prochaines années". Pour Solvay ce serait même "une rupture que de déconnecter l’empreinte CO2 de la croissance du groupe".

Entraîner la supply chain

Il invite aussi les industriels à entraîner leur secteur en travaillant sur la supply chain. "Avec nos fournisseurs, nous sommes capables de faire des choses que l’on ne pourrait pas faire seul", a rappelé le nouveau président d’Engie, qui veut "tirer" derrière lui "une part importante de l’économie". Cela n’était pas forcément flagrant dans la chimie. Maintenant qu’il est président du conseil d’administration d’Engie, on va le regarder faire dans l’énergie.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Ingénieur-e Assurance Qualité Matériaux et Procédés Spéciaux

Safran - 19/11/2022 - CDI - Vélizy-Villacoublay

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

40 - Landes

Analyses eau et poisson.

DATE DE REPONSE 22/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS